Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°15

SÉMINAIRE Paris, le 14 septembre 1884, DESFête de 1Exaltation de La Sainte-Croix . MISSIONS ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE Nº 15 A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES ET A MESSIEURS LES MISS1ONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES. NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,
Add this
    SÉMINAIRE Paris, le 14 septembre 1884,
    DES Fête de 1Exaltation de La Sainte-Croix .
    MISSIONS ÉTRANGÈRES
    ____

    LETTRE COMMUNE
    Nº 15



    A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES
    ET A MESSIEURS LES MISS1ONNAIRES
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES.
    ________


    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,

    Au milieu des préoccupations de lheure présente, nous avons la consolation de porter à votre connaissance la lettre qua daigné nous adresser récemment N. T. S. P. le Pape Léon XIII. Cette lettre a été écrite à loccasion du massacre de nos Confrères du Tong-King et du Yûn-Nân ; elle est adressée au Supérieur de notre Séminaire de Paris . En voici la teneur :

    LEO PP. XIII

    Dilecte Fili, Salutem et Apostolicam Benedictionem . Tristia admodum Nobis acciderunt quæ in tuis litteris die 17 superiori mense datis de gravi illa procella perlegimus, quæ in Laocensium regione, unius anni spatio, christianos afflixit, quorum plurimi ab inimicis christiani Nominis extremo supplicio affecti sunt, adjectis insuper octo sacerdotibus e vestro Seminario, sacro illic ministerio fungentibus, qui persecutorum odio mactati occubuerunt .
    Doluimus quidem, Dilecte Fili, magnam jacturam cogitantes quam expeditio vestra quæ iis gentibus fide illustrandis operam navat, passa est, strenuis illis operariis amissis qui regno Christi propagando adlaborabant, licet tamen non eos luctu, sed præconio prosequendos existimemus, qui bonum certamen pro Christo certantes, cursum gloriose consummarunt . Firmiter enim confidimus eos jam esse immortali vita donatos, et apud Deum, rnemores eorum qui in tribulatione sunt positi, id agere, ut præsidium et incolumitatem suis, gratiam et opem iis quos Christo genuerunt, adprecentur . In hac vero luctuosa rerum conditione penitus intelligimus discrimina quibus societatis vestræ operarii in Extremi Orientis regionibus sunt obnoxii ; at Nos erigit, eosque pariter solari debet ea cogitatio, quod nempe fidelis Deus non patietur cos tentari supra id quod possunt, sed faciet cum tentatione proventum , ut possint sustinere. Quapropter cupimus eos fiduciam omnem in Deo ponere , cujus gloriæ famulantur, et inter ærumnas confortari in potentia virtutis ejus, qui sperantes in se confundi non patitur. Nos quidem non omittemus, Dilecte Fili, in humilitate cordis Nostri eos enixe commendare Deo et verbo virtutis ejus, ut eos fortitudine et consolatione repleat, simulque ab ejus clementia poscimus ut novos operarios excitet, eosque virtute induat ex alto et dextera sua tegat ac brachio sancto suo defendat, necnon propitius semper respiciat universam societatem vestram quam filiorum suorum virtus illustrat, ejusque pia opera tueatur, ac luctum vestrum in gaudium convertat . Hæc a divina benignitate implorantes, Tibi, Dilecte Fili, atque omnibus quibus præes paternam Nostram dilectionem ex animo profitemur, ac Apostolicam Benedictionem ex intimo corde depromptam, in omnium clestium gratiarum auspicium, singulis universis, et præcipue iis qui in tribulatione versantur, novisque operariis qui ad jacturas reparandas in messem Domini profecturi sunt, peramanter et ex corde impertimus .
    Datum Romæ apud S. Petrum, die Juli Anno 1884, Pontificatus Nostri anno septimo .




