Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène ALLYS (1852-1936)

ALLYS Eugène, Marie (1852-1936) VIETNAM
Add this

    [1272] Eugène, Marie, Joseph ALLYS  naquit le 12 Février 1852 au hameau de Cannée, paroisse de Paimpont, près de la forêt de Brocéliande chantée par les poètes bretons,au diocèse de Rennes, département d'Ile-et-Vilaine. Cette famille qui comptait huit enfants donna encore   un prêtre au diocèse de Rennes, et une religieuse. Eugène commença ses études au presbytère de Paimpont, les continua au Petit Séminaire de Saint Méen, puis fit un bref séjour au Grand Séminaire de Rennes où il fut tonsuré le 21 mai 1872.

     

    Le 27 Septembre 1872, il entra au Séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 20 Décembre 1873, sous-diacre le 30 Mai 1874, diacre le 19 Décembre 1874, il fut ordonné prêtre le 10 Octobre 1875, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine  Septentrionale (Hué) qu'il partit rejoindre le 16 Décembre 1875.

     

    Dès son arrivée, Mgr. Sohier le plaça à Kim-Long, aux portes de Hué pour s'occuper des orphelins, tout en s'adonnant à l'étude de la langue. Suite au traité de1874 accordant la liberté religieuse, le pays était relativement calme. C'est pourquoi,vers la fin de Juin 1876, Mgr.Sohier,quoique épuisé, partit faire  une visite pastorale,  dans la province du Quang-Binh. Fin août 1876, apprenant que Mgr. était gravement malade,M.Allys le rejoignit,  à Ké-Sen, vieille chrétienté-refuge de cette province,au temps des persécutions de Thiêu-Tri et de Tu-Duc. Il lui donna les derniers sacrements, l'assista à ses derniers moments.le 03 Septembre 1876. Après avoir inhumé son Evêque dans l'église de cette chrétienté, M.Allys revint à Kim-Long.

     

    Mgr. Pontvianne nommé Vicaire Apostolique de la Cochinchine Septentrionale, le 31 Août 1877, confia la charge de Supérieur du Grand Séminaire à M. Allys qui s'en acquitta consciencieusement, mais il eût préféré être envoyé en district.

     

    En 1880,Mgr. Caspar envoya M.Allys à Duong-Son,vieille chrétienté  et  champ d'apostolat de St.François Jaccard, le mettant pour sa formation apostolique sous la direction d'un vénérable prêtre viêtnamien

     

    En 1883, la paix fut de nouveau troublée.De-ci de là,   quelques chrétiens furent massacrés; la chrétienté de Duong-Son fut mencacée. M.Allys reçut de Mgr.Caspar, le billet suivant : "Une ordonnance du régent Tuong enjoint à tous les hommes valides du royaume de se tenir prêts à toute réquisition avec armes et vivres. Nous n'avons plus d'espérance  de salut qu'en Dieu.Au premier signal l'égorgement va commencer.Il ne nous reste plus qu'à préparer nos chrétiens à bien mourir." Bien qu'invité à rejoindre son Evêque,M.Allys resta au milieu de ses chrétiens; Duong-Son fut épargnée. L'intervention de M.Tricou, ministre plénipotentiaire français fit annuler l'ordre de massacre; cependant, dans la province de Thua-Thiên, en décembre 1883, le P.Vinh et 135 de ses chrétiens de Nuoc-Ngot furent tués.

     

    Le  05 Juillet 1885, après la prise de Hué par le général de Courcy, le jeune roi Ham-Nghi et le deuxième régent Ton-Thât-Thuyet se réfugièrent dans la citadelle de Cam-Lô à 80 kms au Nord-Ouest de Hué. Le premier régent resté à Hué donna l'ordre aux "lettrés" de soulever le pays contre les Français et les chrétiens. Cet ordre fut parfaitement exécuté.Alors, une colonne française partit de Hué pour s'emparer de la citadelle de Quang-Tri. Mgr. Caspar demanda à M.Allys  d'accompagner cette troupe. " Dans la nuit du 7 au 8 Septembre 1885, écrit celui-ci,  nous apercevons l'incendie qui dévore la chrétienté de Ké-Van. Le 8 au matin, nous traversons les villages brûlés de Ngo-Xa et Tri-Lê.En face de Co-Vim nous trouvons huit cadavres d'enfants mutilés...En plusieurs endroits des personnes furent brûlées vives.Dansla chrétienté de Duong-Loc, le massacre fut épouvantable : 4 prêtres indigènes,environ 50 religieuses, et 2.500 à 3.000 chrétiens appartenant à 5 paroisses y périrent par le feu, la lance et le sabre."

