Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Albert BARRÈS (1879-1920)

BARRES Albert (1879-1920)
Add this

    [2654]  BARRÈS Albert, Valentin, est né le 14 février 1879 à Montagnol, au diocèse de Rodez (Aveyron). Après ses études primaires, il entra au Petit Séminaire d'Issy, et, le 9 septembre 1898, il entra au Séminaire des Missions Étrangères. Ordonné prêtre le 29 juin 1902, il partit le 30 juillet suivant pour la mission du Kouangsi. Il dut d'abord se mettre à l'étude de la langue chinoise, et fut nommé au Petit Séminaire de Nanning où il resta jusqu'en 1907. On lui confia alors le poste de Lomai, qu'il occupa jusqu'en 1919.

     

    Ce village, entièrement chrétien, comprenait quelques autres familles de chrétiens ou de catéchumènes, disséminés dans les villages environnants. Il s'adonna avec ardeur à l'instruction et à la formation des chrétiens. Quant à la conversion des païens, il se montra prudent, et assez lent, craignant toujours d'inextricables difficultés, à cause de leurs procès, de leurs chicanes et de divers imbroglios.

     

    Il prêchait souvent, et il excellait à faire pénétrer la doctrine dans l'esprit de ses auditeurs. Pendant les soirées d'hiver, il réunissait dans sa maison les hommes et les jeunes gens du village pour des causeries, qui aboutissaient toujours sur un sujet religieux. Répondant aux objections, souvent les provoquant, abordant de nouveaux articles de dogme ou de morale, entremêlant le tout d'histoires tirées de la vie des Saints, il tenait tout son monde attentif, jusqu'à une heure avancée de la nuit. Il tenait parfois le rôle de magistrat pour juger les actes contre la discipline, infligeait des punitions, et terminait en assurant le pardon à tous les coupables qui feraient amende honorable.

     

    En 1917, il eut une éruption de furoncles et sa santé en resta ébranlée. Au mois d'octobre 1919, il consentit à aller consulter un docteur à Hongkong. C'était malheureusement trop tard. Son estomac et ses intestins fonctionnaient mal. Son état empira vite et il lui devint impossible d'absorber quelque nourriture que ce soit, même du lait. Il se résigna à la volonté de Dieu. Il reçut le sacrement des malades le 22 décembre. Il ne fit que décliner, et le 19 février 1920, il mourut d'un cancer au foie et à l'estomac.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1902 p. 327. 1919-20 p. 438. 1912 p. 189 (art).

    CR 1902 p. 302. 1903 p. 139. 1904 p. 151. 1905 p. 121. 1906 p. 136. 1908 p. 130. 1911 p. 117. 1912 p. 167. 1917 p. 74. 1918 p. 56. 1920 p. 45. 82. 145. 1940 p. 130.

    BME 1931 p. 94.

    • Numéro : 2654
    • Pays : Chine
    • Année : 1902