Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paulin ALBOUY (1880-1954)

ALBOUY Paulin Mgr (1880-1954) CHINE
Add this

    Au hameau des Tavernes, commune de Carcenac-Peyralès, paroisse de Camboulazet, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron, naquit, le 9 juin 1880, Paulin, Joseph, Justin ALBOUY. Fils de cultivateur, il était le troisième enfant d'une famille de treize; une de ses soeurs devint religieuse de la Sainte Famille à Villefranche-de-Rouergue, et un frère fut missionnaire en Arizona. Il fit ses études primaires au pays natal; en1893, les vicaires de la paroisse lui donnèrent des leçons de latin, et en octobre 1894, le présentèrent au petit séminaire de St.Pierre sous Rodez, où il passa en classe de quatrième.

     

    Le 15 septembre 1898, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Il se montra un aspirant gai, enjoué, parfois caustique, et travailleur acharné. Tonsuré le 22 septembre 1899, minoré le 22 septembre 1900, sous-diacre le 7 mars 1903, diacre le 6 juin 1903, prêtre le 21 juin 1903, il reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouangsi, qu'il partit rejoindre le 11 novembre 1903.

     

    Arrivé dans sa mission, au cours de la première quinzaine de décembre 1903, M. Albouy commença l'étude de la langue cantonaise à Nanning; puis, en y ajoutant la charge de procureur, il partit la continuer à Ou-tcheou (Wuchow), sur la frontière du Kouangsi et du Kouangtong, sur la rive gauche du Sikiang. Grand travailleur, il se familiarisa avec les caractères chinois. En 1905, Mgr. Lavest le rappela à Nanning en qualité de procureur de la Mission. de chef de district, et curé de la cathédrale qui sortant de terre, fut inaugurée en 1906. En juillet 1908, libéré de la procure, où M. Barrière le remplaça, il garda la direction de son district. Il s'initia alors à la littérature chinoise et à la langue mandarine. Malgré les mouvements xénophobes, une certaine malveillance des autorités, les troubles politiques et des tracasseries diverses, au sud de la ville de Nanning, M. Albouy remarqua l'intérêt que suscitait le message évangélique, pour les gens de la campagne. En 1909, il se mit à étudier la langue "tou-jen" pour mieux instruire ses catéchumènes de Ou-suen, dans son district.

     

    Vers 1910, il jeta son dévolu sur le village de Kiangna, puis sur celui de Soupan (Wuming), chez les "Tho". En 1911, il essaya de s'installer chez eux, mais ce fut un échec, et en septembre, il dut aller se reposer quelques temps à Hong-Kong. A son retour, le 20 décembre 1911, déchargé de Nanning, il se fixa à Soupan (Wuming), au début de 1912. Malgré des ennuis de tous ordres, créés par la révolution chinoise, il dota son poste d'une chapelle, et instrusit en langue tho ses catéchumènes. Le nombre des baptisés augmenta chaque année, ainsi la religion chrétienne s'implanta chez les "tho" de  Soupan (Wuming).

     

    En 1918, M. Albouy quitta Soupan, et fut envoyé dans la sous-préfecture de Kouypin. Il s'installa d'abord au village de Fongtong, non loin du fleuve, dans une maison louée où il retrouva le monde chinois.et fit quelques catéchumènes. En 1921, la guerre civile se déclencha entre le Kouangtong et le Kouangsi, ce qui amena anarchie, insécurité, chaos et piraterie générale. Le 13 octobre 1921, il sauva la population de la ville de Paksha en allant à la rencontre du général cantonnais installé au marché de cette ville. Le 12 août 1922, il parlementa longuement avec un chef de brigand et sauva sa chrétienté.du pillage. Devant tant de courage et de dévouement, les chefs du pays permirent à M. Albouy de s'installer, sur le bord du Sikiang, tout près du marché de Paksha (Pecha) qui devint le centre important d'un district comptant 300 baptisés, en 1930.

     

    Là, il bâtit résidence, école, dispensaire, couvent de religieuses, maison de formation pour les catéchistes et, en 1926, le probatorium pour le petit séminaire. En effet, en 1923, chargé  des groupements "Pounti" et aidé par un prêtre chinois le P.Kiang, il déplorait le manque de catéchistes. Il entreprit des démarches à Kouipin pour l'enregistrement de son école primaire supérieure de Pecha. En 1928, malgré les manifestations de haine contre l'Eglise, dans la région de Kouyhien, il célébra, le 21 juin 1928, son jubilé d'argent, dans la chrétienté de Kouishien qui, elle, fêtait le cinquantenaire de sa fondation.

