Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°30

SÉMINAIREParis, le 31 décembre 1896 DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE Nº 30 A NOSSEIGNEURS LES ÉVÊQUES ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS, Dieu soit béni!
Add this
    SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1896
    DES
    MISSIONS-ÉTRANGÈRES
    ____

    LETTRE COMMUNE
    Nº 30



    A NOSSEIGNEURS LES ÉVÊQUES
    ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES




    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,


    Dieu soit béni!
    Cest la parole dactions de grâces qui sélevait de nos curs en constatant, à la fin de lexercice 1895, les heureux résultats obtenus par le zèle de nos ouvriers apostoliques, malgré les obstacles de tout genre quils avaient eu à surmonter.
    Dieu soit béni !
    Plus encore nous devons aujourdhui répéter ce cri de lâme reconnaissante envers le Seigneur pour le bien produit et obtenu en 1896. Non seulement le chiffre des conversions lemporte de beaucoup sur celui de lannée précédente, mais il dépasse sensiblement la moyenne de nos meilleures années. Voici, en effet, les résultats du dernier exercice :
    38.882 baptêmes dadultes
    375 conversions dhérétiques ;
    172.716 baptêmes denfants de païens.
    A signaler aussi, parmi les événements heureux de lannée, lapaisement des esprits au Su-tchuen et le relèvement des ruines amoncelées par la persécution ; la conclusion favorable des affaires pendantes, depuis dix ans, avec les autorités du Kouy-tchéou ; lacheminement vers une fin non moins avantageuse de celles du Kouang-si. Après Dieu, cest au ministre de France à Pékin, M. Gérard, que nous sommes redevables de ces bienfaits. Par sa bienveillante sollicitude pour les missions et les missionnaires, par sa constante fermeté auprès du Tsung-li-yamen, il sest montré fidèle aux vieilles traditions françaises et a donné un nouvel éclat à linfluence de notre patrie dans lExtrême-Orient. Aussi nous nous unissons avec bonheur à NN. SS. les Vicaires apostoliques pour lui adresser lexpression de la plus vive reconnaissance.
    Nous venons de dire ce qui fait notre joie dans lexercice 1896, il nous faut aussi parler de nos deuils : la mort nous a ravi vingt de nos confrères qui, maintenant, nous en avons la douce confiance, jouissent de la félicité promise par Dieu à ses bons et fidèles serviteurs. Il nous sera permis de mentionner plus spécialement : lévêque dOsaka, Mgr Henri Vasselon, décédé trois ans à peine après le premier titulaire de cette jeune église ; Mgr Edouard Gasnier, évêque de Malacca, qui venait de rentrer dans sa mission à la suite dun séjour de plusieurs mois en France, où les docteurs espéraient quil aurait recouvré la santé ; M. Henri Armbruster, soudainement enlevé à notre affection, ainsi que le disait le précédent compte rendu, six mois après son élection comme supérieur du Séminaire de Paris ; M. Henri Rispal, victime du raz de marée qui, le 15 juin dernier, dévasta en quelques minutes toute une province du Japon ; M. Alexandre Blanchet, destiné à la mission de Kouang-tong et décédé pendant la traversée.
    Pour ne pas terminer sous une impression de tristesse cette petite revue des principaux événements de lexercice, nous saluerons, en leur souhaitant longue vie et fructueuse carrière, les trois prélats qui ont reçu, dans le courant de lannée, la consécration épiscopale : Mgr Jean-Baptiste Grosgeorge, évêque titulaire de Tripoli et vicaire apostolique du Cambodge ; Mgr Jules-Auguste Chatron, évêque dOsaka ; Mgr René-Michel Fée, évêque de Malacca.


    ~~~~~~~
    None
    Aucune image