Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph BARDOU (1834-1903)

BarDOU Étienne Mgr (1834-1903) INDE
Add this

    [734]. BARDOU, Etienne-Auguste-Joseph-Louis, le troisième vicaire apostolique du Coïmbatour dans l’ordre chronologique, mais le premier par les services rendus, naquit à Renneville (Haute-Garonne), le 28 avril 1834. Il commença ses études théologiques au grand séminaire de Toulouse et les acheva au Séminaire des M.-E. où il entra tonsuré le 13 juin 1856. Il reçut la prêtrise le 29 mai 1858 et partit le 29 août suivant pour le Coïmbatour. Il apprit la langue à Karoumatampatty, fut chargé successivement des paroisses d’Erode et de Palghat, et reconstruisit l’église de cette dernière chrétienté. (Eglise, grav. Hist. miss. Inde, v, p. ii.) En 1866, Mgr Dépommier lui confia la procure de la mission et la paroisse de Coïmbatore.

    En 1874, le 30 avril, il fut nommé évêque de Telmesse et vicaire apostolique du Coïmbatour­ ; il reçut l’onction épiscopale à Coïmbatore le 23 août suivant. Il avait 40 ans. Sa santé robuste, sa prudence, son esprit d’ordre promettaient une administration longue et heureuse. Ces promesses furent tenues. Sous son gouvernement, et avec son concours, furent fondés­ : un orphelinat à Coïmbatore, auquel on annexa, en 1890, une école professionnelle­ ; l’institution Saint-Michel pour les garçons­ ; le pensionnat des Frères de Saint-Patrick à Coonoor. (Institutions Saint-Michel et Saint-Patrick, grav. Hist. miss. Inde, v, pp. lxxxv, xcv)­ ; de nombreuses écoles dans les districts.

    La R. M. Marie de la Passion et ses compagnes qui, pendant leur séjour au Maduré, se séparèrent de la Société de Marie Réparatrice en 1876, reçurent son appui pour l’établissement de leur pensionnat à Ootacamund. (Etablissements des religieuses, grav. M. C., xliii, 1911, pp. 308, 309. — Hist. miss. Inde, v, pp. xcvii, xcix). Ce fut à lui que, le 6 janvier 1877, M. Rousseille télégraphia de Rome l’autorisation de créer l’Institut des Missionnaires Franciscaines de Marie. L’évêque approuva le plan de la Congrégation qui lui avait été soumis. Après l’élection qui fut faite en chapitre régulier à Ootacamund le 25 avril 1877, sous la présidence de son provicaire, M. de Gélis, il envoya à la R. M. Marie de la Passion sa nomination de supérieure générale du nouvel Institut. Il aida ensuite ces religieuses à établir dans sa mission plusieurs hôpitaux et dispensaires particulièrement à Coïmbatore. (Etablissements des religieuses, grav. Hist. miss. Inde, pp. lxxv, lxxxvii). Avec son concours, les religieuses de Saint-Joseph de Tarbes et leur institution pour les jeunes filles furent installées à Coonoor en 1902.

    Grâce à une économie bien entendue, il trouva les ressources nécessaires pour faire construire peu à peu les églises et les résidences des chefs-lieux de district. Pendant de longues années, il tint à enseigner lui-même la théologie aux élèves de son séminaire.

    Lors de la grande famine qui désola l’Inde, de 1876 à 1878, 6 000 païens furent baptisés dans sa mission­ ; malheureusement, le fléau disparu, un certain nombre de ces nouveaux convertis apostasièrent. Aussi l’évêque émit-il l’opinion que si pareille misère revenait, les missionnaires devraient s’efforcer de recueillir beaucoup d’enfants dans les orphelinats, et surtout d’aider les chrétiens, mais d’être plus difficiles à admettre les païens au baptême.

    En 1879, il fit imprimer le règlement de la mission révisé par lui.