     

    Le 12 avril 1930, parvint à Nanning la nomination, datée du 27 mars 1930, de M. Paulin Albouy comme évêque de Cidyessus et vicaire apostolique, successeur de Mgr. Maurice Ducoeur décédé à Marseille le 9 juin 1929. En raison de la lenteur des communications et du fait de la guerre civile, le nouvel élu reçut la nouvelle le 22 avril 1930, et gagna Hong-Kong en juillet 1930. Le 11 août 1930, .une dépêche lui annonça qu'au cours d'un bombardement aérien,"son église cathédrale venait d'être détruite, que les morts et les blessés étaient nombreux".Le 24 août 1930, dans la chapelle de Nazareth, à Hong-Kong, il reçut la consécration épiscopale des mains de Mgr. Deswazières assisté de NN.SS. Valtorta, vicaire apostolique de Hong-Kong et Walsh, vicaire apostolique de Kongmoon. (Wuchow). Il quitta Hong-Kong le 30 septembre 1930, pour rejoindre Paksah, centre de son ancien district où il arriva le 6 octobre 1930. Impossible de se rendre à Nanning soumise au pillage, à des bombardements aériens, et depuis le 21 juillet 1930, assiégée par l'armée yunnannaise dont le plan semblait être d'affamer la population et les quatre mille soldats kwangsinais  qui étaient dans la place. Arrêté à Kouyhien pendant plusieurs mois, par la guerre civile, Mgr. Albouy arriva enfin à Nan-ning,.le 28 janvier 1931 et le 2 février 1931, il bénit sa chapelle privée.

     

    A l'occasion de son sacre, il reçut de Mgr. le Délégué Apostolique la nouvelle officielle de l'érection du Vicariat Apostolique de Wuchow, formé par une quinzaine de sous-préfectures, situées au Sud-Est de la province du Kouangsi, détachées de la mission de Nanning, et confiées à la Société des M.E. de Maryknoll qui travaillait dans cette région depuis 1919.

     

    Le 10 janvier 1933, un décret de la Congrégation de la Propagande  ratifia la cession de 16 sous-préfectures civiles de l'extrême Nord-Est de la province du Kouangsi à la mission de Wuchow, confiée aux PP.de Maryknoll, auxquels MM.Pélamourgues, Rigal et Madéore remirent leurs établissements et leurs chrétiens.

     

    En 1935, Mgr. Albouy fit appel aux PP.espagnols des Sacré-Coeurs d'Issoudun. Il espèrait que dans un avenir très prochain, la partie Sud-Ouest du Kouangsi pourrait être érigée en mission indépendante, et confiée à cette Congrégation. La guerre civile d'Espagne arrêta la réalisation de ce projet. En 1941, le district de Paksha fut pris en charge par la mission de Wuchow.

     

    En 1931, la conclusion de la paix entre Canton et le Kouangsi ramena le calme dans la province et, le réseau routier s'améliorant, permit à l'évêque de faire la visite des districts de son vicariat. Mgr. Albouy s'attacha à créer des chrétientés dans les villes. Il établit des postes missionnaires à Chengtien, Linchow, Pingyang, Sianghsien, Chungtu.

     

    Le 28 mars 1933, il s'embarqua à Hong-Kong, via l'Amérique, pour son voyage "ad limina". Le 11 octobre 1933, avec son frère curé aux Etats-Unis, il reprit le bâteau au Havre, repassa par l'Amérique et regagna sa mission.

     

    Il confia aux religieuses canadiennes N.D. des Anges la direction de la congrégation chinoise des soeurs de la Ste Famille fondée en 1903 par Mgr. Lavest.. Supérieur de cet Institut, il veilla la formation intellectuelle, humaine  et spirituelle. de ses membres, et leur donna une "règle de vie". Il spécialisa certaines soeurs chinoises pour le service des dispensaires, la direction des écoles, l'enseignement des catéchumènes, la visite des prisons. Ce sont elles qui assurent la vie spirituelle des communautés chrétiennes où est rare la visite du prêtre. Mgr. Albouy organisa l'oeuvre des catéchistes d'abord à Paksha, puis à Longnin. Mais la guerre sino-japonaise, puis l'occupation japonaise l'obligèrent à licencier cet établissement. Il apporta tout son appui à la léproserie de Tingleung, fondée par M. Maillot.

     

    Le 7 juillet 1937 commença la guerre sino-japonaise; la ville de Nanning subit de nombreux bombardements aériens; le séminaire fut touché. outre les dégâts matériels imporants, M. André Martin fut tué sur la cour de l'établissement, lors du bombardement aérien du 8 janvier 1938, et M. Cuénot, supérieur du séminaire,  sérieusement blessé. Les séminaristes furent dirigés sur Paksha.

     

    En novembre 1939, l'armée japonaise occupa la partie sud-ouest de la mission; de ce fait, cinq districts se trouvèrent coupés du reste du vicariat. Cependant, le 4 juin 1940, Mgr. Albouy écrivait : " Notre situation à Nanning n'est pas trop pénible; nous pouvons toujours vaquer à notre travail de missionnaires..nous avons eu une belle Fête-Dieu". A la fin d'octobre 1940, les japonais ayant quitté la région, Mgr. Albouy fit une tournée pastorale, en décembre 1940, dans tous les districts du Sud-Est et du Nord-Est de la mission. Le 10 juin 1941, il partit faire la visite de la région frontière du Tonkin. Le 7 juillet 1941, le Ministère chinois de l'Intérieur le décora pour son dévouement et l'accueil fait aux réfugiés au cours des hostilités..

