Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Vie des Missions 8 : Kobé

Vie des Missions Kobé
Add this
    Vie des Missions

    Kobé

    Juin. Comme le faisait prévoir la chronique précédente, le mois de Marie fêta en son dernier dimanche la Reine universelle par la journée mariale annuelle. Elle eut lieu cette année ad montana, au collège des Jésuites de Rokko, dans la belle et grande salle des fêtes ! 1.200 places assises. Le site est splendide, dans un cadre de collines boisées dominant la ville et la mer, mais le chemin d'accès d'un minimum de 20° près de 30° même par endroits, s'il est franchi chaque matin au pas de course par des jambes de 15 ans, exige pour d'autres plus vieilles de pénibles efforts. Sans doute certains motorisés privilégiés s'en tirent agréablement en empestant de leur âcre fumée les narines essoufflées des piétons, mais les taxis eux-mêmes acceptent difficilement la course. Cet effort cependant fut fourni généreusement par plusieurs centaines de personnes, puisque la salle se révéla trop petite, bien que la soixantaine de prêtres présents aient pris place sur la scène pour libérer autant de strapontins et qu'un bon nombre d'autres personnes durent rester debout. La cérémonie fut présidée par Mgr Taguchi. A part le P. Mora qui par un long discours montra comment, après les luttes et les haines fratricides, la Mère des hommes avait su réunir à Lourdes ses enfants réconciliés et en tira les conclusions, ce furent de toutes jeunes fillettes de nos écoles catholiques qui, avec la candeur et la sensibilité des âmes d'enfants, exposèrent à l'assemblée les vertus et les exemples de Marie, pleine de grâces et bénie entre toutes. La récitation de tout le chapelet, alternée de cantiques, par toute l'assistance, et un salut du Saint Sacrement sur un autel dressé sur la scène parachevèrent cette journée que le beau temps avait favorisée.
    Une autre Journée, uniquement sacerdotale, eut lieu le 31 mai au séminaire d'Osaka pour tout le clergé diocésain. L'évêché avait adressé à chacun le programme suivant :

    1. Allocutio (Exc. Rev. D. Episcopus Osakensis).
    2. De liturgia pastorali in genere : principia eorumque praxis in cura pastorali (Rev. D. P. Hiramatsu).
    3. De instructione puerorum in sacra liturgia : momentum, theoria et praxis (Rev. D. R. Berhault M. E. P.).
    4. De integratione festorum ecclesiasticorum in vitam christianam sive parcecialem sive familiarum (Rev. D. J. Bésineau S. J.).

