Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix BERNARDOT (1912-1943)

BERNARDOT Félix (1912 - 1943) CHINE
Add this

    [3556]  BERNARDOT Félix, Louis, naquit le 22 janvier 1912 à Doué-la-Fontaine, diocèse d'Angers (Maine et Loire). Il fit ses études au Petit Séminaire de Beaupréau, et entra au Grand Séminaire d'Angers. En 1934, il entra au Séminaire des Missions Étrangères de Paris et fut ordonné prêtre le 21 décembre 1935. Il partit pour la mission de Kirin le 14 avril 1936.

     

    Après quelques jours passés à la Procure de Changchun, il se rendit à Kirin, où pendant quelques mois, à l'ombre de la cathédrale, il étudia le chinois. Dès le 24 février 1937, Mgr. Gaspais, son évêque, lui confia l'intérim de la paroisse Ste Thérèse de Changchun, dont le titulaire, M. Perrin, partait en congé. 15 mois plus tard, M. Perrin, à son retour de France, reprit ses fonctions de recteur de la paroisse.

     

    M. Bernardot revint alors dans la ville de Kirin, où son évêque lui confia la direction d'un nouveau centre chrétien dans le faubourg ouest de la ville. La chapelle était dédiée à Ste Thérèse et à l'automne de 1937, six religieuses, Filles du Saint Esprit, vinrent s'établir dans un magnifique bâtiment dans lequel elles ouvrirent un dispensaire. Ce poste fut érigé en paroisse séparée de la cathédrale et M. Bernardot en devint le curé titulaire. Il travailla à l'organisation et au développement de cette jeune paroisse, mais il n'y resta qu'un an, car le 26 mai 1939, il fut envoyé au Japon pour étudier la langue dont la connaissance était à cette époque très utile aux missionnaires de Mandchourie.

     

    En cette même année 1939, Mgr. Lemaire fut nommé coadjuteur de Mgr. Gaspais et consacré évêque des mains de Mgr. Gaspais le 15 novembre. M. Bernardot fut choisi pour le remplacer, malgré son jeune âge, comme supérieur du Séminaire. Revenu au Japon le 17 février 1940, il se donna tout entier et sans tarder à sa nouvelle tâche. Avec son esprit de foi habituel, il assura les cours, les lectures spirituelles, et veilla à la discipline et à la formation des séminaristes. Il gagna vite l'estime et l'admiration de ses élèves.

     

    Malheureusement, il éprouva bientôt des douleurs intestinales, et dut être hospitalisé. Le mal empira et la maladie fut courte. Il rendit son âme à Dieu le 17 avril 1943. Il était âgé de 31 ans seulement, dont 7 ans de vie missionnaire.

     

    On a trouvé dans ses papiers les notes suivantes écrites à l'occasion de sa retraite du mois de février 1943, un mois avant le début de sa maladie : "Mon but à atteindre doit être de faire mourir le moi sensuel et orgueilleux, afin que le Christ vive en moi. La mortification et l'humilité me sont donc nécessaires, aussi je prends comme résolution d'accepter les croix et les humiliations en union avec celles de Jésus Christ et par amour pour lui. Unir ces humiliations à ma Messe. Nécessité de ne point me laisser absorber par les occupations matérielles. Il vaut mieux qu'elles en souffrent, mais ne point sacrifier ni diminuer mes exercices de piété, surtout quand j'ai des ennuis."

     

    Mgr. Gaspais, au début de la retraite qui suivit la mort de M. Bernardot, n'hésita pas à le proposer à notre imitation comme un modèle de vie missionnaire.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1936 p. 95. 140. 1937 p. 252. 254. 1939 p. 230. 1940 p. 93.

    CR 1936 p. 45. 46. 233. 1938 p. 38. 39. 1939 p. 37. 39. 1940 p. 21. 1947 p. 353. 1948 p. 194. 212.

    BME 1936 p. 314. 463. 654. 1938 p. 461. 680. 1939 p. 411. 489. 552. 631. 638. 1940 p. 112. 259. 366. 684. 685. 1941 p. 97. 323.

    EC1 N° 330. 335. 434.

     

    • Numéro : 3556
    • Pays : Chine
    • Année : 1936