Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°22

SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1890. DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE No 22 A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES (1) NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,
Add this
    SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1890.
    DES
    MISSIONS-ÉTRANGÈRES
    ______

    LETTRE COMMUNE
    No 22
    _____



    A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES
    ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES (1)

    ~~~~~~~~



    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,

    Nous avons la consolation de vous envoyer le nouveau texte du Règlement général de notre Société, revu et définitivement approuvé pai le Saint-Siège, et de vous communiquer, en même temps, deux nouvelles décisions de la Sacrée Congrégation des Rites, favorables à la Cause de nos Vénérables Martyrs.
    I

    Le 25 juillet 1889, nous avions, comme vous le savez, expédié au Cardinal Préfet de la Propagande, avec le texte de notre Règlement général, la liste des amendement proposés, et les votes des membres de la Société sur tous et chacun de ces amendements. Conformément à sa manière de procéder dans les affaires importantes, la S. Congregation nomma une Commission spéciale présidée par un Cardinal, pour étudier cette question, et en faire ensuite son rapport à la Congrégation elle-même. La Commission a consacré une année à peu près entière à lexamen de nos Règles et des amendements adoptés par la majorité ou la minorité des Membres de notre Société. Ce nest, en effet, que le 16 juin dernier que la S. Congrégation de la Propagande, réunie en assemblée générale , et après avoir entendu le rapport de lÉminentissime Président de la Commission, a prononcé son propre jugement sur les amendements proposés, et sur ceux quelle-même estimait opportuns, et a accordé à notre Règlement, ainsi amendé, lapprobation définitive. Cette décision de la S. Congrégation devait, comme toujours, être sanctionnée par le Souverain Pontife, et elle la été le 22 juin, sur le rapport de Mgr lArchevêque de Tyr, Secrétaire de la Propagande.
    Après avoir approuvé les Règles dune Société religieuse, la Propagande a lhabitude den faire elle-même la déclaration authentique par un simple Décret. Ici, pour donner à notre à uvre un témoignage spécial de sa paternelle bienveillance, le Saint-Père, a voulu intervenir lui-même, et accorder directement à notre Règlement lapprobation définitive par le Bref Nobis supremum du 2 août, qui se trouve placé en tête du nouveau volume de nos Règles. Cet acte solennel de notre Père commun sera une consolation pour tous les membres, de notre Société, et un motif nouveau de redoubler, envers le Saint-Siège, notre dévouement séculaire ; il sera aussi, nous en sommes persuadés, un motif sacré dobserver avec une, inviolable fidélité des Règles approuvées et imposées par une Autorité si auguste.
    Notre Règlement a été imprimé à Rome à la typographie même de la Propagande, sous la direction dun Prélat, spécialement député par le cardinal Simeoni, pour surveiller limpression, et assurer la exacte des amendements approuvés par la Sacrée Congrégation.
    Nous avons reçu à Paris, dans la deuxième quinzaine de septembre, les feuilles imprimées du Règlement, et, tout en prenant le temps néccessaire pour le brochage nous aurions pu lexpédier dans la seconde quinzaine doctobre. Il y a donc eu, dans cette expédition, un retard de cinq semaines, occasionné par limpression , à Paris des documents pontificaux que vous trouverez, Nosseigneurs et Messieurs, à la suite du texte du nouveau Règlement approuvé. Laddition de ces pièces nétait assurément pas nécessaire. Quoique notre Société nait vu quen 1890 son Règlement général approuvé dune manière explicite et formelle, nous savons tous que les témoignages de sollicitude, destime et de bienveillance, que les Papes nont cessé de lui donner depuis son origine, constituaient une approbation équivalente et remplaçaient lapprobation officielle. Toutefois, nous avons pensé quil serait consolant pour nos Confrères davoir sous la main quelques-uns des nombreux documents pontificaux que nous possédons dans nos archives, et qui nous font voir quels ont été, depuis 230 ans, les sentiments paternels du Saint-Siège, vis-à-vis de notre Société.
    A cette série de documents, nous avons ajouté un certain nombre de pièces émanant de lautorité civile, et quil est nécessaire ou intéressant de connaître.