     

    M.Allys séjourna quelques temps à Quang-Tri, où furent installés les survivants de tant de massacres. Puis, il continua sa route vers An-Ninh, où le petit séminaire venait d'être délivré. Il demeura un mois avec M.Dangelzer, provicaire de la mission à Di-Loan, chrétienté ravagée par les lettrés et leurs partisans. enfin, il rentra à Hué rendre compte de sa mission à son Evêque.

     

    À la fin de 1885, Mr.Allys fut nommé curé de Phu-Cam, et chef de district du Bên-Thuy. Phu-Cam comptait à peine 500 chrétiens, le district était formé de quelques pauvres chrétientés dont  plusieurs avaient été décimées par la persécution. M.Allys s'efforça de relever les ruines; en 1908,au départ de M.Allys de ce poste, Phu-Cam comptait près de 2.400 chrétiens,et le district plus de 11.000. Ces nouveaux chrétiens venaient surtout de la classe pauvre, mais Il y eut des conversions dans les rangs de la haute société viêtnamienne, et même parmi les membres de la famille royale. Ainsi se firent chrétiens une petite fille de Minh-Mang,et deux princes cousins de celle-ci. En raison de leur décision,ces derniers furent condamnés à mort. M.Allys intervint auprès de M.de Lanessan, Gouverneur Général de l'Indochine, la sentence capitale fut commuée en déportation dans la province du Quang-Nam, d'où les princes furent rappelés peu après. Mgr. Caspar  baptisa l'ancien bonze Thuyên, petit-fils de Minh-Mang,devenu catéchumène, instruit par M.Allys à Phu-Cam ainsi que toute sa famille. Depuis cette conversion,  princes et princesses sont devenus chrétiens en grand nombre et n'ont plus été inquiétés.

     

    Cependant,en 1898,1899,1900,  ce mouvement de conversion fut enrayé par certaines personnalités imbues de préjugés anti-religieux qu'elles rapportaient de France, et elles favorisaient les apostasies. Mais Il est certain que dans la province de Thua-Thiên, plusieurs chrétientés ne furent pas annéanties grâce à l'influence du chef de district de Bên-Thuy.

     

    A Phu-Cam,M. Allys se lança dans la construction  d'une vaste église à trois nefs qui fut bénite le 27 Août 1902, par Mgr.Caspar, et consacrée trente ans plus tard, par Mgr.Chabanon. En 1907,Mgr.Caspar ayant démissionné, c'est dans cette pro-cathédrale  que M.Allys, evêque de Phacusa, reçut sa consécration épiscopale le 24 Mai 1908, des mains de Mgr. Mossard, vicaire apostolique de Saigon.

     

    La première innovation de Mgr.Allys  fut de transférer le siège  de l'Evêché de Kim-Long à Phu-Cam, au bord du canal, côté ville de Hué. Ses oeuvres de prédilection furent celle des catéchumènes et celle des enfants abandonnés. Pendant les 23 ans de son épiscopat, il eût la joie de voir plus de 37.000 adultes et enfants de catéchumènes entrer dans le sein de l'Eglise. Il ne cessa d'encourager ses prêtres à aller vers les non chrétiens, et à les aider pour la création de nouvelles chrétientés.

     

    En 1921, il fonda à Hué la Congrégation des Filles de Marie-Immaculée pour tenir des écoles élémentaires et primaires, des orphelinats, un hôpital et des dispensaires. Il fit naitre la Congrégation des Petits Frères du Sacré-Coeur dont il confia la formation au P. Cân, futur vicaire apostolique de Bui-Chu. Il fut à l'origine de la "Providence", dénomination du premier collège d'enseignement secondaire catholique en Indochine.

     

    En 1925, il fit venir à Hué les PP.Rédemptoristes Canadiens de Ste Anne de Beaupré. Il encouragea et soutint la fondation par le P. Denis, du premier monastère cistercien, sur les mamelons désertiques de Phuoc-Son et lui donna M.Mendiboure, l'un de ses meilleurs missionnaires.

     

    Toutes ses qualités de simplicité, d'accueil,de dévouement pour tous   les nombreux services rendus, et ses travaux attirèrent sur lui l'attention des autorités civiles. Le 05 Février 1921, il fut promu chevalier de la Légion d'Honneur, distinction qui lui fut remise solennellement le 14 juillet suivant, à l'endroit où le 30 Novembre 1835, St. Joseph Marchand avait été amené devant l'Empereur Minh-Mang. Le 16 Avril 1921, S.M. Khai-Dinh le décora du "Kim-Khan" hors classe, distinction la plus élevée du royaume. En 1925, lors de ses noces d'or sacerdotales, il fut nommé Grand Officier du Dragon-d'Annam, et reçut du Souverain Pontife, le titre d'Assistant au Trône Pontifical.

