Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bruno BLACHE (1874-1918)

[2513] BLACHE Bruno, Jean, Joseph Missionnaire Haut-Tonkin (Hung-Hoa) ----------------- Bruno, Jean, Joseph BLACHE naquit le 9 juin 1874, à Tallard, diocèse de Gap, département des Hautes Alpes. Il fit ses études secondaires au petit séminaire de son diocèse, puis se dirigea vers le grand séminaire de Gap, où il fut ordonné prêtre le 29 juin 1898.
Add this

    Bruno, Jean, Joseph BLACHE naquit le 9 juin 1874, à Tallard, diocèse de Gap, département des Hautes Alpes. Il fit ses études secondaires au petit séminaire de son diocèse, puis se dirigea vers le grand séminaire de Gap, où il fut ordonné prêtre le 29 juin 1898.

     

    Le 6 juillet 1899, il entra au séminaire des Missions Etrangères, et reçut une première destination pour une mission de Chine; mais ce pays connaissant une période de trouble, M.Blache fut envoyé au vicariat apostolique du Haut-Tonkin,  (Hung-Hos) qu'il partit rejoindre le 1 août 1900.

     

    Il étudia la langue viêtnamienne à Hoang-Xa, grande chrétienté  située sur les bords de la Rivière Noire, non loin du mont Bavi . Puis Mgr. Ramond l'envoya comme vicaire chez M.Pichaud, chargé du district de la Rivière Claire où il resta jusqu'en août 1904. À ce moment, M.Girod était en train d'installer une nouvelle paroisse à Phu-Yên-Binh, sur le moyen Song-Chay. M. Blache lui fut adjoint avec mission de s'occuper des nouveaux chrétiens

     

    En 1905, il parcourut la région de Luc-An-Châu; il arriva en inconnu au village de Lang-Thin (ou Ben-Thin) situé à environ une quarantaine de kms en amont de Phu-Yên-Binh, sur les rives du Song-Chay; il y trouva une maison chrétienne dont il accepta l'hospitalité. Quelques jours après, cinq ou six familles demandèrent à se faire instruire de la religion; cette petite communauté en ses débuts comptait 27 membres. C'est là que se fixa M.Blache, élevant une case en bambou, divisée en trois petits compartiments. Lui-même était petit de taille, et la pièce qu'il s'était réservée, de deux mètres sur deux , lui servait à la fois de bureau, de dépôt pour ses affaires, de salle à manger, et de chambre à coucher. Le compte-rendu de 1906 notait :"M. Blache vit heureux comme un prince dans sa solitude. Tout est petit chez lui, le nombre des chrétiens et de ses catéchumènes comme sa taille; seul reste grande la noble ambition qu'il a de conquérir à Dieu cette contrée entièrement païenne." Cette année là, il prépara quatorze catéchumènes au baptême.

     

    En juillet 1908, à Lang-Thiêu, sur le Song-Chay, il faillit "faire connaissance" avec les "réformistes chinois du Yunnan" qui semaient le trouble dans la région; plus tard, lors de la révolte des populations Man de la région de Luc-An-Châu, il resta à son poste. En 1909, il  profita de la paix pour fonder une nouvelle chrétienté et raffermir ses néophytes de Lang-Thin et Luc-An-Chau. En 1910, il se déclarait satisfait de ses cinquante trois catéchumènes ou néophytes, viêtnamiens ou Tays qui composaient sa nouvelle chrétienté de Lang-Dat, à une cinquantaine de kms en amont de Phu-Yên-Binh.

     

     

    Ayant fait de Ben-Thin, son point d'attache, il y groupa une trentaine de chrétiens qui lui donnèrent beaucoup de peines et peu de consolations. A Long-pa-pao, à une heure de chemin à l'intérieur, il installa une ou deux familles de nouveaux chrétiens qui lui causèrent bien des déboires. Il créa à Luc-An-Châu, grand marché et poste militaire, un pied-à-terre et une petite chapelle qui furent bientôt renversés par l'inondation.

     

    Par suite de circonstances difficiles, Mgr. Ramond dût retirer les deux missionnaires de Ha-Giang et de Vinh-Thuy, sur la Rivière Claire; M. Blache assura la visite annuelle de ces deux postes éloignés. Pendant un an, il eût en charge la chrétienté de Bac-Muc, sur la Rivière Claire, son titulaire, M.Pierchon, étant mobilisé. Il y construisit une chapelle.

     

    Missionnaire zélé et modeste, ce bon confrère qui se prêtait volontiers à la critique des confrères qui aimaient à le taquiner, était doué d'une dose d'originalité qui faisait de lui une figure "sui generis".

     

    La visite régulière de tous ces postes missionnaires fatiigua M. Blache. Il refusa  d'aller refaire sa santé, à Hong-Kong. Très éprouivé par la chaleur et les fréquents accès de fièvre, M. Blache se rendit à Luc-An-Châu. Devant la gravité de son état, le chef du poste militaire de cette localité le fit transporter en palanquin jusqu'à la gare de Man-Hoa.pour être dirigé sur la cure de Yên-Bai.chez M.Blondel. Soigné à la mission, avec dévouement par le Dr. Javelly et la soeur Jéronyme, pendant plus de trois semaines, assisté par M. Blondel, il rentra à l'ambulance de cette ville pour y subir une opération, puis on le ramena à la mission. C'est là qu'il décéda, le mercredi 18 septembre 1918, dix minutes après minuit.

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1900 p. 252. 1919 p. 47. 1926 p. 149.

    CR 1900 p. 264. 1905 p. 144. 145. 1906 p. 153. 1907 p. 183. 1908 p. 165. 166. 1909 p. 162. 1910 p. 159. 1911 p. 150. 1912 p. 188. 1913 p. 200. 1918 p. 199. 1919 p. 157.

     

    • Numéro : 2513
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1900