    Vers 1885, il s’entendit avec le vicaire apostolique du Maïssour, Mgr Coadou, sur une nouvelle délimitation de leurs missions respectives, délimitation qui reçut l’approbation de Rome, et donna au Coïmbatour la partie du district civil des Nilgiris qu’il n’avait pas encore, et au Maïssour la région du Collegal, où l’on parlait le Canara.

    En 1886, lors de la proclamation de la hiérarchie catholique dans l’Inde, il fut, le 25 novembre, nommé évêque de Coïmbatore, et préconisé le 17 mars 1887. A l’occasion de ses noces d’argent épiscopales en 1899, il fut nommé par le Pape Léon XIII assistant au trône pontifical et comte romain. Il mourut à Coïmbatore, le 7 février 1903.

     

    Armes. — D’or au Bon Pasteur au naturel terrassé de sinople. — Cimier­ : le monogramme des Missions-Étrangères.

    Devise. — Parcet pauperi et inopi.

     

    Bibliographie

    — Esquisse de Règlement pour la mission du Coïmbatour.

    — Bangalore, imprimerie de la mission, 1879, in-12, pp. 37.

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.R., 1874 (déc.), p. 35­ ; 1875, p. 50­ ; 1876, p. 41­ ; 1877, pp. 41, 55­ ; 1878, p. 46­ ; 1879, p. 67­ ; 1880, p. 88­ ; 1881, pp. 98, 124­; 1882, p. 97­ ; 1883, p. 107­ ; 1884, p. 143­ ; 1885, p. 129­ ; 1886, p. 138­ ; 1887, p. 182­ ; 1888, pp. 190, 209, 256­ ; 1889, p. 225­ ; 1890, p. 194­ ; 1891, pp. 227, 269­ ; 1892, pp. 246, 337­ ; 1893, p. 254­ ; 1894, p. 287­ ; 1895, p. 316­ ; 1896, pp. 312, 404­ ; 1897, p. 265­ ; 1898, p. 255­ ; 1899, p. 281­ ; 1900, p. 234­ ; 1901, p. 252­ ; 1902, p. 273.

    A. P. F., xlvii, 1875, p. 147­ ; xlix, 1877, La famine, p. 358­ ; l, 1878, p. 102­ ; lxxi, 1899, p. 237­ ; lxxv, 1903, p. 239.

    A. S.E., xxvi, 1875, p. 335­ ; xxviii, 1877, Visite à l’orphelinat-ferme, p. 165­ ; xxix, 1878, p. 130­ ; xxxvii, 1886, p. 314­ ; xxxix, 1888, pp. 186, 247­ ; l, 1899, pp. 297, 366­ ; liii, 1902, p. 364.

    M. C., vi, 1874, Sa nomination épiscopale, p. 190­ ; vii, 1875, Sceau, p. 18­ ; ix, 1877, La famine, pp. 261, 578­ ; xviii, 1886, p. 579­ ; xix, 1887, p. 136­ ; xxx, 1898, pp. 76, 616­ ; xxxi, 1899, Son jubilé épiscopal, p. 41­ ; xxxv, 1903, Sa mort, p. 83.

    B. O. P., 1893, p. 22­ ; 1894, p. 236.

    A. M.E., 1899, p. 272­ ; 1900, p. 55.

    — Sem. cath. Toulouse, 1874, p. 469­ ; 1875, p. 63­ ; 1891, p. 629­ ; 1903, p. 336. — Rev. rel. Rodez et Mende, 1877, La famine, p. 782. — Sem. rel. Versailles, 1898-99, p. 587.

    Hist. miss. Inde, Tab. alph. — T. R. M. Marie de la Passion, pp. 62, 72. — Arm. des Prél. franç., p. 242.

    Collect., 13 déc. 1874­ : n° 689.

    Portrait

    A. P. F., lxxv, 1903, p. 162.

    • Numéro : 734
    • Pays : Inde
    • Année : 1858