Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Francis BOSQUET

BOSQUET Francis (1851- 1930) [1400] BOSQUET Francis naquit le 4 septembre 1851 à Saint-Servan, dans le diocèse de Rennes (Ille et Vilaine). Ses études terminées, il entra au Grand Séminaire de Rennes. En 1870, au moment de la guerre avec les Allemands, il approchait de ses vingt ans. Il dût aller finir ses études théologiques au Séminaire de Saint-Sulpice. Ordonné prêtre en 1876, il fut nommé vicaire dans son diocèse d'origine. Ce n'est qu'après deux années de ministère qu'il entra aux Missions Etrangères, le 9 avril 1878.
Add this

    [1400] BOSQUET Francis naquit le 4 septembre 1851 à Saint-Servan, dans le diocèse de Rennes (Ille et Vilaine). Ses études terminées, il entra au Grand Séminaire de Rennes. En 1870, au moment de la guerre avec les Allemands, il approchait de ses vingt ans. Il dût aller finir ses études théologiques au Séminaire de Saint-Sulpice. Ordonné prêtre en 1876, il fut nommé vicaire dans son diocèse d'origine. Ce n'est qu'après deux années de ministère qu'il entra aux Missions Etrangères, le 9 avril 1878.

     

    Après son année de probation, il partit pour la Mission de Pondichéry le 16 avril 1879. Il débarqua en Inde en septembre 1879. Après la grande famine du North Arcot, il fallait reprendre pour l'organiser et pour l'instruire la masse de néophytes venus au missionnaire durant les mauvais jours. Tâche immense, aussi le grand missionnaire que fut le Père Darras demandait-il du renfort à grands cris. On lui envoya le jeune Père Bosquet. Comme le Père Darras était toujours parti par monts et par vaux pour les besoins de l'apostolat, le Père Bosquet se trouvait tout seul, et il demanda à quitter ce poste après quelques semaines. De Chetpet, il fut transféré dans le district de Tirupatur. Il voulut remettre bien des choses en ordre dans l'administration des chrétiens, et il travailla avec énergie, se contentant du régime alimentaire local. Mais vers 1904, la maladie le contraignit à rentrer en France. Quand il se crut suffisamment guéri, il revint dans sa chère Mission.

     

    Il avait à peine soixante ans, quand une affection cardiaque vint l'abattre, et il dut renoncer à la vie active. Il demanda à se retirer à Pondichéry. Ses forces lui permirent encore de travailler un peu : il fut le directeur des Soeurs de Saint-Louis de Gonzague, puis des Carmélites, et confesseur de la communauté du Saint Coeur de Marie. Il se fit grandement estimer de ces Soeurs indigènes. Les chrétiens de la ville, eux aussi, aimaient à recourir à son ministère ; les malades affluaient chez lui pour obtenir sa bénédiction. La veille des fêtes, il passait des heures au confessional dans la Cathédrale toute proche.

     

    Il fut obligé de cesser son travail de confesseur, en raison de sa surdité. A partir de 1928, on s'aperçut que ce beau vieillard baissait, le souffle n'était plus normal, les jambes fléchissaient. Il continuait pourtant à dire sa messe quotidienne et à donner la Bénédiction du Saint Sacrement au Carmel. Il était heureux de se retrouver dans cette chapelle, où tout respire le calme, la douceur, la dévotion. A la Mission, au milieu des confrères, il écoutait, prenait rarement la parole ; mais en petit comité avec ses familiers, il s'ouvrait, s'animait et parlait volontiers "du bon vieux temps".

     

    Fin avril 1930, il se mit à souffrir de l'estomac. Il sentit que la mort approchait, et il se prépara au grand passage. C'est dans la nuit du 28 mai 1930, qu'il fut frappé d'une attaque d'hémiplégie. Il reçut le sacrement des malades le 30 mai et s'endormit pieusement dans le Seigneur le 2 juin 1938, après 50 années d'apostolat missionnaire.

     

     

    Références biographiques

    AME 1930 p. 183.

    CR 1879 p. 75. 1891 p. 272. 1930 p. 223. 296.

    BME 1930 p. 505. 668.

    EC RBac 200 +.

    • Numéro : 1400
    • Pays : Inde
    • Année : 1879