Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Edmond BECKER (1921-1981)

BECKER Edmond (1921- 1981) INDE
Add this

    [3796] BECKER Edmond est né le 30 juin 1921 à l'Hôpital, dans le diocèse de Metz (Moselle). Il fit ses études primaires à l'Hôpital et ses études secondaires au Petit Séminaire de Birche, jusqu'en 1939. La guerre éclata et la famille Becker se replia sur Lusignan dans la Vienne. Il fit sa philosophie au Grand Séminaire d'Angoulême, et entra aux Missions Etrangères le 8 octobre 1940. Il fit son service militaire en 1943 et, rentré au Séminaire de la rue du Bac, il fut ordonné prêtre le 29 juin 1947. Ce même jour, il reçut sa destination pour la Mission de Pondichéry, et ne put partir pour l'Inde que le 24 décembre pour arriver à Pondichéry par bateau le 31 janvier 1948.

     

    Il resta quelque temps à l'évêché pour apprendre le tamoul. Puis, en octobre 1948, Mgr. Colas l'envoya au Centre catéchétique de Tindivanam. Ce centre fut fondé par le Père Gavan Duffy, comme école normale pour la formation des instituteurs destinés aux écoles de village. Ces instituteurs devaient être aussi des catéchistes, d'où la nécessité pour ces jeunes gens d'une formation catéchétique solide. Ils devaient suivre la discipline scoute, dans leur comportement quotidien, et le Père Gavan Duffy, désireux d'avoir un scoutisme vraiment catholique, l'avait étayé des principes et des pratiques de la Croisade eucharistique. Ce système fonctionnait encore quand le Père Becker arriva en 1948. Il fut d'abord chargé de l'intendance, avant de devenir directeur de cette école en 1950. Dès la fin de cette année, comme le Père Becker avait reçu d'un ami américain une belle statue de Notre-Dame de Fatima, Mgr. Colas encouragea le Père Becker à organiser à travers le diocèse des "Mission-Pilgrimages" et c'est ainsi que la statue circula dans des centaines de villages. Le Père Becker, qui ne manquait pas d'imagination, avait fait construire une charette à boeufs, qu'il aménagea pour de multiples usages : messe, sermon, procession de la statue. Cette charette était équipée d'un petit générateur électrique qui fournissait le courant nécessaire pour un petit micro et une "lanterne magique". Ainsi, cela aida le Père Becker à comprendre l'importance de l'audio-visuel pour annoncer le message évangélique aux foules de l'Inde, si avides de "son et d'images". Il va donc se consacrer à ce moyen d'apostolat. Il le fera d'abord en Inde, puis il s'en fera l'apôtre convaincu à travers le monde par des sessions, des conférences et des contacts nombreux.

     

    Il se rendit compte que, pour mener à bien ce programme audio-visuel, il lui fallait acquérir de vraies compétences. En 1957-58, il alla suivre des cours au Centre Lumen Vitae de Bruxelles. Il profita de son séjour en Belgique, pour nouer des relations, en Allemagne aussi, et trouver de généreux bienfaiteurs. A cette épouque, il entra en contact avec le OCIC, organisation mondiale du cinéma catholique, et son directeur le Père Poitevin.

     

    À Pondichéry, il travailla, avec son équipe de prêtres, de religieuses et de laïcs à rénover les méthodes catéchétiques pour les adapter à l'audio-visuel. Il insiste sur l'enseignement biblique et liturgique. Mais pour qu'il y ait du "visuel", il faut avoir quelque chose à montrer. Il se procure alors des films, et des diapositives en Europe. Il fait des montages, prépare des commentaires en tamoul, afin de s'adapter aux besoins des gens des villages. Il tourne lui-même de petits films, prend des photos selon tel ou tel thèmes pour l'enseignement catéchétique. En particulier, les deux films qu'il monta sur "la grâce et l'eau", et "la grâce et l'huile", furent très appréciées, à cause des images très parlantes de la vie du pays.

     

    D'ailleurs, son confrère le Père Pennel l'aida beaucoup à se perfectionner. Le Père Pennel forma des opérateurs pour les projections et le cinéma, pour les tournées dans les villages. La charette à boeufs fut remplacée par une camionette équipée d'un cinéma et d'un projecteur moderne. Dans chaque village, le programme était alors : la projection d'un film comique tout d'abord, puis un film éducatif et enfin un film religieux pour clôturer la séance.

     

    L'expérience du Père Becker et de ses collaborateurs -ce que l'on appela "la Mobile Mission"- eut beaucoup de succès. D'autres diocèses du pays tamoul l'imitèrent. Aussi, réussit-il, grâce à ses bienfaiteurs, à fournir plusieurs diocèses des jeeps bien équipées pour cette "mission ambulante".

