Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 9

Pensées pour la retraite du mois Sanctæ orationi deditus. Que loraison, la sainte oraison, doive faire partie des exercices de piété du prêtre, du missionnaire, cest une vérité devenue banale et qui ne fait de doute pour personne. On me permettra cependant de rappeler sur ce point quelques témoignages spécialement autorisés.
Add this

    Pensées pour la retraite du mois

    Sanctæ orationi deditus.

    Que loraison, la sainte oraison, doive faire partie des exercices de piété du prêtre, du missionnaire, cest une vérité devenue banale et qui ne fait de doute pour personne.

    On me permettra cependant de rappeler sur ce point quelques témoignages spécialement autorisés.

    Dabord le témoignage de St Alphonse dont la doctrine sur la nécessité de loraison mentale pour les prêtres se trouve condensée dans un long discours, divisé en deux points : 1er point : sans oraison mentale il est très difficile que le prêtre se sauve ; 2ème point : sans oraison mentale, il est impossible que le prêtre parvienne à la perfection.

    Dans le 1er point, après avoir rapporté la parole de Ste Thérèse : Pour obtenir les grâces de Dieu, lunique moyen cest loraison et tout particulièrement loraison mentale ; ce moyen mis de côté, je ne sais comment les grâces arriveront à lâme, St Alphonse poursuit : Eh ! bien, je déclare également ne pas savoir comment un prêtre sans oraison aura les grâces nécessaires au salut. Il ajoute ensuite que sans loraison le prêtre ne connaît ni son chemin, ni ses défauts et il devient le jouet du démon.

    Cétait aussi le sentiment des principaux fondateurs de notre Société, Mgr Pallu et Mgr de la Motte, qui dans leurs Monita ad Missionarios ont écrit un article fort intéressant : De orationis studio. Loraison est nécessaire, disent-ils, pour éviter le péché et triompher des tentations. Notre-Seigneur ayant commandé spécialement aux prêtres de veiller et prier, cest à bon droit que nous faisons au missionnaire apostolique une obligation de manger chaque jour le pain de loraison ; sil lomet, il défaillera nécessairement dans le chemin de la vertu, car loraison est la source et le couronnement de toutes les vertus, elle enseigne la mortification chrétienne, elle est un miroir dans lequel on voit, malgré soi, les plus petites taches de lâme, et si on sapplique à les éviter, on évitera sûrement aussi les fautes plus graves. Et un peu plus loin : Que le missionnaire se garde bien de se laisser jamais sous aucun prétexte arracher à lexercice si salutaire de loraison mentale qui ne doit absolument pas être abandonné, sinon pour remplir une obligation manifeste de justice ou de charité.

    Ces témoignages suffisent pour nous rappeler notre devoir, si nous étions tentés de loublier. Je men voudrais cependant de ne pas citer ici une belle sentence de St Alphonse qui, à elle seule, suffirait à nous donner lestime et lamour de loraison. Omnes sancti per orationem mentalem sandi facti sunt. Puis donc que nous voulons devenir des saints, la conclusion simpose : il faut nous appliquer à loraison et même à la longue oraison. Car, comme nous allons le voir, les saints et les autorités les plus vénérables demandent que nous fassions longuement oraison.

    St Alphonse notamment, dans son fameux discours sur la nécessité de loraison mentale pour le prêtre, dit en propres termes que les ministres du Seigneur doivent faire beaucoup doraison et non pas seulement un quart dheure, une demi-heure, mais beaucoup doraison.

    Il serait vain dobjecter que St Alphonse ou les autres saints qui, dans leurs livres ou leurs discours, ont prôné la longue oraison, ne sadressaient pas à des missionnaires voués comme nous essentiellement à la vie active, et du matin au soir absorbés par les travaux du ministère, car si nous voulons que ce ministère porte des fruits de salut très abondants, et qui dentre nous ne le veut ? il faut que notre apostolat soit secondé ou fécondé par des grâces très abondantes et très puissantes. Or il ny a que loraison et la longue oraison, qui puisse nous obtenir ces grâces de choix nécessaires au succès de nos travaux. Il nous faut donc unir la prière et laction, la vie active et la vie contemplative, les deux sentraident admirablement, dit St Thomas.

