Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Claude BARRIÈRE (1871-1946)

BARRIÈRE Jean-Claude (1871-1946) CHINE
Add this

    [2227]  BARRIÈRE Jean-Claude, Ambroise, est né le 17 septembre 1871 à Sauxillanges, au diocèse de Clermont (Puy de Dôme). Nous ne savons rien de sa prime jeunesse, sinon qu'il est entré au Séminaire des Missions Étrangères le 8 septembre 1891. Il fut ordonné prêtre le 28 juin 1896, et partit le 29 juillet suivant pour la mission du Kouangsi.

     

    À son arrivée en Chine, en compagnie du Père Mazel, massacré quelques mois plus tard à Loli, le 1er avril 1897, il resta à l'évêché de Kweishien. De 1896 à 1903, il résida dans ce centre, apprenant le dialecte chinois, le hakka, et après ses études linguistiques, il fut chargé d'organiser un Petit Séminaire dans cette jeune mission, tout en se perfectionnant dans la langue chinoise. Mais sa santé se détériora vite, et il fut contraint de retourner en France pour se soigner. En 1908, il allait beaucoup mieux et il profita du retour en Chine de Mgr. Lavest pour l'accompagner en avril 1908. Arrivé à Nanning, il fut chargé de la procure de la mission et de la paroisse de la cathédrale. C'est à la procure qu'il eut beaucoup de travail, car il fallait faire venir tout d'ailleurs pour la subsistance des confrères et de leurs oeuvres. Les paroissiens, eux, ne se préoccupaient pas beaucoup du salut de leur âme. Aussi M. Barrière fut-il l'aumônier des Soeurs de Saint Paul de Chartres. Il présida l'organisation de la Société des Vierges de la Sainte Famille pendant cinq ans.

     

    En 1913, Mgr. Ducoeur, succédant à Mgr. Chouzy, nomma M. Costenoble pro-préfet apostolique et procureur de la mission. M. Barrière remplaça M. Costenoble à Long tchéou, poste non loin du Tonkin, où la piraterie et la contrebande opéraient en grand au milieu de races diverses venues se mélanger aux Chinois. Ce fut un ministère difficile et peu fructueux pour le missionnaire.

     

    En 1930, les communistes pillèrent et incendièrent la maison du missionnaire, puis emmenèrent en captivité tout le personnel de la mission. Ces événements fatiguèrent beaucoup M. Barrière, qui dut partir pour se soigner à Hongkong. Il repartit pour la France en février 1933.

     

    Malgré ses rhumatismes, qui rendaient ses déplacements difficiles, il voulut rendre service, et devint aumônier de l'hôpital civil de Chatillon sur Indre. Les Religieuses de cet établissement soignèrent le Père avec beaucoup de dévouement, mais en 1945, la maladie fit de rapides progrès et le 11 mars 1946, notre confrère rendit son âme à Dieu.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1896 p. 579. 1898 p. 194 (art). 1930 p. 124. 161. 238-256 (art). 1931 p. 27.

    CR 1896 p. 331. 1897 p. 131. 1899 p. 165. 1900 p. 137. 1901 p. 131. 1902 p. 149. 1903 p. 139. 1910 p. 140. 325. 1913 p. 173. 1916 p. 101. 1918 p. 56. 1922 p. 82. 1923 p. 96. 1924 p. 76. 1926 p. 91. 1927 p. 87. 1929 p. 123. 1930 p. 140. 142. 1931 p. 134. 1933 p. 121. 1947 p. 309.

    BME 1930 p. 240. 282. 310. 374. 1931 p. 93. 94. 860. 1932 p. 678. 1933 p. 206. 540. 1934 p. 88. 89. 1940 p. 831. 1941 p. 337.

    MC 1930 p. 136.

    EC1 N°  193. 264. 444.

     

    • Numéro : 2227
    • Pays : Chine
    • Année : 1896