Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emile BEAUDEVIN (1897-1976)

Père Emile BEAUDEVIN Missionnaire en Corée 1897 - 1976 Né le 5 février 1897 Hadol, diocèse de Saint-Dié, Vosges. Entré aux Missions Etrangères le 14 septembre 1920. Prêtre le 23 décembre 1922. Parti pour Hong-Kong (Procure) le 16 avril 1923. En mission en Corée de 1926 à 1973. Retiré Lauris en 1973. Décédé à Lauris le 13 juillet 1976 Enfance et jeunesse
Add this

    [3231]  BEAUDEVIN Émile, est né le 5 février 1897 à Hadol, petit village des Vosges, au diocèse de St Dié, dans une famille d'agriculteurs. Il fait ses études primaires à Hadol, ses études secondaires à Rambervillers et à Mattaincourt, puis entre au Grand Séminaire de St Dié. En 1916, il est mobilisé pour la guerre qu'il termine comme lieutenant d'artillerie, puis retourne sans hésitation au Séminaire diocésain.

     

    Il entre minoré au Séminaire des Missions Étrangères le 14 septembre 1920, est ordonné prêtre le 23 décembre 1922 et est destiné au service des procures, son départ de Paris ayant lieu le 16 avril 1923. Son expérience à la procure de Hongkong1 n'est pas des plus heureuses et, le 5 septembre 1926, il reçoit une nouvelle destination pour le vicariat apostolique de Taegu en Corée, où il arrive le 26 octobre suivant.

     

    Il se met à l'étude de la langue coréenne, que d'ailleurs il ne parlera jamais convenablement, et en 1927 reçoit la charge de la nouvelle paroisse de Eun-yang, dans la partie nord de la province du Kyong-sang méridional, non loin du petit port d'Oulsan qui, cinquante ans plus tard, deviendra une grande ville industrielle. Pendant une douzaine d'années, le Père Beaudevin se dépense sans compter dans ce district bien étendu, où il construit une église en pierre dont il restera toujours fier.

     

    À Mgr. Demange, décédé le 9 février 1938, succède Mgr. Mousset, qui était à la fois le provicaire et le procureur de la mission. En 1939, le Père Beaudevin reçoit cette double charge et doit donc quitter Eun-yang pour rejoindre Taegu, où il donne aussi quelques cours au Grand Séminaire. En 1942, les Japonais réussissent à imposer un vicaire apostolique japonais à Taegu, surveillent de près les mouvements des missionnaires étrangers, puis les internent à la paroisse de Nam-san-dong à Taegu depuis avril 1945 jusqu'à leur défait en août de cette année-là. Un administrateur apostolique coréen est choisi pour succéder à l'évêque japonais, et le Père Beaudevin est nommé en 1946 au poste de Ko-song, à l'extrémité sud du vicariat. Cette paroisse, qui a été fondée en 1940, voit son curé changer tous les deux ans, et ce sera aussi le cas du Père Beaudevin.

     

    En effet, en 1948, la province du Choung-chong méridional est détachée du vicariat apostolique de Séoul pour devenir la préfecture de Taejon, avec Mgr. Larribeau comme administrateur, et les missionnaires MEP des vicariats de Séoul et de Taegu sont priés de s'y regrouper. Le Père Beaudevin rejoint donc la nouvelle mission, et Mgr. Larribeau le nomme à la fois responsable du district important de Yé-san, et pro-administrateur de la mission.

     

    Pendant l'absence de Mgr. Larribeau, parti pour l'Assemblée Général des MEP de 1950, le Père Beaudevin quitte temporairement sa paroisse de Yé-san pour diriger la mission depuis son centre (d'ailleurs excentriquement placé) de Taejon. Et c'est alors, le 25 juin 1950, que les troupes communistes de Corée du Nord envahissent la Corée du Sud. Le Père Beaudevin adresse aux missionnaires une circulaire par laquelle il leur donne des pouvoirs étendus en raison des circonstances et les prie de rester calmement à leur poste "jusqu'à nouvel ordre". Mais l'avance des nordistes est si rapide qu'il n'y aura pas de "nouvel ordre". Les confrères qui se trouvent à Taejon même ou dans la sud de la mission vont pouvoir se réfugier à Pusan, mais ceux qui se trouvent au nord sont tous capturés et, soit emmenés en Corée du Nord, soit massacrés à Taejon en fin septembre 1950, juste avant le repli des troupes nordistes. Les missionnaires qui ont survécu à la tourmente regagnent leur poste pour s'occuper de leurs chrétiens et de ceux qui ont perdu leur pasteur. Mais trois mois plus tard, les "volontaires" chinois viennent à la rescousse des nord-coréens qui, une fois encore, envahissent le sud. Devant la nouvelle menace, le Père Beaudevin s'empresse de convoquer tous les missionnaires et, le 6 janvier 1951, de les faire partir pour chercher refuge à Pusan. Les Chinois et les Nord-Coréens étant repoussés, tout le monde est sain et sauf et peut regagner son poste pour la Semaine Sainte.

     

    Rentré en Corée, Mgr. Larribeau reprend la direction de la mission, et le Père Beaudevin regagne sa paroisse de Yé-san. Pendant près de 15 ans, il y déploie une activité intense, tant au point de vue spirituel que matériel. Chaque année, il a la joie de baptiser de nombreux catéchumènes bien préparés. Afin de permettre aux chrétiens de ses nombreuses dessertes de se réunir dans des locaux convenables, il fait construire bon nombre de chapelles dans son district, et à Yé-san même, il fait construire une maison pour les Religieuses qu'il y a fait venir pour mieux assurer l'instruction des catéchumènes et des enfants chrétiens.

