Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Séraphin BAZIN (1840-1914)

BAZIN Séraphin (1840-1914) CHINE
Add this

    [0865]  BAZIN Séraphin, Michel, est né le 11 juin 1840 à Voultegon, au diocèse de Poitiers (Deux Sèvres). Il reçoit les ordres mineurs au Grand Séminaire de Poitiers et entre aux Missions Étrangères le 29 octobre 1862. Il est ordonné prêtre le 17 décembre 1864. Le 15 février 1965, il part pour Canton.

     

    Il reste deux ans à Canton pour apprendre la langue et se former au ministère. En 1867, il part pour Shanghai avec un groupe de missionnaires destinés à l'ouest de la Chine. Il arrive à Chungkin en janvier 1868 et à Khouy-yang le 31 mars de la même année. Il est envoyé à Sy-lin-hien, puis à Chang-tsin, village situé sur une montagne où s'étaient réunis les anciens chrétiens de St Chapdelaine et qui restera pendant longtemps le centre du district de Sy-lin-hien. À la fin de mai 1889, il entreprend la visite de nombreuses stations, à moitié détruites par les rebelles, dans la mission du Kouytchéou.

     

    M. Bazin devient un vrai linguiste. Avec l'aide de son fidèle secrétaire, Tchen-Chouy-tang, nouveau converti, il traduit en chinois l'"Histoire de l'Église de Corée", par M. Dallet, et compose plusieurs opuscules dans la même langue. Au cours de ses randonnées, il fait un grand nombre de conversions.

     

    Il est heureux, lui, le continuateur de l'oeuvre des Martyrs, de prendre part à la confection des Procès canoniques de St Chapdelaine et de ses compagnons. En 1887, il a la joie de voir s'ouvrir le poste de Ko-kao à la foi. En 1892, il assiste au Synode de Chang-se, et par ses interventions, il fait preuve d'une grande expérience du ministère en Chine.

     

    Vers 1896, Mgr. Chouzy lui demande d'aller fonder un nouveau district dans le bas Si-kiang, près de la frontière du Kouangtong. Il ne se sent pas la force, à son âge, de faire un si grand sacrifice. Il préfère rester au Kouytchéou et devient le curé du poste de Mou-you-se, qu'il a appris à connaître au cours de ses voyages.

     

    Il reste 15 ans dans ce poste et y travaille avec fruit, malgré les fatigues dues à son âge. Il excelle dans l'enseignement du catéchisme, qu'il fait dans un chinois impeccable. Il prêche aussi de nombreuses retraites aux prêtres indigènes, aux élèves du Grand Séminaire, à ceux du Petit Séminaire et aux Vierges chinoises. Il consacre beaucoup de temps à la prière. On le voit, le soir, se promener dans la grande allée de son jardin, en égrainant son chapelet. Chaque soir, il dit trois chapelets : un en latin, l'autre en français et le dernier en chinois.

     

    En juin 1914, il fait une chute et se brise le genoux et le fémur de la jambe droite. À la suite de ce terrible accident, il reste étendu sur un lit pendant 40 jours. Son état s'aggrave, la faiblesse augmente et le moment fatal approche. M. Thibaut lui fait une exhortation, le 25 juin, pour le préparer à la mort. Il reçoit une dernière absolution, et le 26 juin au matin, il rend son âme à Dieu. Ses chrétiens vinrent faire de longues prières près de son cercueil.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1902 p. 196. 1907 p. 357 (art). 1914 p. 153.

    CR 1872 p. 29. 30. 1875 p. 27. 28. déc 1876 p. 19. déc 1877 p. 23sq. 1878 p. 27. 1879 p. 35. 36. 1880 p. 50. 1883 p. 35. 36. déc 1884 p. 78. 1885 p. 68. 69. 1886 p. 79. 1887 p. 122. 1889 p. 278. 279. 290. 1891 p. 133. 134. 1892 p. 151. 1893 p. 159. 1894 p. 170. 174. 356sq. 1895 p. 182. 1897 p. 279. 1899 p. 298. 1901 p. 114. 1908 p. 112. 1913 p. 34. 403. 1914 p. 61. 204. 1949 p. 238.

    BME 1932 p. 698. 1934 p. 12.

    MC 1869 p. 153. 260. 1894 p. 247.

    APF 1869 p. 317. 1871 p. 170.

    SR. Poitiers 1865 p. 164. 1867 p. 310. 1868 p. 152. 1869 p. 446. 1871 p. 583. 1894 p. 11.

    SR. Arras 1889 p. 246.

    Le Tour du Monde, 1901, 2è sem. p. 32.

    • Numéro : 865
    • Pays : Chine
    • Année : 1865