Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Victorin ACCARION (1866-1927)

ACCARION Victorin (1868-1927) BIRMANIE
Add this


    [1936] ACCARION Victorin, Marie, est né à Beaulieu, dans le diocèse du Puy, le 21 juillet 1866. Il appartenait à une famille terrienne très considérée dans le pays, plus pour ses principes religieux que pour son honnête aisance. Pendant cinq ou six ans, le jeune victorien fut élève au Petit Séminaire de la Chartreuse, près du Puy. Elève travailleur mais turbulent. Après le Petit Séminaire, il demanda à être admis aux Missions Etrangères ; et c'est là qu'il entre en septembre 1886.

     

    Il fut ordonné prêtre le 28 septembre 1890 et il reçut sa destination pour la Mission de Mandalay, en Birmanie du Nord. Il arriva dans les premiers jours de 1891. En cette même année, il est à Pyinmana où il bâtit l'église actuelle. Au commencement de 1892, Mgr. Simon l'envoie aux montagnes Chins, avec les Pères Laurent et Jarre pour fonder une nouvelle mission. Mais ce fut un échec. Le gouvernement s'y opposa et de plus les Pères furent bien ébranlés dans leur santé. Le Père Accarion se mit à l'étude du Birman et se rendit à Nabek.

     

    À l'issue de la retraite de 1892, le Père Accarion fut envoyé à Bhamo, où il resta pendant onze années. La plupart des villages chrétiens de la plaine doivent leur fondation à ce Père. Il prêcha la Bonne Nouvelle de tout son coeur, s'occupant et des âmes et des corps. En septembre 1904, il se voit dans l'obligation de quitter Bhamo dans un état d'épuisement complet. Il est envoyé en France pour s'y reposer. Il y restera environ trois ans.

     

    À son retour en Birmanie, en 1908, Mgr. Foulquier l'envoie à Meiktila. Pendant huit ans le Père s'y dévouera de tout son coeur. En septembre 1915, il célèbre ses noces d'argent sacerdotales. En 1918, la maladie, le retour de la fièvre le force à revenir à Mandalay.

     

    Une troisième étape de sa vie de missionnaire va commencer. Il s'installe à la léproserie Saint-Jean. Il se met à l'étude. Il se donne à la prédication. De plus, il se met à traduire en Birman, pour les religieuses et les novices du pays, des livres de piété et des cantiques. En 1925, il publia : "l'Histoire de Notre-Dame de Lourdes".

     

    En mars 1926, il avoua à son évêque qu'il ne se sentait pas bien et décida d'aller à Maymyo pour se reposer. Le changement lui fit du bien. Il eut en perspective deux retraites qu'il avait accepté de prêcher à Rangoon. On lui conseilla plutôt d'aller à Rangoon pour se reposer. C'est ce qu'il fit. Il quitta donc Mandalay le 10 décembre pour ne plus y revenir.

     

    Mais la maladie faisait son chemin. Le Père faiblissait de plus en plus. Il reçut les derniers sacrements. Le 1er février 1927, un télégramme parvenait à Mgr. Foulquier disant :"Père Accarion mort ce matin".

     

    Mgr. Foulquier et le Père Collard descendirent de Mandalay pour assister aux obsèques de leur confrère. Le Père Accarion avait été trouvé mort dans son lit.

     

    Il fut inhumé à Rangoon auprès de deux de ses confrères de Mandalay, décédés à Rangoon : les Pères Fercot et Vuillez.

     

    Références biographiques

    AME 1891 p. 293. 1926-27 p. 319. 1938 p. 12.

    CR 1890 p. 220. 1892 p. 351. 1893 p. 234. 349. 1894 p. 263. 364. 1895 p. 277. 290. 402. 1896 p. 277. 1897 p. 238. 1900 p. 206. 207. 1901 p. 211. 212. 1902 p. 240. 1903 p. 243. 244. 1904 p. 231. 232. 1906 p. 350. 1909 p. 217. 1910 p. 247. 1911 p. 225. 1912 p. 263. 1919 p. 103. 167. 1921 p. 114. 1923 p. 148. 149. 1927 p. 189. 1930 p. 322. 1933 p. 304. 1938 p. 197. 1947 p. 154. 158.

    BME 1922 p. 108. 1924 p. 805. 1927 p. 188. 189. 262. 1934 p. 452. 453. 1941 p. 454. 1955 p. 653. 1956 p. 949. 950. 1022. 1023. 1960 p. 729.

    Epi 1969 p. 243.

    EC RBac N° 124+.

     

     

     

     

     

    • Numéro : 1936
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1890