Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Germain ARMANGE (1903-1980)

ARMANGE Germain (1903-1739) CAMBODGE
Add this

    Germain, Eugène, Marie, Marcel ARMANGE naquit le 25 mai 1903, à Lorient, diocèse de Vannes, département du Morbihan. Il était le troisième enfant d'une famille qui en compta sept. Il commença ses études au Collège St. Louis de Lorient de 1910 à 1915. Après le décès de son père en 1915, et sur les conseils de M.le Chanoine Tubé, cousin de sa mère, la famille s'installa à Vannes En cette ville, de 1915 à 1918, Germain poursuivit ses études au Collège St.François-Xavier tenu par les Jésuites, puis les termina, de 1918 à 1922, au petit séminaire de Vannes. En octobre 1922, il se dirigea vers le grand séminaire diocésain, où il eût l'occasion d'entrer en relation avec M.Depierre.

     

    Le 25 février 1924, il fit sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères où il arriva, laïque, le 11 mars 1924. Quelques semaines plus tard, il partit faire son service militaire d'un an, puis revint au séminaire en mai 1925 pour y continuer ses études qu'il dut interrompre pour un séjour de trois ans au sanatorium de Durtol, dans le Puy-de-Dôme. Sous-diacre le 29 juin 1930, diacre le 20 décembre 1930, ordonné prêtre le 29 juin 1931, il reçut, ce soir là, sa destination pour le Vicariat Apostolique de Phnompenh, qu'il partit rejoindre le 7 septembre 1931,.en compagnie de 15 autres partants.

     

    Accueilli avec joie, Mgr. Herrgott envoya M. Armange à Battambang chez M.Paul Gatelet, chef de ce district, pour s'initier, sous sa direction, à la langue kmère. Ayant fait de rapides progrès en quelques mois, il fut en mesure de remplacer   M.Gatelet qui partit un congé en France. Pendant cet intérim, malgré une santé fragile, il visita les chrétientés éloignées et éleva deux nouvelles chapelles.

     

    Au retour de ce dernier, vers avril 1934, il accepta de fonder un nouveau district dont le centre pourrait être Mongkolborey, alors point terminus du chemin de fer, grosse localité à 60 kms au nord de Battambang, non loin de la frontière thailandaise, En attendant de trouver un terrain, vers mai 1934, il s'installa  à 12 kms en amont de Mongkollborey, dans la chrétienté de Chomnom qui comptait 177 fidèles dont 118 kmers. Il y éleva une maison sur pilotis pouvant servir de résidence, d'église et d'école. L'année suivante, il y bâtit une belle chapelle.  De là, il rayonna sur les petites chrétientés de Dauncheng qui comptait 130 fidèles, et Khnach Rôméa. En 1935, il prit pied à Mongkolborey, et fit ses tournées en canot à moteur.

     

    Dans les derniers mois de 1940, éclata le conflit entre l'Union Indochinoise et la Thailande. La région de Mongkolborey et de Battambang connut un "nouveau régime". MM. Gatelet et Armange, privés de relations avec le reste du pays pendant un certain temps, s'en tirèrent sans dommage appréciable.

     

    En 1941, M.Armange partit à Saigon pour quelques mois, afin d'organiser une exposition missionnaire, et en être le guide. A son retour, il fut nommé à Kompong-Cham où il resta jusqu'en 1946. Lors du coup de force du 9 mars 1945, malgré quelques démélés avec les forces japonaises, il tint tête et ne bougea pas de son poste.

     

    Vers février-mars 1946, une rechute de tuberculose l'obligea à quitter le Cambodge. Rapatrié en priorité, il arriva en France le 26 avril 1946. Il fit un nouveau séjour en sana; sa santé se raffermit. Il reprit du ministère; on lui conseilla l'Afrique du Nord, en raison du climat. Il passa un an comme surveillant dans un collège de jeunes filles, puis il gagna le Maroc où il fut aumônier et professeur à Casablanca pendant plus de 15 ans.

     

    En 1961, il revint définitvement à Vannes où pendant huit ans il s'occupa d'une de ses soeurs malade. Il travailla auprès des jeunes dont il avait conquis la confiance et l'estime. Pour eux, il organisa des camps, ouvrit largement sa maison et son jardin. Pour lui, l'essentiel était le contact direct entre le prêtre et les adolescents à travers  les conversations, les jeux. le bricolage, car, lui-même, très habile de ses mains, se tenaitt au courant des dernières inventions.

     

    Sa santé se détériorant, et ne pouvant plus rien absorber, il dut rentrer à l'hôpital de Vannes, mais ce fut pour peu de temps. C'est là qu'il décéda le 19 avril 1980. Ses obsèques eurent lieu à la cathédrale de Vannes le 22 avril 1980. Une vingtaine de prêtres de Vannes concélébrèrent, en présence de sa soeur religieuse et de toute sa famille. Sa dépouille mortelle repose au cimetière de Vannes à côté des prêtres qui ont exercé leur ministère à Vannes et dont il avait eu l'initiative de regrouper les restes dans un seul endroit.

     

    M. Armange resta toujours attaché à sa famille.dont il établit la généalogie, et dont il réunit un jour 150 personnes. Il aima la Société des Missions Etrangères, et sa mission du Cambodge. Pas toujours facile de caractère, très personnel, il savait "penser aux autres" avec beaucoup de coeur et de dévouement.

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1931 p. 178. photo p. 229.

    CR 1931 p. 275. 1933 p. 178. 1934 p. 164. 1936 p. 164. 1938 p. 163. 1939 p. 147.

    BME 1924 p. 341. 1931 p. 698. 844. 851. photo p. 823. 1932 p. 794. 1934 p. 354. 427. 805. 881. 1936 p. 599. 600. 1937 p. 66. 1938 photo p. 282. 1939 photo p. 225. 1940 p. 287. 1941 p. 189. 736. 1960 p. 470.

    EPI 1962 p. 503.

    ECM 1942 mai p. 57. 1944 juin p. 35. 1945 p. 254.

    EC1 N° 57. 106. 224. 229. 445. 460. 463. 712. NS. 34P243. 89/C2. 119/C2. 141/C2.

    MEM 1980 p. 27.

     

    • Numéro : 3441
    • Pays : Cambodge
    • Année : 1931