Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Varia : Gymnastique respiratoire

Varia Gymnastique respiratoire Pour nos Séminaristes Mens sana in corpore sano. Chacun sait que nos élèves dExtrême-Orient sont peu résistants à la fatigue quimpliquent les études prolongées pendant de longues années sans interruption, et quils contractent facilement la tuberculose pulmonaire, soit pendant, soit après leur séjour dans nos établissements. On en gémit, car on ne peut pousser les études aussi loin quon le désirerait, et lon perd quelquefois des sujets de valeur.
Add this
    Varia


    Gymnastique respiratoire

    Pour nos Séminaristes

    Mens sana in corpore sano.

    Chacun sait que nos élèves dExtrême-Orient sont peu résistants à la fatigue quimpliquent les études prolongées pendant de longues années sans interruption, et quils contractent facilement la tuberculose pulmonaire, soit pendant, soit après leur séjour dans nos établissements. On en gémit, car on ne peut pousser les études aussi loin quon le désirerait, et lon perd quelquefois des sujets de valeur.

    Pour combattre cette faiblesse pulmonaire, on a essayé de différents moyens, comme de prolonger les récréations et le sommeil, permettre la sieste, augmenter la quantité de nourriture, interrompre les années détudes par des probations, etc.

    Ces moyens sont bons évidemment ; mais ils ne sattaquent pas directement à la racine du mal, à lorgane, siège de la maladie.

    Ayant présenté à un docteur plusieurs élèves pré-tuberculeux ou déjà atteints, je reçus lexplication de la théorie sur la respiration, ou mieux sur lexercice respiratoire, appelé encore gymnastique respiratoire. Tout organe, disait-il en substance, a besoin dexercice pour se développer. Or nos Annamites (nous sommes en Indochine) ne savent pas respirer ; ils ne respirent pas profondément, ils font simplement circuler un léger courant dair dans leur poitrine, de sorte que lair ne pénètre point jusquaux sommets des poumons, dont les minuscules vaisseaux, faute dexercice, satrophient à la longue et deviennent un terrain très propice au développement de la tuberculose. Il faut donc apprendre à vos élèves à respirer profondément par des exercices appropriés. Et, de fait, suivant ces conseils toutes les écoles de la ville ont mis dans leur programme des exercices de gymnastique respiratoire.

    Jen fis autant dans mon établissement.
    Dix-huit mois après, un élève, qui avait été très suspect, fut conduit de nouveau au même docteur, ainsi quun autre élève également douteux, celui-ci pour la première fois. Le premier, qui avait pratiqué les dits exercices très scrupuleusement et aussi bien pendant les vacances quau séminaire, put montrer au médecin, qui len félicita, une poitrine bombée, forte, respirant jusquau sommet ; seul un petit reste au haut dune épaule, mais destiné à disparaître, attestait quil y avait eu un commencement bien caractérisé de maladie. Lautre élève, qui navait fait de ces exercices quad oculum et vaille que vaille, ne respirait que jusquau milieu des poumons : pas le plus léger courant dair dans les sommets. Aussi lordonnance se borna-t-elle à cette injonction : Que ce jeune homme fasse des exercices respiratoires et il guérira.

    En quoi consiste cette gymnastique respiratoire ? On le devine facilement. Au reste, il suffit douvrir un livre de médecine même élémentaire pour le savoir. Voici ce que dit Pol Korigan dans son Robinson-médecin 1 : La gymnastique respiratoire consiste en respirations et expirations lentes et aussi profondes que possible. Il faut retenir son haleine autant quon le peut, le poumon étant dilaté au maximum. Cet exercice doit se faire au moins six fois par jour. Vigouroux, dans son Traité complet de médecine pratique (T. III, p. 504), donne trois sortes dexercices, tous dune exécution facile. Le lieutenant-colonel Derué et le Dr Laurent, dans leur Manuel de gymnastique éducative et corrective 2, adopté par les écoles libres du diocèse de Paris, écrivent : Chaque série dexercices, au moins chaque leçon doit être précédée et suivie de lexécution du mouvement respiratoire. Et, après lavoir décrit et en avoir montré les effets relativement au diamètre transversal, antéro-postérieur et vertical de la cage thoracique, ils ajoutent : Ce mouvement, essentiellement physiologique, a une grande importance.

    Evidemment il ne sagit pas dintroduire dans nos petits et grands-séminaires toute la série des différents exercices dassouplissement contenus dans les manuels de gymnastique (sans anneaux ni trapèze), encore quon pourrait en adopter un certain nombre dans les petits-séminaires, mais il semble raisonnable de voir ce quon fait ailleurs pour la santé des élèves et dy prendre ce qui est praticable dans nos écoles. De ces exercices, celui de la gymnastique respiratoire peut bien être adopté sans aucun inconvénient et avec beaucoup davantages, aussi bien dans les grands que dans les petits-séminaires.


    1. Edité à Shanghai.
    2. Edité chez Armand Colin.

    1923/564-566
    564-566
    Anonyme
    Chine
    1923
    Aucune image