Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

lettre n°14

SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1883. DES MISSIONS-ÉTRANGÈRES LETTRE COMMUNE No 14 A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,
Add this
    SÉMINAIRE Paris, le 31 décembre 1883.
    DES
    MISSIONS-ÉTRANGÈRES
    ______

    LETTRE COMMUNE
    No 14
    ~~~~



    A NOSSEIGNEURS LES VICAIRES APOSTOLIQUES
    ET A MESSIEURS LES MISSIONNAIRES
    DE LA SOCIÉTÉ DES MISSIONS ÉTRANGÈRES
    ____________



    NOSSEIGNEURS ET MESSIEURS,

    Dans le compte-rendu que nous avons lhonneur de vous adresser chaque année, cest pour nous un sujet de consolation toujours nouveau davoir à enregistrer, pour lédification de chacun des membres de notre Société, les résultats obtenus par nos bien-aimés confrères, dans le courant de lannée.
    Cette consolation serait encore plus grande si nous pouvions les relater tous, tels quils sont en réalité. Mais nous devons forcément nous borner à la mention de ceux qui apparaissent à lextérieur, quoiquils ne soient pas toujours les plus importants.─ Pour les autres ils nous échappent et ne sont connus et appréciés à leur juste valeur que par le bon Dieu.─ Et encore, parmi les résultats apparents, il en est sur lesquels nous ne nous arrêtons pas longuement, quoiquils aient nécessité une dépense dactivité et une somme de travail souvent fort considérables ; nous voulons parler des soins assidus donnés aux anciennes chrétientés. Malgré lintérêt de premier ordre que nous portons à ces travaux, nous nous contentons ordinairement de rappeler les oeuvres qui existent, et de donner quelques chiffres de statistique, assurés que cela suffit pour que chacun suppléant par lui-même, puisse se rendre compte de luvre accomplie.
    De même, pour ce qui concerne les séminaires particuliers établis dans nos Missions, et qui sont à nos yeux dune importance capitale, puisque de leurs progrès dépend la réussite du clergé indigène, uvre par excellence de notre Société, nous ne pouvons leur donner de mention spéciale quen passant, à moins quil ny ait un événement extraordinaire à signaler.
    Ce que nous tenons surtout à porter à la connaissance de nos confrères, ce sont les progrès de lévangélisation apostolique, et la prise de possession par La Croix de nouveaux points de la partie du monde confiée à notre zèle par le divin Maître ; ce sont les développements donnés aux uvres existantes, les tentatives nouvelles, les essais généreux, qui pourront peut-être ne pas aboutir immédiatement, mais qui nen sont pas moins un germe précieux devant tôt ou tard porter ses fruits ; ce sont les marques de la sollicitude maternelle avec laquelle la Providence nous a protégés, les épreuves auxquelles Elle a jugé à propos de nous soumettre, les consolations quElle nous a ménagées, etc...
    Ce que nous voudrions aussi pouvoir indiquer, ce sont les uvres diverses accomplies par chacun de nos confrères en particulier, avec la mention des postes quils occupent. En les rappelant ainsi au souvenir de tous ceux qui les ont connus personnellement, ce serait, pensons-nous, créer un nouveau lien de charité entre des frères si étroitement unis, en même temps que si éloignés les uns des autres. Lexposé des méthodes, que lEsprit-Saint suggère au zèle de chacun demployer pour étendre le règne de Dieu sur la terre, serait non seulement édifiant pour tous, mais encore instructif pour beaucoup, en servant de stimulant à tenter ce que lon verrait entrepris avec succès par les autres.
    En outre, ce serait, pour lannée courante, la page dhistoire la plus complète de la vie de chacune de nos Missions ; et si, au bout dune période de nimporte quelle durée, quelquun entreprenait décrire lhistoire ecclésiastique de lune ou lautre de nos Missions il trouverait de suite, dans la série de nos lettres communes écrites durant cette période tous les éléments principaux de ce travail.
    Quon nous permette de citer, comme modèle en ce genre pour cette année, malgré quelques lacunes qui syrencontrent encore, la Mission du Japon Méridional, pour laquelle le Vicaire Apostolique avait bien voulu nous adresser, entre autres documents précieux, les comptes-rendus très détaillés de plusieurs Missionnaires.
    Si la réalisation de ce plan exigeait, en raison de la multiplicité des détails, que nous élargissions les limites dans lesquelles se renferme ordinairement notre lettre commune, nous le ferions avec joie, assurés davoir lapprobation de tous. Les éléments nous font malheureusement défaut pour exécuter cette fois-ci un pareil programme, comme on pourra sen rendre compte, relativement au plus grand nombre de nos Missions. Nous nous bornerons donc, cette année encore, à reproduire les renseignements incomplets que nous avons reçus sur chacune delles.
    Sils varient tous les ans dans les détails, ils nen demeurent pas moins toujours uniformespour le fond. Pour éviter linconvénient des redites, nous avons cru devoir faire lessai, pour cette fois, dune modification dans la forme, au sujet de laquelle nous tenons à vous donner tout dabord une explication.
    De graves événements politiques ayant exercé, cette année-ci, une influence considérable sur un grand nombre des pays que nous évangélisons il nous a paru avantageux de grouper nos diverses Missions en chapitres distincts, et de donner tout dabord, sous forme de prélude, un sommaire historique des événements politiques ou généraux, dont laction sest fait plus ou moins sentir dans le groupe tout entier. Il sera de la sorte plus facile de se rendre ensuite compte des conséquences de ces événements, en en faisant lapplication à chaque Mission en particulier.
    La lettre commune se trouvera ainsi divisée en six chapitres, qui traiteront successivement :
    10 Des Missions Annamites,
    20 Des Missions de Chine,
    30 Des Missions de la Corée et du Japon,
    40 Des Missions de Siam, de la presquîle de Malacca et de la Birmanie,
    50 Des Missions des Indes,
    60 Des établissements communs.
















    None
    Aucune image