Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François BAYOL (1846-1924)

BAYOL François (1846- 1924) INDE
Add this

    [1119] BAYOL François, est né à Saint-Antonin, dans le diocèse de Montauban (Tarn et Garonne). Il quitta la ferme de ses parents pour entrer d'abord au Grand Séminaire de Séez, pour y faire sa philosophie, puis au Séminaire des Missions Etrangères pour devenir missionnaire. Il fut ordonné prêtre le 25 mai 1872, et partit le 19 juin pour la Mission de Pondichéry.

     

    Mgr. Laouënan le nomma aussitôt professeur au Collège colonial. Ses anciens élèves, qui vivent encore, aiment à parler de leur ancien professeur et à rappeler sa simplicité, sa bonhomie souriante, l'affection respectueuse qu'il avait sur leur inspirer.

     

    Du Collège colonial, il fut envoyé à Polur, dans le Nord de la Mission. La grande famine de cette époque, qui emporta 7 millions d'habitants dans le Sud de l'Inde, y sévissait depuis plus de deux ans. De tous côtés, des malheureux se trainaient à travers les campagnes brûlées par un soleil implacable. Ils étaient sans nourriture, à peu près sans vêtement, errant à la recherche de quelques feuilles non encore desséchées qui leur permissent d'apaiser leur faim. Sur les bords des routes, étaient semés des cadavres, des squelettes d'agonisants qui n'avaient plus la force d'aller plus loin. Ce fut au milieu de cette désolation que le jeune missionnaire fit ses premiers pas dans la vie apostolique. Ce fut très dur, et au bout de quelques temps, ses forces ne purent suffire à la tâche ; alors, ses supérieurs durent le rappeler à Pondichéry.

     

    Après un bon repos, Mgr. Laouënan l'envoya à Tiruvadi, à l'autre extrêmité de la Mission. Il n'y avait point de résidence pour le prêtre. Aussi, M. Bayol dut se faire architecte. Il se mit à l'oeuvre et en moins de trois mois, le presbytère était bâtit. Détail intéressant : l'architecte avait oublié de ménager des fenêtres. Il fallut bien en mettre, mais Mgr. Laouënan lui dit en plaisantant : "Père Bayol, vous avez eu une prévoyance de vrai normand. Au moins, on ne pourra vous accuser, ni vous, ni vos sucesseurs, de jeter l'argent par les fenêtres !".

     

    Dans la plupart des postes qu'il occupa pendant sa longue carrière : Kottampalayam, Settipatti, Viriyur, Muthalpet etc.  il laissa quelques souvenirs de ses talents de bâtisseur : ici un couvent, là une résidence, ailleurs, une chapelle. Il mit le couronnement de son oeuvre en traçant le plan de l'église du Sacré Coeur de Pondichéry. Plus tard, lorsque l'effet des ans eut obscurci sa mémoire, l'image de l'église du Sacré Coeur restait toujours vivante ; il l'appelait son église, son oeuvre, et même son chef-d'oeuvre.

     

    Toute sa vie, il fut simple et bon pour tous, mais sa bonté l'inclinait particulièrement vers les petits enfants. Les petits enfants le devinaient et accouraient en foule à ses côtés. Il leur apprenait à faire le signe de la croix et à réciter quelques simples prières.

     

    Il aimait la pauvreté et la pratiquait. Il ne prenait guère soin de lui-même. Il vécut pauvre et mourut pauvre, ne laissant pour tout héritage que de vieux livres, compagnons de ses nombreuses pérégrinations. De constitution robuste, il ne fut jamais malade. Pourtant, il souffrait depuis l'âge de quarante ans d'un rhumatisme à l'échine. Le Père Dessaint, qui s'y connaissait en médecine, lui expliqua après l'avoir bien examiné : "Vous avez un rhumatisme chronique, volant et incurable." Malgré cela, il continua à travailler. Il fut serviable pour tous, charitable à l'excès. On ne l'entendit jamais dire de médisance. Il puisait sa force spirituelle dans ses exercices de piété, et en toute humilité, il ne regarda jamais en dehors du sillon qui lui était confié. Il fit ainsi de l'excellent travail missionnaire. Il mourut à Pondichéry le 14 juillet 1924.

     

     

    Références biographiques

    AME 1924 p. 197.

    CR 1922 p. 53. 1924 p. 122. 210.

    BME 1922 p. 448. 1924 p. 190. 547 +.

    EC RBac 66 +.

     

    • Numéro : 1119
    • Pays : Inde
    • Année : 1872