Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°20

SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1888. DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE No 20 A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,
Add this
    SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1888.
    DES
    MISSIONS-ÉTRANGÈRES
    ____

    LETTRE COMMUNE
    No 20




    A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES
    ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES

    ~~~~~~~~



    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,

    Lannée qui vient de finir aura été pour nos Missions une année de bénédiction ; les résultats des travaux sont notablement supérieurs à ceux des années moyennes, le seul chiffre des baptêmes dadultes surpasse de plus de 5.000 celui de lexercice 1887.
    Voici, du reste, le total des résultats obtenus en 1888 dans nos 26 Missions :

    26.990 baptêmes dadultes ;
    805 conversions dhérétiques ;
    180. 348 baptêmes denfants de païens.

    Grâces soient donc rendues à la divine Miséricorde pour le bien quElle a daigné opérer par notre humble ministère ! Il semble, en effet, que le bon Dieu ait voulu nous montrer de nouveau quà Lui seul appartient toute puissance ; les plus grandes consolations sont venues du côté où, humainement parlant, on eût été moins en droit de les attendre.
    Un mouvement très accentué de conversions sest manifesté dans les missions de lAnnam et du Tonkin. Sur ce sol, dévasté naguère par le fer et le feu, et rouge encore du sang des martyrs, a germé une moisson magnifique. Le nombre des baptêmes a presque doublé dans la plupart de ces missions, et les catéchumènes se présentent partout en grand nombre.
    Au Japon, la création dun troisième Vicariat, demandée par la S. C. de la Propagande, a déjà permis détendre le champ daction de lapostolat, et dans quelque temps on en verra, nous en avons la confiance, les heureux résultats. Les dispositions bienveillantes du gouvernement japonais envers les missionnaires catholiques ne se sont pas démenties, et le ministère s exerce toujours avec grande liberté.
    Il nest pas jusquà la Corée qui ne jouisse enfin des prémices de cette liberté si impatiemment attendue ; les fruits abondants déjà recueillis et les uvres quon va pouvoir y développer donnent, pour lavenir de la religion en ce pays, les plus belles espérances.
    En Chine, si quelques signes permettent de constater une détente dans les rapports entre les autorités et les missionnaires, les difficultés, restent toujours nombreuses. Jusquà ce jour, le Kouy-tcheou na pas été indemnisé des pertes quil a subies, et le Thibet attend encore que justice lui soit rendue des attentats commis lan dernier par les lamas.

    Loccupation par les Anglais de la Haute-Birmanie a permis à nos confrères de la mission du Nord de réoccuper leurs anciens postes et den fonder de nouveaux. A lhostilité de lancienne administration, a succédé une protection large et efficace, qui permet de donner une impulsion nouvelle à cette jeune mission..
    Dans les Indes, lextinction de la double juridiction que létablissement de la hiérarchie a fait disparaître, et les mesures prises au dernier synode pour lévangélisation des païens, ont commencé à porter leurs fruits. Outre les uvres de lapostolat proprement dit, celle de léducation et de linstruction de la jeunesse, qui a dans ces missions une si haute importance, est aussi en progrès.
    Toutefois, en face de la lutte redoutable que nous livrent les protestants sur ce terrain, il semble impossible que, vu notre nombre, lexiguité de nos ressources et aussi notre vocation spéciale, lon arrive à donner à cette uvre de lenseignement toute lextension quelle demanderait. Et cette nécessité nest point particulière à lInde, elle se fait sentir également dans plusieurs autres de nos missions, surtout celles du littoral. Daigne le Seigneur susciter aux ouvriers apostoliques des auxiliaires nombreux et dévoués, qui leur prêtent, dans les missions, le concours que les Églises de France trouvent si puissant dans les congrégations exclusivement vouées à lenseignement
    Dans la rédaction de cette lettre, nous avons suivi lordre précédemment adopté en faisant un chapitre pour chacun des groupes de nos Missions. Un huitième chapitre est consacré aux Établissements communs. Nous nous sommes fait un devoir de reproduire, autant que possible ; les comptes rendus tels quils nous ont été envoyés des missions. Quelques-uns seulement ont dû être abrégés, non pas précisément pour diminuer le volume de cette lettre, qui ne sera jamais trop longue si elle ne contient que les faits intéressants, particuliers à lannée courante, mais pour ne pas reproduire des détails, intéressants sans doute, mais plus généraux, ou qui ont trouvé place dans les précédentes lettres communes.
    Si les comptes rendus des missions pouvaient être rédigés en se bornant aux faits, quelque nombreux quils soient dailleurs, qui caractérisent proprement le ministère de lannée courante, et aux aperçus généraux qui sont motivés par ces faits, nous serions on ne peut plus heureux de les publier tous intégralement. Il y aurait à cela plusieurs avantages : les informations données seraient plus sûres, la suite des faits mieux indiquée, et lhistoire de nos Missions, écrite ainsi année par année, par les missions elles-mêmes, formerait pour lavenir une source historique des plus authentiques. On reviendrait ainsi à ce qui se pratiquait dans les premières années de la Société. Les documents les plus précieux de nos archives sont certainement ces relations des premiers Vicaires Apostoliques, publiées chaque année in extenso.



    ~~~~~~~
    None
    Aucune image