Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Georges AUBERT (1871-1933)

AUBERT Georges (1866-1942) CHINE
Add this

    Georges, Eléosippe AUBERT naquit le 25 avril 1871, à Lannes, diocèse de Langres, département de la Haute Marne. Son père était instituteur. En octobre 1887, Georges entra en classe de troisième, au petit séminaire de Langres, omù il fit de brillantes études. Condisciple de M. Rozier, le futut directeur de la Revue de "l'Ami du Clergé", il partagea avec lui les prix d'Honneur et d'Excellence. En novembre 1889, il assista à Rome à la béatification du Bienheureux Jean-Gabriel Perboyre. En octobre 1890, il se dirigea vers le grand séminaire de Langres où il reçut la tonsure le 30 juin 1891.

     

    Le 8 juillet 1981, M. Georges Aubert sollicita son admission au Séminaire des Missions Etrangères; où il entra le 7 septembre 1891. Pendant une année, il remplit les fonctions d'infirmier. Minoré le 24 septembre 1892, sous-diacre le 22 septembre 1894, diacre le 9 mars 1895, ordonné prêtre le 30 juin 1895, il recut sa destination pour le vicariat apostolique du Thibet (Tatsienlou) qu'il partit rejoindre le 15 Août 1895.

     

    Après un voyage assez long, Il parvint à Tatsienlou, résidence du Vicaire Apostolique. Il fit ses premières armes dans la station chinoise de Cha-pa où, en 1896, il succéda à M.Grandjean, et avec l'assistance du prêtre thibétain Télesphore Hiông, il fit un essai de séminaire avec trois élèves. Peu après, M.Aubert tomba malade. Mgr. Giraudeau le rappela auprès de lui, et en 1898, le chargea d'installer le petit séminaire à Tatsienlou, et le garda à ce poste tout le temps nécessaire au rétablissement de sa santé.

     

    En 1899, M. Georges Aubert fut envoyé au sud de Tatsienlou, au district de Mo-sy-mien; il y trouva un orphelinat fondé l'année précédente, et quelques néophytes. Les temps étaient fort troublés à cette époque. En 1900, la famine fit rage dans le district. Des bandes de brigands se manifestèrent un peu partout. Le 21 mars 1901, Tcheou-Hoa-Chan, chef d'une bande de huit cents à mille pillards se dirigea vers Mo-sy-mien. Dans la soirée du lendemain, M. Georges Aubert et son orphelinat partirent se réfugier dans la montagne de Tsay-yang, où ils se cachèrent pendant deux jours. De la résidence du missionnaire, de l'orphelinat et de la chapelle, il ne restait que des murs.

     

    En 1901, M. Georges Aubert fut rappelé en France pour remplacer parmi les directeurs M. Cottin décédé le 31 décembre 1900. Arrivé à Paris le 5 novembre 1901, il fut chargé du cours de première année de philosophie à Bièvres. En 1907, il assura les cours de Droit Canonique et d'Histoire Ecclésiastique au séminaire de Paris, puis revint à Bièvres en 1914. D'un caractère réservé, un peu nerveux par nature, légèrement timide et souffrant d'une certaine difficulté pour s'exprimer, son enseignement solide ne fut pas toujours goûté de ses élèves, malgré tout le soin de préparation qu'il y apportait.

     

    En 1901, dès son retour en France, NN.SS. les Evêques du groupe de l'ouest de la Chine, firent de M. Georges Aubert leur représentant au conseil des directeurs de Paris.. En 1921, membre du Conseil Central, il travailla dans l'Administration Centrale de la Société. En 1922, il remplaça provisoirement M. Denis, comme représentant du groupe des missions du Tonkin.

     

    Mobilisé pendant la première guerre mondiale, M. Georges Aubert fut envoyé en 1915 dans la section des infirmiers à Chaumont. Il remplit aussi le rôle d'interprête auprès des ouvriers chinois.

     

    En avril 1932, atteint d'un cancer au dessous de la langue, il entra à l'hôpital Saint Joseph pour y subir une opération qui donna de bons résultats. Mais le 6 novembre 1932, suite à une grave hémorragie, Mgr. de Guébriant lui donna le sacrement des malades. Il s'en suivit un léger mieux, mais son mal réapparut au niveau de l'épaule. Son état de santé s'aggravant, il se démit de sa charge le 1er mai 1933, et partit pour Montbeton, le 11 mai 1933. C'est là qu'il décéda le 13 juillet 1933; le surlendemain, sa dépouille mortelle fut déposée au cimetière du sanatorium St.Raphaël.

     

    Références biographiques

    AME 1895 p. 388. 1901 p. 119. 185. 1902 p. 161. 1915-16 p. 78. 93. 1930 p. 261. 1931 p. 173. 1933 p. 202.

    CR 1895 p. 332. 1896 p. 122. 1898 p. 105. 1899 p. 122. 123. 1900 p. 97. 98. 1901 p. 100. 102. 103. 273. 274. 1904 p. 289. 1905 p. 347. 1907 p. 320. 1910 p. 295. 1913 p. 306. 1914 p. VI. 139. 1917 p. 150. 1930 p. 322. 1931 p. 355. 1932 p. 309. 1933 p. 252. 256. 358.

    BME 1922 p. 14. 233. 1930 p. 326. 711. 1932 p. 480. 561. 1933 p. 83. 239. 569. 690. 855. 885. 1934 p. 78. 1935 p. 854.

    EC1 N°  1. 10. 20. 45. 206. 221. 242. 243. 255. 258. 267. 270. 271. 277.

    • Numéro : 2174
    • Pays : Chine
    • Année : 1895