     

    À la fin du Concile, en 1965, le Pape Paul VI offrit au Père Becker un chèque substanciel pour acheter une jeep avec tout son équipement. Quelques années plus tard, lors d'une audience avec le Pape Paul VI, en octobre 1989, le Père Becker offrit au Pape un magnifique album avec des photographies qui concrétisaient les réalisations de Tindivanam.

     

    Ajoutons que le Père Becker avait réussi à établir à Tindivanam un Centre de documentation catéchétique comprenant : livres, revues spécialisées, diapositives commentées, films variés. Tout ce matériel pouvait être emprunté et utilisé par les équipes de la "mission ambulante" dans les divers diocèses du Sud de l'Inde. Il organisa sans cesse des sessions, des conférences pour sensibiliser prêtres, religieuses, laïcs à l'emploi des moyens audio-visuels. Le centre de Tindivanam devint un complexe avec Collège pour garçons, pour filles auxquels s'ajouta un hôpital. En 1969, il fonda à Tindivanam pour les religieuses un centre : le "Lumen Vitae Institute". Depuis 1969, des centaines de religieuses, toutes Congrégations confondues, venant de l'Inde, de Sri Lanka et de Malaisie, ont bénéficié d'un enseignement de qualité dans cet institut. Ainsi, entre 1948 et 1968, le Père Becker donna l'exemple de la spécialisation dans l'apostolat missionnaire.

     

    En 1968, le Père Becker fut libéré de sa charge de directeur de Tindivanam et détaché au service de l'OCIC, et travailla sous la direction du Père Poitevin, avec l'approbation du Supérieur général des MEP. Il séjourna un certain temps à Rome, puis organisa un centre à Rottenburg, près de Tubingen. Mais par souci de centralisation, ce centre fut supprimé et le Père Becker vint s'installer à Lyon. Là, il s'inséra dans un autre organisme fondé par le Père Babin, OMI, : le Centre religieux d'enseignement catéchétique, le CREC. Ce qui lui valut de donner des cours à l'Institut Catholique de Lyon de 1974 à 1978.

     

    Sa santé déclina vite. Il souffrait de la gorge. Il vint s'installer à Nyons, pensant que le climat lui serait plus favorable. Mais son mal continua de progresser, et entraîna même une paralysie de la mâchoire inférieure. Bientôt, il ne voulut plus recevoir de visites, tant il était défiguré. "J'essaie de me consoler en me disant que je souffre pour les Missions", disait-il. Le 21 novembre, il rendit son âme à Dieu.

     

    Le Père Becker a beaucoup travaillé en Inde, en Europe, à travers le monde, aussi longtemps que ses forces le lui ont permis. Il eut la conviction de la nécessité des moyens audiovisuels pour l'évangélisation. Il travailla toujours en équipe, et sut former des collaborateurs qui, peu à peu, prirent leurs initiatives. Il n'a jamais été curé de brousse, mais il a énormément circulé dans les villages de l'Inde, et a pu pénétrer l'âme du peuple indien. Sans être ni grand poète, ni grand peintre, ni grand musicien, il avait une âme d'artiste. A travers des milliers de photos qu'il prit, il chercha à faire découvrir aux autres la grandeur de Dieu, la beauté de ses oeuvres. Il fut un excellent prêtre, et sa grande dévotion fut celle envers la Vierge Marie. Il mit tout son zèle missionnaire au service de cette grande oeuvre de la formation des catéchistes, les auxiliaires indispensables de la Mission.

     

     

     

     

     

    Références biographiques

    CR 1947 p. 128. 1951 p. 106. 1955 p. 69. 1960 p. 81. 1961 p. 86. 1962 p. 99. 105. 1963 p. 106. 110. 1964 p. 68. 1965 p. 133. 1966 p. 175. 1967 p. 120. 121. 1969 p. 139.

    BME 1948 p. 254. 1949 p. 188. 1951 p. 149. 1952 p. 639. 763. 1953 p. 407. 1954 p. 844. 846. 1131. 1138. 1955 p. 116. 562. 563. 795. photo p. 330. 1957 p. 659. 1107. photo p. 622. 1958 p. 86. 752. 879. 986. 1001. 1959 p. 97. 885.

    Epi 1963 p. 57. 724. 1964 p. 801. 818. 1965 p. 562. 1969 N° 38. p. 285. 1970 p. 674.

    EC RBac N° 426. 459. 627. 643. 650. 713. 724. N° 5P149 -11P329A. - 13P405A. - 14P448. - 26P7. - 50P74. - 58P326A. 238/114.

    R. MEP 1963 N° 125 p. 38. 1966 p. N° 147. p. 25. 1963 N° 130 p. 18. 1965 N° 142 p. 55.

    • Numéro : 3796
    • Pays : Inde
    • Année : 1947