Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jacques BERTOUT (1753-1832)

BERTOUT Jacques (1753-1832) FRANCE
Add this

    [324]. BERTOUT, Jacques-Magdeleine, appartint fort peu de temps à la Société des M.-E. Originaire du hameau de Niembourg qui dépendait de l’église de Halinghem, annexe de la paroisse et commune de Frencq (Pas-de-Calais), il naquit le 4 mai 1753. Il entra dans la Congrégation du Saint-Esprit, fut ordonné prêtre le 24 mai 1777 à Boulogne-sur-Mer, et partit le 14 avril 1778 pour Cayenne. Il fit naufrage sur les côtes d’Afrique, fut esclave des Maures pendant plusieurs mois, revint en Europe, et fut nommé professeur de théologie au séminaire de Meaux. Au commencement de la Révolution, il se retira à Boulogne-sur-Mer, dans sa famille. En 1792, il se réfugia en Angleterre, et en 1802 revint en France. Le supérieur de la Congrégation du Saint-Esprit, M. Duflos, son oncle, étant aveugle et infirme, ce fut M. Bertout qui fit les démarches nécessaires pour le rétablissement de cette Congrégation­ ; il réussit en 1805. À partir de cette époque, il est considéré comme le supérieur de la Congrégation, qui en 1809 fut de nouveau supprimée.

    En 1814, il vint habiter le Séminaire des M.-E. et y fut reçu directeur le 1er mars 1815. Après le retour de Louis XVIII, il quitta le Séminaire, et cessa de faire partie de la Société.

    Le 3 février 1816 obtint de nouveau le rétablissement de la Congrégation du Saint-Esprit. Il continua de travailler avec succès à la restauration et au progrès de cette Congrégation jusqu’au jour de sa mort arrivée à Paris, le 10 décembre 1832. Il fut enterré au cimetière Montparnasse.

     

    Notes bio-bibliographiques

    — Am. de la Rel., lxxiv, 1833, p. 545.

    Vie de Claude Poullart des Places, pp. 456 et suiv. — Vie du P. Libermann, pp. 549 et suiv. — Notice sur trois prêt. boul. supér., p. 35.

    • Numéro : 324
    • Pays : France
    • Année : 1778