     

    Quand Mgr. Larribeau devient "vicaire apostolique" de Taejon en 1958, le Père Beaudevin devint provicaire et quand Mgr. Larribeau devient évêque titulaire de Taejon en 1962, le Père Beaudevin devient vicaire général du diocèse, mais ces promotions ne changent pas grand chose. Par contre, quand la démission de Mgr. Larribeau est acceptée en mars 19632, le Père Beaudevin est officiellement nommé Administrateur apostolique du diocèse et donc chargé d'en administrer les affaires et de préparer la nomination du nouvel évêque, mais il ne quitte pas pour autant sa paroisse de Yé-san. Quand finalement un évêque coréen est nommé à Taejon en mars 1965, le Père Beaudevin songe à se retirer à Yé-san même, mais l'évêque lui demande de prendre la nouvelle paroisse de Sap-kyo avec ses dessertes, et le Père Beaudevin accepte bien volontiers, car il s'agit d'une partie de la paroisse de Yé-san. Et comme la nouvelle paroisse a déjà son église, construite par lui-même, il a seulement à construire sa résidence et celle des Religieuses qu'il va faire venir pour l'aider. En 1970, le jeune Père P. Plassier lui est donné comme vicaire. Et le jour de ses 75 ans, le Père Beaudevin donne sa démission de curé de Sap-kyo et se retire sur place, tandis que le Père Plassier prend la charge de la paroisse. En 1973, pour ses noces d'or sacerdotales, les paroissiens de Yé-san et de Sap-kyo marquent chaleureusement leur attachement et leur reconnaissance à leur ancien curé.

     

    Les chrétiens de Sap-kyo auraient bien voulu le garder chez eux, mais dans la crainte de devenir un jour une charge pour eux et pour son successeur, le Père Beaudevin décide de rentrer en France où il arrive le 9 mai 1973. Après un court séjour dans ses Vosges natales, il se rend à Lauris où il meurt subitement au début de l'après-midi du 13 juillet 1976, terminant une vie toute remplie de simplicité avec Dieu, avec les autres et avec lui-même, de fidélité à sa vocation, à son ministère et à l'Église, et d'optimisme. Il repose au caveau des Missions Étrangères à Lauris.

     

     

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1923 p. 118. 1934 p. 85. 1937 p. 39. 1938 p. 202 (art.).

    CR 1923 p. 177. 1928 p. 32. 1929 p. 47. 1930 p. 45. 1932 p. 48. 1933 p. 37. 1939 p. 25. 1948 p. 11. 1949 p. 22. 1950 p. 15. 1952 p. 19. 1953 p. 18. 1954 p. 31. 1955 p. 18. 1956 p. 21. 1957 p. 24. 1958 p. 30. 1960 p. 36. 1961 p. 12. 13. 1962 p. 21. 1963 p. 32. 1964 p. 26. 1965 p. 42. 1966 p. 48. 1967 p. 38. 40. 1969 p. 40. 41. 1974-76 p. 263.

    BME 1923 p. 248. 395. 455. 1924 p. 128. 1925 p. 313. 1926 p. 518. 1928 p. 702. 1930 p. 233. 1933 p. 194. 686. 1934 p. 42. 1935 p. 259. 1936 p. 41. 42. 807. 887. 1937 p. 419. 1939 p. 190. 1940 p. 43. 334. 683. 1949 p. 106. 423. 425. 575. 576. 630. 631. 738 (art.). 765sq. 1950 p. 56. 115. 330. 331. 441. 553. 554. 674. 681. 683. 752. 1951 p. 15. 155. 156. 297. 357. 420. 421. 485. 486. 681. 753. 1952 p. 30. 109. 179. 180. 181. 257. 328. 406. 407. 564. 685. 750. photo p. 333. 1953 p. 101. 190. 472. 701. 772. 1954 p. 260. 467. 564. 672. 673. 893. 1955 p. 35. 140. 239sq. 451. 633sq. 774. 775. 895. 994. 995. 1079. 1956 p. 159. 263. 352. 454. 457. 647. 777. 991. 1069. 1957 p. 56. 254. 454sq. 541. 628. 631. 752. 858. 1958 p. 171. 249. 450. 538. 744. 841. 843. 1959 p. 567. 164. 257. 259. 431. 432. 529. 626sq. 725. 858. 859. 862. 965. 966. 1058. 1059. 1960 p. 170. 172. 257. 355. 454. 633. 721. 933. 1961 p. 72. 73. 144. 223. 304sq. 566sq. 856. 926.

    EPI 1962 p. 197. 199. 485. 487. 688. 690. 1963 p. 122. 123. 125. 269. 418. 419. 585. 586. 711. 1964 p. 116sq. 543. 545. 857sq. 1965 p. 835sq. 1966 p. 263sq. 1969 p. 501.

    MDA 1951 p. 160.

    R.MEP n° 121 p. 50.

    EC1 N°  32. 310. 312. 468. 486. 741. 763. 769.

    EC2 N°  7P202. 205 - 14P436 - 16/C3 - 22P227 - 46P306 - 58P329 - 64/C2 - 82P47 - 93P50 - 100/C2.


     

     


     

    • Numéro : 3231
    • Pays : Corée
    • Année : 1923