Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Laurent BLETTERY (1825-1898)

[749]. BLETTERY, Laurent, provicaire pendant 32 ans, plusieurs fois supérieur intérimaire de la mission, un des rares hommes qu'il fut impossible de décider à accepter l'épiscopat, était originaire de Saint-Bonnet-des-Quarts (Loire). Il vint au monde le 3 mars 1825, fit ses études au petit séminaire de Saint-Jodard et au grand séminaire de Lyon, et reçut le sacerdoce le 30 mai 1850. Après avoir été vicaire à Mornant (Rhône) pendant huit ans, il se rendit au Séminaire des M.-E. le 3 juin 1858, et partit pour le Se-tchoan oriental le 10 juillet 1859.
Add this

    BLETTERY, Laurent, provicaire pendant 32 ans, plusieurs fois supérieur intérimaire de la mission, un des rares hommes qu’il fut impossible de décider à accepter l’épiscopat, était originaire de Saint-Bonnet-des-Quarts (Loire). Il vint au monde le 3 mars 1825, fit ses études au petit séminaire de Saint-Jodard et au grand séminaire de Lyon, et reçut le sacerdoce le 30 mai 1850. Après avoir été vicaire à Mornant (Rhône) pendant huit ans, il se rendit au Séminaire des M.-E. le 3 juin 1858, et partit pour le Se-tchoan oriental le 10 juillet 1859.

    Il fut d’abord placé à Kiang-tsin, d’où la persécution le chassa­ ; il resta quelque temps près de Pi-chan, et, en 1861, administra le district de Siutin. En 1864, Mgr Desflèches lui ayant confié le supériorat du séminaire de la mission à Chouy-iatang, il réorganisa cet établissement et le divisa en grand et petit séminaire. Il établit le grand séminaire à Pee-ko-chou, et s’y installa en 1865. Deux ans plus tard, en 1867, il fut nommé provicaire­ ; en 1869, il alla à Tchong-king prendre la direction de la mission pendant l’absence de l’évêque parti pour le concile du Vatican. En 1870, il retourna au grand séminaire, tout en conservant l’administration du vicariat. En 1874, il fut appelé à Tchong-king, mais dut se rendre presque aussitôt à Siu-tin.

    En septembre 1877, il revint à Tchong-king, afin d’aider le vicaire apostolique dans son administration troublée par des difficultés spéciales et graves. Le prélat ayant été forcé de retourner en France, Blettery le suppléa de 1878 à 1882.

    Il eut à s’occuper de longues et pénibles négociations pour mettre fin aux troubles de Kiang-pee, et s’appliqua à la direction des prêtres indigènes, dans laquelle il excellait.

    Mgr Coupat, nommé coadjuteur au Se-tchoan oriental en 1882, le maintint provicaire, et en septembre 1886, après la destruction de l’évêché à Tchong-king par les païens, il le chargea d’une mission délicate auprès du consul de France à Han-keou, en vue des négociations avec le gouvernement chinois. De retour en février 1887, il contribua pour une très grande part au relèvement de la mission, qu’il gouverna encore après la mort de Mgr Coupat (26 janvier 1890). En août de la même année, il fut nommé évêque de Zéla et vicaire apostolique du Se-tchoan oriental, préconisé le 4 juin 1891­ ; il refusa et réexpédia ses bulles à Rome, avec une lettre pleine d’humilité. Il continua de diriger la mission comme supérieur jusqu’en décembre 1891. Il consacra ses dernières forces à aider de son expérience le nouveau vicaire apostolique, Mgr Chouvellon. Il a écrit en latin, pour les séminaristes, des méditations qui furent publiées pour la première fois en 1893 et continuent d’être en usage.

    Il s’éteignit le 25 septembre 1898 à Tchong-king­ ; il fut enterré au cimetière de Tsen-kia-gay, dans le tombeau de Mgr Coupat. Ses travaux considérables et difficiles à des époques troublées, ses vertus de patience, d’humilité, de piété, ainsi que sa sagesse, méritaient cet honneur.

     

     

    Bibliographie

    — Decreta quinque Synodorum jussu S. Pontificis Leonis XIII in Sinis habitarum anno 1880 a S. Cong. de Propaganda Fide approbata [Rome 1884]. — In-8, pp. 87.

    Contient­ :

    Acta et decreta Synodi quartæ regionis Sinarum imperii habitæ diebus 20 et 29 septembris, 3 octobris anni 1880, in civitate Souy-fou provinciæ Se-tchouan, pp. 66-75.

    Meditationes circa præcipuas religionis veritates et anni festivitates, ad usum alumnorum Missionis Sutchuen orientalis. — Typis missionis Tch’ouan-tong, Cha-pin-pa, 1893, in-18, pp. 187.

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.-R., 1872, p. 34­ ; 1878, p. 14­ ; 1879, p. 19­ ; 1880, p. 24­ ; 1881, p. 27­ ; 1882, p. 24­ ; 1886, p. 42­ ; 1887, p. 71­ ; 1890, pp. 60, 221­ ; 1891, p. 77­ ; 1892, p. 88­ ; 1895, p. 122.

    A. P. F., xli, 1869, pp. 260, 266­ ; xliii, 1871, Vexations contre les chrétiens, p. 83­ ; Ib., pp. 86 et suiv.­ ; xlv, 1873, Des chrétientés de Yeou-yang et de Pen-choui, p. 337­ ; Ib, pp. 342, 349­ ; xlix, 1877, Persécution à Tchong-king, p. 241­ ; lxxi, 1899, p. 78.

    A. S.-E., xxii, 1870, Foi et courage d’enfant, p. 297­ ; xxiii, 1872, pp. 23, 409­ ; xxiv, 1873, p. 377­ ; xxxii, 1881, Bien opéré par la Sainte-Enfance, p. 43.

    M. C., ii, 1869, Massacre de M. Rigaud, p. 113­ ; Ib., pp. 353, 354­ ; iii, 1870, p. 19­ ; iv, 1871-72, p. 115­ ; Ib., Les Chinois depuis les malheurs de la France, p. 118­ ; vii, 1875, p. 8­ ; xiv, 1882, La famine, p. 615­ ; xviii, 1886, Persécution à Tchong-king, pp. 434, 436, 457­ ; xxii, 1890, p. 411­ ; Ib., La persécution au Se-tchouan oriental, p. 517­ ; xxiii, 1891, La persécution, p. 398­ ; xxvii, 1895, p. 422­ ; xxx, 1898, La persécution, p. 505­ ; Ib., p. 552.

    B. O. P., 1894, p. 234.

    A. M.-E., 1898, Le brigand Yu-man-tse, pp. 195, 244­ ; 1911, p. 271.

    — Sem. rel. Lyon, 1890, 2e sem., p. 1403­ ; 1898, 2e sem., pp. 695, 725. — Sem. rel. Nantes, 1868, Remerciements des honneurs accordés à la mémoire de M. Mabileau, p. 568.

    Ann. N.-D. Laus, 1875, Mort de M. Eyraud, p. 27.

    Hist. miss. Thibet, Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Vie de Jean Hue, p. 275. — Le petit sém. Saint-Jodard, p. 435.

    • Numéro : 749
    • Pays : Chine
    • Année : 1859