     

    En novembre 1944, l'armée japonaise de retour occupa l'évéché. Mgr. Albouy se retira avec M.Dalle, dans la chrétienté des Cent Mille Monts non loin de la frontière du Tonkin. Il rentra à Nanning en septembre 1945. Son évêché avait brûlé.intentionnellement. En 1946, il fut nommé archevêque de Nanning. La guerre terminée, les missionnaires regagnèrent leurs postes, et se mirent à relever les ruines. En septembre 1949, Mgr. Albouy ramena son séminaire à Nanning; celui-ci avait été, transféré pendant la guerre successivement de Nanning à Paksha, puis à Kweihsien. A la rentrée de septembre1949, le séminaire comptait 37 élèves. Des jeunes missionnaires arrivaient, Mgr. Albouy, toujours optimiste, fit le projet, en 1947, d'ouvrir à Nanning une école industrielle confiée aux PP.Salésiens.

     

    Mais, le 4 décembre 1951, à la nuit, l'armée "libératrice" entra à Nanning. Mgr. Albouy fut arrêté par les "nouveaux maitres" le 10 septembre 1952, jugé et expulsé avec M. Giraud quelques jours plus tard; une escorte de six gardes les accompagna à la frontière. Ils arrivèrent, tous les deux, à Hong-Kong le 20 septembre 1952. Le 18 novembre 1952, Mgr. Albouy partit par avion pour la France où il arriva le 26 novembre 1952.

     

    Il se rendit à Rome le 21 décembre 1952, accompagné de son vicaire général, et fut reçu en audience privée par le pape Pie XII. le lendemain de Noêl. Le 12 janvier 1953, il arriva à Rodez, dans sa famille. Il alla visiter les familles de ses missionnaires. Après avoir passé plus de trois mois au séminaire de la rue du bac, le 2 février 1954, il retourna au pays natal..Mais le 4 février 1954, dans l'après-midi, il fut terrassé par une crise d'urémie et mourut chez une de ses soeurs le 6 février dans la soirée.

     

    Ses obsèques, présidées par Mgr. Dubois, évêque de Rodez, eurent lieu en la cathédrale de cette ville, le 9 février 1954. Il fut inhumé au cimetière de Camboulazet, sa paroisse natale.

     

    Références biographiques

     

    AME 1904 p. 62. 189. 1926-27 p. 482. 1930 p. 268. 1931 p. 30. 31. 35. 171. 1932 p. 93. 192. 1933 p. 235. 1934 p. 234. 1935 p. 87. 180. 243. 244. 1936 p. 41. 251. 1937 p. 248. 249. 1938 p. 17. 1940 p. 92.

    CR 1903 p. 307. 1904 p. 151. 1905 p. 123. 1906 p. 135. 1908 p. 131. 1909 p. 141. 1910 p. 142. 143. 1911 p. 120. 121. 1913 p. 175. 1917 p. 52. 1918 p. 55. 1919 p. 61. 138. 1920 p. 44. 1921 p. 66. 1922 p. 81. 1923 p. 97. 98. 1924 p. 75. 1927 p. 86. 1928 p. 92. 1929 p. 125. 1930 p. 137. Auteur : 1931 p. 133-136. 1932 p. 125. 149-158. 1933 p. 117. 121. 1934 p. 112-120. 1935 p. 109-115. 1936 p. 107-111. 1937 p. 107-111. 282. 1938 p. 110-116. 297. 299. 1939 p. 99-104. 1940 p. 65. 66. 67. 131. 132. 1947 p. 46-53. 174. 177. 319. 331-333. 1948 p. 64-70. 242. 1949 p. 71-75. 1950 p. 55-60. 1951 p. 29. 1954 p. 18. 88.

    BME 1922 p. 51. 1928 p. 242. 497. 1930 p. 96. 373. 382. 374. 491. 500. 545. 552. 547-551. 512. 578. 738. photo p. 544. 1931 p. 67. 225. 858-874. 1932 p. 57. 59. 60. 232. 1933 p. 206. 292. 644. 645. 783. 959. 961. photo p. 16. 1934 p. 194. 271. 222. 273. 1935 p. 516. 1936 p. 898. 1937 p. 45. 52. 124. 280. photos p. 40. 224. 229. 301. 1938 p. 164. 188. 191. 401. 1940 p. 559. 1941 p. 47. 106. 187. 266. 338. 555. 623. 1948 p. 50. 228. 229. 230-234. 1949 p. 47. 184. 185. 589. 664-666. 788. 1950 p. 62. 193. 263. 486. 505. 577. 630. 688. 1951 p. 55. 255. 312. 510. 1952 p. 55. 500. 644-646. 769. 1953 p. 62. 723. 736. 803. 831. 1954 p. 17. 18. 25. 84. 185. 313-317 (notice). 380. 381. 390. 1107. photo p. 312.

    ECM 41P24. 42P26. 43P350. 45P97. 47P38. 39. 72.

    MDA 1954 p. 81-93. 1948 p. 83.

    EC1 N°  195. 198. 266. 268. 269. 276. 278. 449. 470. 473. 484. 525. 528. 544. 548. 549. 552. 553.

    • Numéro : 2756
    • Pays : Chine
    • Année : 1903