    II

    Connaissant, Nosseigneurs et Messieurs, le très vif interêt que vous portez à la Cause de nos Vénérables Martyrs, nous profitons de cette occasion pour vous communiquer deux nouvelles décisions favorables, prises par la Sacrde Congrégation des Rites, depuis lenvoi de la dernière lettre commune. Elles sont lune et lautre, relatives aux Martyrs de notre première Cause, dont nous avons indiqué les noms dans la lettre commune du 31 décembre 1889, page 246.
    La première décision est relative aux écrits des Vénérables Serviteurs de Dieu. Avant que la S. Congrégation des Rites puisse passer à lexamen définitif dune cause de Béatification, le Saint-Siège exige que les écrits des Serviteurs de Dieu aient été intégralement revus par un théologien, spécialement député à cet effet, et que, après avoir entendu son rapport, la S. Congrégation statue quil ny a rien de ce côté, qui puisse sopposer à la poursuite de la Cause. Cette question a été traitée dans la Congrégation du 17 mai dernier, et la décision a été : Nihil obatat quatenus ad ulteriora procedi possit. Voilà donc encore un pas de fait vers la conclusion définitive de cette grande affaire.
    La seconde décision, prise dans la congrégation du 31 mai, déclare valides tous les procès relatifs à la première Cause, qui ont été instruits dans nos Missions, et dont la nomenclature a été donnée dans la dernière lettre commune, page 250. Comme on le voit, par cette, décision, la S. Congrégation des Rites na fait que consacrer les conclusion déjà prises par le Rme Promoteur de la Foi, et que nous avons déjà fait connaître dans la même lettre commune, page 251, en y expliquant en même temps les termes qui pouvaient paraître obscurs. Toutefois, la décision conforme de la S. Congrégation, et lapprobation du Souverain Pontife étaient indispensables pour donner force de loi à ces conclusions. Aujourdhui, grâce à Dieu, la chose est faite, et nous sommes heureux de reproduire, à la suite de cette lettre, le Décret authentique qui établit ce point dimportance capitale. Car, on ne la pas oublié ; cest dans ces procès, reconnus valides et acceptés par le Saint-Siège, que doivent être puisées les preuves établissant le Martyre, la cause du Martyre, et les Miracles ou signes obtenus par lintercessi- on des Vénérables Serviteurs de Dieu.
    On remarquera que ce Décret est commun aux martyrs de lordre de saint Dominique et de la Société des Missions-Étrangères. Les causes de tous ces vénérables serviteurs de Dieu ont été, en effet, réunies en une depuis le commencement. Mais, à partir du Décret du 11 juin dernier, elles se trouvent divisées, et chacune des deux Sociétés devra désormais soccuper séparément des Martyrs qui lui appartiennent.
    Quel bonheur pourtous les membres de la Société, si, dans un avenir prochain, il nous était donné de voir placer sur les autels cette belle phalange de Martyrs ! Pour obtenir ce résultat, nous ne négligerons rien de ce qui est en notre pouvoir. Mais, à lemploi des ressources humaines que peuvent suggérer le zèle, la vigilance et la prudence chrétienne, il est indispensable dajouter les moyens sur naturels, une prière assidue et ardente, et aussi linvocation privée des Vénérables Serviteurs de Dieu. Il est vrai que, pour la Béatification des Martyrs, lEglise nexige pas même la preuve des miracles avec la rigueur que pour les Confesseurs. Toutefois, les miracles ou les grâces extraordinaires obtenus par leur intercession, servent toujours beaucoup à assurer et à accélérer le succès dune Cause. Dans les nécessités graves, implorons donc lassistance de nos Vénérables Martyrs, engageons à recourir à eux les âmes simples et droites qui se trouvent autour de nous, car cest à celles-là surtout que Dieu se plaît à accorder des miracles.
    Nous sollicitons aussi, dans les temps difficiles que nous avons à traverser, un spécial souvenir devant Dieu pour notre Séminaire, et nous vous prions dagréer les sentiments de très profond et très affectueux respect, avec lesquels nous avons lhonneur dêtre,

    Nosseigneurs et Messieurs,

    Vos très humbles et tout dévoués serviteurs,

    DELPECH, supérieur,

    CHIBAUDEL, pro-secrétaire.