     

    En 1930, sa vue diminuant rapidement, et à sa demande,  Rome lui donna un Coadjuteur, en la personne de Mgr. Chabanon. En 1931, devenu presque aveugle, il donna sa démission. Il supporta vaillamment, joyeusement, allègrement cette infirmité très pénible. Sa porte resta toujours ouverte à tous ses visiteurs, prêtres, grands personnages ou gens du peuple. Tous aimaient l'entendre parler de sa vie missionnaire, et surtout des années difficiles de 1883-1885, dont il restait l'un des rares témoins.

     

    Au début d'Avril 1936, il parut plus fatigué qu'à l'ordinaire. Le Jeudi-Saint 09 Avril  1936, Mgr. Chabanon lui donna l'Extrême-Onction. Le matin du 26 Avril 1936, il pût s'entretenir quelques instants avec Mgr. Marcou, son condisciple et ami, et  vers les 11 heures du même jour, il s'éteignit doucement assisté de Mgr.Marcou, de MM.Lemasle, Provicaire, Etchebarne, Procureur de la Mission. Mgr.Chabanon, sérieusement malade, était parti pour la France, le 24 Avril 1936.

     

    Ses funérailles eurent lieu le lundi 27 Avril 1936.Elles furent simples, comme il l'avait demandé. et célébrées en présence de cinq Evêques NN. SS. Marcou, Gouin,Tardieu, Jannin et Cân, de nombreux prêtres et missionnaires, des autorités civiles et militaires, de tous les ministres de la Cour, de plusieurs notabilités viêtnamiennes et d'une foule très nombreuse. Sa dépouille mortelle repose au cimetière de la paroisse de Phu-Cam.

     

    Références biographiques

    AME 1899 p. 229. 1901 p. 264. 1903 p. 116. 117. 1908 p. 301. 1910 p. 40. 1912 p. 115. 153. 1914 p. 51. 157. 1915-16 p. 114. 150. 1917-18 p. 19. 54. 283. 284. 323. 1921 p. 73. 155. 196. 1922 p. 108. 128. 140. 180. 1924 p. 75. 111. 1925 p. 17. 31. 82. 183. 1926-27 p. 99. 124. 173. 1928 p. 43. 1929 p. 123. 248. 1930 p. 203. 1932 p. 94. 114. 269. 1933 p. 197. 231. photo p. 230. 1935 p. 52. 69. 70. 1936 p. 110. 111. 113. 186. 190. 279. photo p. 110. 1937 p. 59. 94. 187. 1938 p. 102. 103.

    CR 1875 p. 56. 1885 p. 97. 98. 1887 p. 152. 1889 p. 176. 177. 178. 179. 1890 p. 140. 1891 p. 172. 173. 1893 p. 204. 1894 p. 222. 224. 1895 p. 227. 228. 229. 1896 p. 232. 1897 p. 188. 1898 p. 173. 178. 1899 p. 225. 226. 227. 1902 p. 263. 1905 p. 181. 184. 1906 p. 178. 1908 p. 3. 192-200. 1909 p. 183-191. 1910 p. 135. 146. 187-199. 406. 1911 p. 173-182. 267. 384. 1912 p. 173. 200. 213-223. 335. 1913 p. 231-241. 1914 p. 97-99. 151. 1915 p. 109-113. 1916 p. 131-136. 1917 p. 103-108. 1918 p. 83-87. 1919 p. 82-86. 155. 1920 p. 56-58. 1921 p. 90-98. 148. 1922 p. 112-116. 1923 p. 118. 119-124. 1924 p. 91. 95. 96. 150. 176. 1925 p. 106-108. 192. 193. 195. 196. 1926 p. 115. 119-121. 1927 p. 114. 115. 116. 1928 p. 119-122. 1929 p. 156-158. 197. 1930 p. 183-186. 1931 p. 177. 178. 179. 1932 p. 220. 367. 368. 1934 p. 161. 1935 p. 120. 161. 1936 p. VI. 154. 234. 242 et notice. 252. 254. 255. 256. 270. 1938 p. 157. 1939 p. 232. 234. 1940 p. 125. 1949 p. 166.

    BME 1922 p. 434. 179. 313. 1924 photo p. 637. 1925 p. 762. 764. 1926 p. 254. 318. 319. 320. 449. photo p. 298. 641. 1927 p. 320. 1929 p. 115. 116. photo p. 513. 1930 p. 665. 1931 p. 76. 158. 160. 301. 912. 1932 p. 950. 1933 p. 302. 382. 545. 546. 1935 p. 861. 862. photo p. 860. 1933 p. 576. 1936 p. 392. 594. 1937 p. 367. 529. 1950 p. 510. 1952 p. 315. 1954 p. 304. 1956 p. 183.

    EC1 N°  95. 335.

     

    • Numéro : 1272
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1875