Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alexandre BADENIER (1819-1907)

BADENIER, Alexandre (1819-1907) INDE
Add this

    [651]. BADENIER, Alexandre-Auguste-Jules, est un des rares missionnaires qui ont pu célébrer leur jubilé sacerdotal. Il naquit le 10 octobre 1819, paroisse Saint-Aspais, à Melun (Seine-et-Marne), fit ses études au petit et au grand séminaire de Meaux et reçut le sacerdoce le 1er juin 1844. Le 15 du même mois, il fut nommé curé de Fromonville­ ; le 6 décembre 1846, curé de Chalifert. Son arrivée au Séminaire des M.-E. est du 24 décembre 1852, et son départ pour Pondichéry du 26 janvier 1854. D’abord envoyé à Pratacoudi puis à Cottapaleam, il fut en 1869 chargé du district de Viragalour, où il demeura jusqu’au 5 juin 1891. Il en acheva l’église et y fonda un couvent de religieuses indigènes. Il administra ensuite le poste de Tranquebar pendant neuf ans.

    En 1899, lors de la division du diocèse de Pondichéry, il fit partie de celui de Kumbakônam. Le 15 mai 1900 il revint à Viragalour et y resta jusqu’au 12 juin 1903­ ; épuisé par l’âge, il se retira à Tranquebar. En 1904, Mgr Bottero lui donna le titre de vicaire général honoraire.

    Deux ans plus tard, ses anciens paroissiens lui envoyèrent une députation afin de lui représenter « que, depuis son départ, tout était dans la désolation à Viragalour, les rivières ne donnaient plus d’eau, les récoltes séchaient sur pied, le bétail périssait etc. » En réalité ils voulaient s’assurer la possession du tombeau du missionnaire, tombeau qui, pensaient-ils, « serait pour leur village comme une sorte de palladium les protégeant contre toutes les calamités ». M. Badenier se rendit au désir des fidèles­ ; le 5 novembre 1906, il retourna à Viragalour­ ; il s’y éteignit le 14 janvier 1907.

    Parmi les résolutions trouvées dans ses écrits, son biographe cite celles-ci­ : « Pour rester constant dans ma vocation apostolique et obtenir la grâce de la persévérance finale, je méditerai souvent sur ces paroles de Notre-Seigneur­ : Qui perseveraverit usque in finem, hic salvus erit. Mes résolutions, que je place sous la protection du très saint et très immaculé cœur de Marie, feront l’objet d’une lecture attentive et d’un examen sérieux, le jour de la retraite du mois, comme devant être la base de mon jugement après ma mort. »

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.R., 1902, pp. 290, 293­ ; 1903, p. 294.

    M. C., xxxii, 1900, p. 291.

    B. O. P., 1895, p. 285.

    A. M.E., 1904, p. 243.

    Hist. miss. Inde, Tab. alph.

    • Numéro : 651
    • Pays : Inde
    • Année : 1854