Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°32

SOCIÉTÉ DES MISSIONS - ÉTRANGÈRES COMPTE RENDU DES TRAVAUX DE LANNÉE 1898 SÉMINAIREParis, le 31 décembre 1898. DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE Nº 32 A NOSSEIGNEURS LES ÉVÊQUES ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES
Add this
    SOCIÉTÉ

    DES


    MISSIONS - ÉTRANGÈRES
    ___

    COMPTE RENDU DES TRAVAUX DE LANNÉE 1898






    SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1898.
    DES
    MISSIONS-ÉTRANGÈRES
    ____

    LETTRE COMMUNE
    Nº 32




    A NOSSEIGNEURS LES ÉVÊQUES

    ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES

    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES




    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,

    Lannée 1898 sera appelée, dans les Annales de notre Société, lannée des grandes bénédictions de Dieu. En effet, le chiffre des adultes baptisés dans le courant de cet exercice sest élevé au chiffre presque incroyable de 72.700. Jamais, depuis 235 ans que notre Société existe, nous navions enregistré un pareil résultat.
    Le zèle et lactivité des ouvriers apostoliques ne suffisent pas pour lexpliquer. Il faut lattribuer à un souffle du Saint-Esprit qui a passé sur quelques-unes de nos Missions et y a déterminé un élan irrésistible des païens vers notre sainte religion. Dans beaucoup dendroits, comme il ressort de plusieurs comptes rendus, les infidèles se présentaient deux-mêmes pour recevoir linstruction et le baptême, et si les ouvriers avaient été plus nombreux et les ressources plus abondantes, nul doute que les conversions neussent atteint un chiffre encore plus considérable. Mais bénissons Dieu pour les résultats obtenus et pour les grâces exceptionnelles quIl a daigné répandre sur les travaux de nos confrères.
    Voici le tableau complet des baptêmes et conversions :

    Baptêmes denfants de chrétiens 43.595.
    Conversions dhérétiques 371.
    Baptêmes dinfidèles adultes 72.700.
    Baptêmes denfants païens en danger de mort 193.363.

    Le laboureur, à la vue dune moisson abondante, éprouve une joie qui le console de ses fatigues et de ses labeurs. En mettant sous vos yeux le tableau qui présente en bloc la moisson spirituelle accordée par le divin Maître à vos travaux, nous avons la confiance de vous procurer une grande et douce consolation. Et certes, elle arrive bien, cette consolation du ciel, après toutes les épreuves par lesquelles il a plu à la Providence de faire passer bon nombre de nos Missions.
    Plusieurs fléaux, la famine, le choléra, la peste bubonique sont venus sabattre sur lInde : ils ont causé bien des sollicitudes à nos confrères et fait de nombreuses victimes parmi leurs chrétiens. La Chine et lIndo-Chine nont pas échappé complètement à ces calamités. De plus, en quelques endroits de lAnnam, le mouvement extraordinaire de conversion qui sest déclaré, a réveillé lanimosité des notables païens, que parfois nont pas craint dexciter ou de soutenir certains journalistes et autres personnages oublieux du véritable rôle de la France dans les pays idolâtres.
    LEmpire chinois a vu de nouvelles et terribles manifestations de la haine des lettrés contre tout ce qui est étranger et chrétien. Au Su-tchuen, surtout dans la partie orientale de la province, cette haine a accumulé ruines sur ruines au sein de nombreuses chrétientés. Dès le commencement de lorage, le 4 juillet, un de nos confrères, M. François Fleury, a été fait prisonnier et emmené comme otage par le chef des persécuteurs.
    Quelques mois plus tôt, la mission du Kouang-si avait eu la douleur de voir se renouveler une scène de sauvagerie qui ne rappelle que trop celle de lannée précédente et dans laquelle succomba M. Mazel. Le 21 avril. M. Bertholet revenait de faire la visite dune nouvelle chrétienté, quand il fut assailli par des forcenés qui le massacrèrent à coups de lance, avec un néophyte et un catéchumène.
    Plus poignant peut-être est le drame qui sest accompli, le 14 octobre, à Pak-tong, dans la préfecture apostolique de Kouang-tong, et dont furent victimes M. Chanès et treize de ses chrétiens. Comme nous navons pas encore reçu la notice biographique de ce pieux confrère, nous voulons du moins relater ici les circonstances les plus émouvantes de sa mort.

    Le Père se trouvait, avec une vingtaine de néophytes et de catéchumènes, dans un oratoire situé au nord-est de la ville, en dehors des murs, où bientôt ils furent assiégés par une foule nombreuse, armée et menaçante. Les assaillants cherchent dabord à enfoncer la porte de la chapelle ; ny pouvant réussir, ils entassent à lentrée du bois et des herbes sèches, arrosent le tout de pétrole et y mettent le feu. M. Chanès comprenant que tout espoir de salut est perdu, réunit ses compagnons et les exhorte à faire généreusement à Dieu le sacrifice de leur vie. Il y avait parmi eux sept catéchumènes. Le Père, en quelques mots, les excite à la contrition et leur administre le saint baptême ; il confesse les autres qui étaient déjà chrétiens. Lui-même, ensuite, se tient à genoux au pied de lautel. Cest là quil tombe glorieusement. Bientôt, en effet, les portes cèdent sous la violence de lincendie. Des coups de feu sont tirés du dehors. Une première balle atteint le Père à la jambe : une autre, en pleine poitrine, le traverse de part en part ; une troisième lui laboure la tempe droite. Alors deux bandits se précipitent sur lui. Lun lui ouvre le crâne dun premier coup de hache, et dun second lui fait à la mâchoire une affreuse entaille. Lautre bandit lui enfonce son couteau, à droite, à gauche, de chaque côté de la poitrine. Vient ensuite le tour des chrétiens. Quelques-uns profitant du tumulte et du trouble, se perdent dans la foule et parviennent ainsi à sauver vie. Mais treize sont pris et massacrés ; presque tous ont la tête tranchée.
    Nous devons aussi mentionner une mort bien plus douce, mais qui a fait un grand vide dans la Mission de la Cochinchine occidentale. Le 17 octobre, en effet, sest pieusement endormi dans le Seigneur Mgr Jean-Marie Dépierre, évêque de Benda. Il navait que 43 ans et avait pris, depuis trois ans seulement, la direction de cette belle Mission.
    Lannée dernière, nous disions, en parlant de la Mandchourie, que Mgr Lalouyer avait été nommé coadjuteur de Mgr Guillon. Aujourdhui, nous devons annoncer que le Saint-Siège ayant opéré la division de la Mission, Mgr Lalouyer est devenu vicaire apostolique de la Mandchourie septentrionale.

    *
    * *

    Après cette revue des principaux événements de lexercice, nous allons, comme dhabitude, parcourir successivement les différents groupes de nos Missions. Peut-être quelques-uns de nos vénérés Vicaires apostoliques seront-ils surpris de ne point retrouver certains faits insérés par eux dans leurs comptes rendus. Nous croyons donc devoir dire ici quils ont été réservés pour le bulletin bimestriel qui paraît sous le titre dAnnales de la Société des Missions-Étrangères et de luvre des Partants.



    ~~~~~~~


    None
    Aucune image