    TUNQUINEN.
    BEATIFICATIONS SEU DECLARATIONIS MARTYII
    VENERABILIUM SERVORUM DEL
    IGNATII DELGADO EPISCOPI MELLIPOTAMENSIS
    ORDINIS PREDICATORUM
    ET SOCIORUM

    IN ODIUM FIDEL AB IDOLOLATRIS INTERFECTORUM

    ET

    COCHINCHINEN., TUNQUINEN ET SINARUM
    VENERABILIUM SERVORUM DEL
    JOANNIS ISIDORI GAGELIN
    MISSIONNARII APOSTOLICI ET PROVICARII GENERALIS
    COCHINCHINE
    ET SOCIORUM
    IN ODIUM FIDEL AB IDOLOLATRIS INTERFECTORUM
    PERTINENTIUM AD PERISIENSE SEMINARIUM
    MISSIONUM AD EXTEROS.

    Quum a Sanctissimo Domino Nostro Leone Papa XIII indultum jam fuisset ut in supradictis Causis Dubium super Non Cultu una cum altero super Validitate Processuum proponi ac discuti posset in Sacrorum Rituum Congregatione Ordinaria, absque interventu et voto Consultorum, RR. Esrumdem Causarum Postulatores eumdem Sanctissimum Dominum Nostrum supplices rogarunt, ut peculiarem Sacrorum Rituum Congregationem constituere dignaretur pro diseutiendo eiusmodi Dubio, quemadmodum alias in similibus Causis ab Apostolica Sede indultum fuerat. Quorum precibus Sanctitas Sua benigne annuens, per Decretum Sacræ ipsius Congregationis, sub die 9 Decembris superioris anni, Particularem eiusmodi Congregationem ad effectum uti supra constituit, quam constare voluit ex Emis et Rmis Cardinalibus Ledochowski, DAnnibale, Zigliara, Macchi, meque infra scripto Cardinali Præfecto ac Relatore, necnon ex RR. DD. Prælatis officialibus eiusdern Sacræ Congregationis, nempe Panici Pronotario Apostolico, Caprara Promotore Sanctæ Fidei, et Persiani Assessore, una cum subscripto Secretario. Quurn itaque hæc Particularis Congregatio ad Vaticanas Ædes subsignata die coadunata sit, a me infra scripto Cardinali Præfecto et Relatore sequens propositum fuit dubium, nimirum « An constet de Validitate Processuum Apostolica Auctoritate Constructorum, nec non Inquisitionum ab Ordinariis habitarum item de Obedientia præstita Decretis Sa. Me. Urbani Papæ VIII super cultu iisdem Venerabilibus Dei Servis non exhibito in casu et ad effectum de quo agitur. »
    Sacra porro eadem Congregatio, omnibus accurate expensis, rescribendum censuit : Affirmative ad utrumque : adjectis documentis qu suppleri valent ; et suppli-candum Sanctissimo tam pro sanatione defectuum, quam ut documenta authentica ad Sacram Conregationem de Propaganda Fide et a Missionariis ad Parisiensem Societatem Missionum transmissa, quque Ordinariorum Processum loco habita fuere, habeantur in linea qualis probationis cum Processibus Apostolicis, reliqua vero ut adminicula. Die 31 Maii 1890.
    Facta postmodum de præmissis Sanctissimo Domino Notro Leoni Papæ XIII per infra criptum Secretarium fideli relatione, Sanctitas Sua sententiam Sacræ Congregationis ratam habuit et confirmavit, ac petitam Sanationem benigne impertita est. Die 11 Jun ii anno eodem.

    CAJ. CARD. ALOISI-MASELLA,
    S.R.C. Præfectus.

    VINC. NUSSI, Secr.
    None
    Aucune image