    Cest, dailleurs, lenseignement de tous les saints, particulièrement St Alphonse. Nallons pas croire, dit-il dans le sermon déjà cité, que loraison mentale doive être rangée parmi les exercices dun solitaire et non parmi ceux des ouvriers évangéliques. Les apôtres ne furent certainement pas des ermites, mais les plus grands ouvriers évangéliques quon ait vus sur la terre. Or, pour trouver le temps de faire oraison, comment sy prirent-ils ? Ils établirent des diacres pour leur confier une partie du ministère sacré. Viros constituamus super hoc opus. Nos vero orationi et ministerio verbi instantes erimus. Remarquez ces deux expressions : à la prière et au ministère de la parole. Avant tout la prière, ensuite la sainte prédication. Si donc, nous voulons nous sanctifier et devenir de vrais ouvriers évangéliques, il faut de toute nécessité que nous nous adonnions à loraison. Or, il ne sagit pas dy consacrer de temps en temps un quart dheure, une demi heure ; ce quil faut, cest beaucoup, oui, beaucoup doraison.

    Pour ceux dentre nous qui pourraient trouver que les saints exagèrent et que les prêtres dItalie à qui sadressaient St Alphonse nétaient pas dans les mêmes conditions que nous, jen appellerai au témoignage de notre Société, ou du moins de ses premiers fondateurs. Mgr Pallu et Mgr de la Motte ont en effet, dans leurs Monita, nettement exprimé leur pensée au sujet du temps que les missionnaires apostoliques doivent consacrer chaque jour à loraison..

    Bien que toute la vie du missionnaire, disent-ils, doive être une prière continuelle et quil soit tenu de garder toujours le souvenir de la présence de Dieu, il lui faut cependant consacrer chaque jour un temps particulier, deux heures au moins, à adorer Dieu, horas ad minimum duas Deo adorando dicare debet, ainsi quil est prescrit à la plupart des religieux missionnaires et quil a été fidèlement observé jusquà présent par ceux qui se sont appliqués le plus diligemment au ministère apostolique.

    Voilà donc qui est clair : daprès nos Pères fondateurs, le missionnaire doit chaque jour consacrer au moins deux heures à loraison mentale, car cest bien de loraison mentale quil sagit dans cette expression Deo adorando. Ainsi ont fait dans le passé les bons ouvriers apostoliques et de nos jours encore, disent les vénérables auteurs, il y a des ministres de lEvangile, tellement attachés, comme jadis les Apôtres, à la prière et à la prédication, que si les continuelles et graves occupations, dont ils sont parfois accablés, ne leur laissent aucun moment libre dans la journée, tout ce que le travail du jour a dérobé à loraison, ils le lui rendent en prenant sur leur sommeil la nuit, et cela avec dautant plus dempressement quayant consumé tout le jour à travailler pour la gloire de Dieu, ils ont ainsi de quoi remercier et congratuler lEpoux pendant la nuit.

    Enfin nous avons le témoignage du Souverain Pontife lui-même dans lEncyclique Maximum Illud, témoignage décisif que nous devrions avoir sans cesse présent à la mémoire. Après avoir dit que le missionnaire doit donner lexemple de lhumilité, de lobéissance, de la pureté et surtout de la piété, Sit ille igitur in exemplum humilis, obediens, castus, sit prcipue pius, Benoît XV ajoute : sanctque orationi ac perpetu cum Deo conjunctioni deditus. Le missionnaire sadonnera à loraison, à la sainte oraison, sanctque orationi deditus ; remarquons bien tous ces mots, ces trois mots, veux-je dire, et dites-moi sils peuvent avoir un autre sens que celui-ci : le missionnaire doit être un homme adonné à la sainte oraison, et il sadonnera aussi à lunion continuelle avec Dieu, ac perpetu cum Deo conjunctioni deditus. Or, peut-on dire dun missionnaire qui fait tout juste un quart dheure, vingt minutes ou même une demi heure doraison quil est sanct orationi deditus ?

    Et pourquoi le Souverain Pontife exige-t-il du prêtre qui veut travailler à la conversion des infidèles quil sadonne à la sainte oraison, à la longue oraison et à lunion continuelle avec Dieu ? Tout simplement pour que son travail soit couronné de succès. Voyez plutôt : Sit prcipue pius, sanctque orationi ac perpetu cum Deo conjunctioni deditus, sedulo apud eum agens causam animarum. Quanto enim fuerit Deo conjunctior, tanto plus ei divin grati et adjumenti impertitur. Quil sadonne à la sainte oraison et à lunion continuelle avec Dieu, auprès de qui il traitera soigneusement du salut des âmes, car plus il sera uni à Dieu et plus il recevra de grâces et de secours de Dieu.

    Puissent des enseignements venus de si haut nous persuader de soigner davantage encore notre oraison quotidienne et au besoin de la prolonger, de manière à mériter vraiment que lon puisse dire de chacun de nous : sanct orationi deditus.



    1933/647-651
    647-651
    Anonyme
    France
    1933
    Aucune image