    Le tout fut traité entre 10 heures du matin et 4 heures de l'après midi, sauf l'interruption d'un frugal repas, et c'est semble-t-il le P. Berhault qui réussit le mieux à intéresser et détendre l'auditoire.
    Le dimanche 4 juin, Fête Dieu, avait lieu à l'école \ Stella Maris " des Soeurs Franciscaines la procession annuelle du Saint Sacrement pour les paroisses de Kobé. Beau temps, belle assistance de prêtres, religieuses et fidèles, belle cérémonie.
    La fête du Sacré Coeur est aussi la fête paroissiale de Nakayamate où le P. Durécu a établi la tradition de la solenniser spécialement par une grand'messe du soir, où la chorale exécuta ses plus beaux morceaux. Monseigneur ayant été empêché cette année, le P. Mora officia avec le P. Unterwald (ancien curé) pour diacre et un prêtre de langue anglaise comme sous diacre et qui firent l'un et l'autre après l'évangile chacun un court sermon en japonais et en anglais à l'usage des nombreux fidèles de cette paroisse cosmopolite Après la cérémonie religieuse, un lunch fut offert par les paroissiens au cours duquel ils purent se rencontrer à loisir et se mieux connaître. Plusieurs confrères de la ville avaient pu s'y rendre et l'assistance fut très nombreuse.
    Le mercredi 14 juin nous réunissait, comme plusieurs fois l'an, à la Maison des Retraites de Méfu, chez les Passionnistes, où nous faisons aussi la retraite annuelle. Notre prédicateur d'un jour fut le bon P. Odilon, Franciscain, qui déjà jadis nous avait prêché une retraite annuelle. Avec beaucoup de bonhomie, de simplicité et tout son coeur il nous fit réfléchir sur des choses sans doute bien connues, mais que malheureusement il ne suffit pas de savoir... !
    Reste la réunion sacerdotale de fin de mois, elle aura lieu encore cette fois au séminaire d'Osaka et le jeudi 29, au lieu du mercredi, à cause de la fête des saints Pierre et Paul, fête de l'évêque du lieu et de plusieurs prêtres. C'est le P. Augmard qui aura l'honneur d'être prédicateur.
    Et voilà pour les événements généraux qui ne peuvent échapper au chroniqueur. Le travail sur les âmes, que chacun s'efforce pourtant d'assurer au maximum de ses possibilités, reste un peu trop le secret des coeurs et de Dieu. Le supérieur nous a cependant annoncé la semaine dernière que les émissions dominicales à la radio (10 minutes de grand matin) qui étaient assurées depuis longtemps par les prêtres japonais du diocèse, allaient être confiées à partir de juillet aux Pères M.E.P. : les PP. Schmeer et Bayzelon en seraient les premiers orateurs. C'est un honneur pour nous et un moyen qui a son efficacité, puisque les statistiques officielles prétendent qu'environ 60.000 personnes écoutent ces émissions religieuses.
    En ce qui concerne le " bâtiment ", par le fait bien visible à l'oeil nu, le chroniqueur a oublié de signaler dans ses " papiers " précédents que le P. Froidevaux avait coiffé son clocher d'un chapeau neuf plus imperméable que l'ancien. Le premier rappelait la forme d'une barrette à quatre cornes, le nouveau ressemblerait plutôt à l'antique chapeau de gendarme ou de suisse d'église : ses pentes plus inclinées et sa bonne orientation éviteront à l'avenir les infiltrations internes que le Premier plus esthétique pourtant n'arrivait pas à empêcher par grandes pluies ou typhon.
    A Hyogo, les Soeurs des M. E. utilisent de leur mieux, depuis la rentrée d'avril les anciens et nouveaux locaux, pour l'oeuvre des enfants Jidôkan et aussi d'un certain nombre d'adultes (français, broderie, cuisine, etc.). Le nombre des tout petits, qui n'était guère que d'une bonne quinzaine l'an dernier, atteint la quarantaine et peut être à peu près autant pour les plus grands, ce qui fait que du matin au soir surtout en Y ajoutant les nombreux enfants du voisinage qui viennent s'ébattre sur le terrain c'est sans doute le poste le plus animé de tous. De plus, l'école secondaire voisine surchargée d'élèves ayant sacrifié une partie de sa cour à la construction d'un nouveau bâtiment et les élèves n'ayant plus de terrain d'ici la fin des travaux, le curé de Hyogo a cru charitable et habile d'offrir temporairement aux professeurs de gymnastique, l'usage du terrain de la paroisse, ce qui eut le bon résultat de créer immédiatement des rapports de sympathie avec les professeurs, fait apprécier aux élèves, à leurs parents et au voisinage l'esprit social catholique, permet d'entrer en contact direct avec beaucoup d'élèves, dont certains ne sont pas peu étonnés que le Père parle le japonais et semble les aimer. Ils l'abordent maintenant sans timidité ni crainte et le saluent en ville. Somme toute, tous les moyens sont bons pour " briser la glace ".
    Enfin, à la paroisse du supérieur lui même, vu les demandes croissantes d'admission, un agrandissement du jardin d'enfants est en cours. Souhaitons que partout le bon Dieu soit de plus en plus connu et aimé.
    "
    1961/665-669
    665-669
    Anonyme
    Japon
    1961
    Aucune image