Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vite BARIOD (1822-1875)

BARIOD Vite (1822-1875) CHINE
Add this

    [625]. BARIOD, Vite, né le 23 janvier 1822, à Saint-Maurice (Jura), entra minoré au Séminaire des M.-E. le 30 avril 1850, fut ordonné prêtre le 20 décembre 1851, partit le 29 avril 1852 pour le Yun-nan. C’est à la cérémonie de ce départ, qui comprenait, avec M. Bariod, MM. Chapdelaine, Chirou, Verdier, Deluc et Payan, que fut pour la première fois chanté le Chant du départ des missionnaires, composé par M. Dallet, encore aspirant aux M.-E.

    Bariod fut chargé du district de Ko-koui où il était encore en 1867. Ce district était alors fort étendu, et son titulaire s’occupait même de la chrétienté de Fa-tche-o, dans la province du Kouy-tcheou. En 1859, le prêtre fut pris par les voleurs qui le frappèrent, le dépouillèrent de ses vêtements, l’attachèrent à l’autel d’une pagode, et le laissèrent pendant deux jours sans nourriture. Pour le remettre en liberté, ils lui réclamèrent 400 onces d’argent, et, comme il répondit ne pas les avoir, ils lui ordonnèrent de vendre son église. Le missionnaire, ayant refusé, fut condamné à mort, et le chef des bandits lui envoya une feuille de papier rouge sur laquelle étaient écrits ces mots­ : « Bariod, le grand maître, n’ayant pas voulu donner l’argent demandé, aura la tête coupée demain. » Heureusement, les chrétiens et les païens du voisinage s’unirent pour le délivrer.

    En 1872, il quitta la mission et la Société des M.-E., revint en France, entra chez les Prémontrés, à l’abbaye de Saint-Michel de Frigolet (Bouches-du-Rhône), où il mourut le 21 mars 1875.

     

    Notes bio-bibliographiques.

    A. P. F., xxviii, 1856, pp. 153, 156­ ; xxxii, 1860, pp. 221, 224.

    A. S.-E., xx, 1868, p. 34­ ; xxiii, 1872, p. 588.

    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph.

    • Numéro : 625
    • Pays : Chine
    • Année : 1852