    Cest toujours un événement considérable pour une Société, quand un de ses membres est appelé à répandre son sang pour la cause de notre sainte Foi, et comme dans lespace de moins dune année, huit de nos missionnaires et un grand nombre de chrétiens sont tombés sous le fer des persécuteurs, nous navons pas cru pouvoir nous dispenser de déposer cette nouvelle aux pieds du Vicaire de Jésus-Christ . Cest ce que nous avons fait par une lettre que nous avons adressée au Souverain-Pontife à la date du 17 juin dernier 1.
    Vous venez de voir, Nosseigneurs et Messieurs, quelle a été la réponse de notre Père commun . Elle est une effusion de la paternelle tendresse de Léon XIII dont le cur est grand comme le monde . Elle est un encouragement et une instruction pour toute notre Société, spécialement pour ceux de ses membres qui se trouvent sous le poids de la tribulation . Docteur universel, Léon XIII nous rappelle où se trouvent la vraie consolation et la force; Pontife suprême, Il adresse pour nous à Dieu ses prières et ses supplications ; Il demande à la divine Miséricorde de multiplier les vocations apostoliques, et Il a une parole de spéciale affection pour les jeunes apôtres qui viendront remplacer les victimes de la persécution . Enfin, le Saint-Père nous donne à tous et à chacun sa paternelle bénédiction, laquelle est bien véritablement pour nous la bénédiction de Dieu et le gage de tous les dons célestes .
    Dans notre Société, nous nous sommes toujours fait gloire de professer envers le Vicaire de Jésus-Christ une affection toute filiale, une soumission absolue, un dévouement sans borne. Et sil nous a été donné de faire quelque bien, cest à ce profond attachement au Siège de Pierre que nous devons lattribuer. Puisse la parole récente de Léon XIII confirmer et, sil est possibIe, rendre plus forts et plus dévoués des sentiments qui seront toujours pour notre Société une source de salut et de prospérité .
    La communication que nous vous faisons aujourdhui, Nosseigneurs et Messieurs, nous aurions dû la faire plus tôt . Nous ne lavons différée que dans lespérance de recevoir des détails précis sur la fin glorieuse de ces généreux soldats de Jésus-Christ . Malheureusement ces détails ne nous sont pas parvenus, et comme aujourdhui nous avons des raisons positives de croire quun pli de Mgr Puginier a été perdu en route, il nous paraîtrait superflu dattendre plus longtemps.
    Vous avez lu dans notre dernière lettre commune le récit de la mort de M. TERRASSE au Yûn-Nân et de M. BÉCHET au Tong-King . Sur la mort de nos confrères du Laos, tous les renseignements que nous possédons sont contenus dans deux lettres de Mgr Puginier, écrites de Hà-Nôi sous la date des 25 mars et 12 mai derniers . Quoique ces lettres aient déjà été publiées par les Missions catholiques, nous estimons faire uvre utile en les reproduisant ci-après pour ceux de nos confrères qui ne les connaîtraient pas encore .
    Vous nignorez pas, Nosseigneurs et Messieurs, combien dun moment à lautre la situation de plusieurs de nos Missions peut devenir grave par suite des événements politiques qui se passent dans lExtrême-Orient ; combien sont grandes les ruines dans plusieurs de nos Vicariats dAnnam . Partout enfin, en Occident comme en Orient, nous avons à lutter contre des difficultés multiples, sans autres armes que celles qui nous sont fournies dEn-Haut.


    1 Voir le texte de cette lettre à la fin de la circulaire.
    Prions donc avec plus de ferveur et de constance que jamais. Soyons des premiers à répondre aux appels réitérés de Léon XIII qui exhorte si instamment, comme vous le savez, tous les fidèles de lunivers à la prière . Ici, pour entrer dans les intentions du Souverain-Pontife et pour répondre à la gravité de la situation , outre les prières qui se font chaque jour pour les besoins de nos Missions, la messe de Communauté est célébrée trois fois par semaine
    à la même intention . Dans le même ordre didées, nous sommes heureux de penser que nous possèderons bientôt, au sein de la Société, une maison spécialement destinée à la prière et aux exercices spirituels, pour ceux dentre nos missionnaires qui, non contents de la retraite annuelle qui se fait régulièrement dans toutes nos Missions, désireront venir, avec la permission de leurs Supérieurs, puiser dans une retraite plus prolongée de nouvelles forces pour de nouveaux combats.
    Plus les besoins deviennent pressants, plus nous devons multiplier nos instances auprès du Père des Miséricordes. Les voix de toutes nos Missions, et par-dessus tout les supplications de nos martyrs, sélevant ensemble vers le trône de Dieu , nous obtiendront faveur et protection pour nos personnes et pour notre uvre qui nest autre que luvre de Dieu .
    Veuillez, Nosseigneurs et Messieurs, agréer les sentiments de respect, daffection et de dévouement avec lesquels nous sommes

    Vos très humbles serviteurs en Notre-Seigneur

    Pour le Conseil :

    DELPECH,
    SUPÉRIEUR. ARMBRUSTER,
    SECRÉTAIRE.

    None
    Aucune image