Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène BOUCHARD (1827-1896)

[647]. BOUCHARD, Eugène-Charles, l'un des plus intrépides convertisseurs parmi les missionnaires du Kouy-tcheou, était originaire de Bolbec (Seine-Inférieure), où il naquit le 27 mai 1827. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 2 septembre 1851, reçut le sacerdoce le 21 mai 1853 et partit le 20 août suivant pour le Coïmbatour. Mais, le climat étant très contraire à sa santé, il passa, en mai 1859, dans la mission du Kouy-tcheou.
Add this

    [647]. BOUCHARD, Eugène-Charles, l’un des plus intrépides convertisseurs parmi les missionnaires du Kouy-tcheou, était originaire de Bolbec (Seine-Inférieure), où il naquit le 27 mai 1827. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 2 septembre 1851, reçut le sacerdoce le 21 mai 1853 et partit le 20 août suivant pour le Coïmbatour. Mais, le climat étant très contraire à sa santé, il passa, en mai 1859, dans la mission du Kouy-tcheou.

    Il fonda plusieurs postes sur les confins du Se-tchoan oriental­ ; le premier, il évangélisa la ville de Tong-tse où il bâtit un oratoire, et en 1868 se fixa à Tsen-y. Lorsqu’il en fut chassé, en 1869, par la persécution, il alla commencer la fondation de chrétientés dans les environs de Meitan, Ta-pao, Se-lan, Yu-kin, etc.­ ; il établit des centaines de postes, petits ou grands. Dès qu’un district possédait une résidence et un commencement d’organisation, il demandait à aller ailleurs faire la même œuvre­ : « À d’autres les anciens districts, aimait-il à dire­ ; moi je suis fait pour défricher les terrains neufs. » Il ne parlait pas très bien le chinois, mais il avait le don de trouver des catéchistes et des prédicateurs, et de les faire travailler sous sa direction. Il finit ses jours à Tsin-tchen le 6 mai 1896.

    L’Histoire de la mission du Kouy-tcheou, qui se termine par le récit de sa mort, a donné sur lui et sur le vicariat, dans lequel il travailla pendant près de 40 ans, cette note générale­ : « Admis au Kouy-tcheou en 1856 et arrivé en 1859, Bouchard était le dernier des prêtres qui avaient vécu sous l’administration de Perny, et par ce dernier il touchait à Albrand, le fondateur de la mission­ ; à dix ans près, il résumait en sa carrière l’histoire du vicariat, et il la résumait bien. Cette physionomie apostolique où dominent l’énergie, la bonté, la franchise, une sorte de laisser-aller joyeux, un zèle incessant, représente assez exactement le caractère de la mission du Kouy-tcheou­ ; il ne fut qu’un soldat sans doute, mais un soldat que l’on peut placer près d’Albrand, de Faurie, de Lions, de Vielmon, de Muller, de tout ce sympathique bataillon, dont il reste encore quelques rares vieillards, qui laisseront aux jeunes leurs belles traditions, avec leur expérience parfois chèrement payée. »

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.-R., 1875, p. 23­ ; 1876, p. 16­ ; 1877, p. 21­ ; 1879, p. 32­ ; 1882, p. 42­ ; 1884, pp. 63, 65­ ; 1886, p. 62­ ; 1888, p. 99­ ; 1889, p. 104­ ; 1894, p. 115.

    A.P.F., xxxvii, 1865, p. 41­ ; xlii, 1870, Origine et conséquences de la persécution à Tsen-y, p. 137.

    Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph.

    • Numéro : 647
    • Pays : Inde Chine
    • Année : 1853