Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 7

Pensées pour la retraite du mois  SURGE.QUI DORMIS, Ce nest, sans doute, pas à beaucoup dentre nous, à aucun même peut-être, que pourrait sadresser cette parole : Surge, qui dormis. Tous les jours de notre existence de missionnaire se passent, en effet, dans le travail. Profitant néanmoins de la Retraite du mois, nous voudrions semer ici quelques réflexions sur notre travail, sur ce labeur personnel que nous avons commencé dès laurore de notre vie intellectuelle et qui ne se terminera quà son crépuscule.
Add this
    Pensées pour la retraite du mois

    

    SURGE.QUI DORMIS,

    Ce nest, sans doute, pas à beaucoup dentre nous, à aucun même peut-être, que pourrait sadresser cette parole : Surge, qui dormis. Tous les jours de notre existence de missionnaire se passent, en effet, dans le travail. Profitant néanmoins de la Retraite du mois, nous voudrions semer ici quelques réflexions sur notre travail, sur ce labeur personnel que nous avons commencé dès laurore de notre vie intellectuelle et qui ne se terminera quà son crépuscule.

    Car, lexpérience le prouve, à mesure que nous déroulons le fil de nos années, le temps nous fait une guerre incessante et nous enlève, en même temps que nos forces physiques, une partie de nos connaissances. Donc ne pas acquérir, cest perdre, et le missionnaire ne doit pas perdre, sil veut rester une valeur personnelle et une utilité pour les âmes.

    Saint Paul sen était ému : Attende lectioni et doctrin, écrivait-il à Timothée. Hc meditare, in his esto.. Attende tibi et doctrin.. Insta in illis., ajoutant de suite le stimulant : Hoc enim faciens, et teipsum salvum facies et eos qui te audiunt.

    On dira, sans doute : LEvangile, ainsi que le dogme et la morale, ne varient pas. Soit. Mais qui donc dentre nous oserait se flatter de posséder depuis son séminaire une science évangélique, doctrinale et morale tellement à jour et toujours au point, sans une étude ultérieure et incessante ? Avec les études acquises au séminaire, on en saura probablement assez pour expliquer lessentiel du catéchisme à des enfants et pour développer passablement des thèmes de prônes à des gens de médiocre intellectualité ; mais sommes-nous prêts à réfuter les systèmes protestants et bouddhiques ? à flétrir adéquatement les théories rationalistes qui poussent aujourdhui dans presque toute terre cultivée dExtrême-Orient ?

    Il faut au missionnaire actuel, non pas des clartés théologiques, philosophiques, historiques et scientifiques : il lui faut une méthode de travail suivie tous les jours, fortement étayée de notions précises et didées justes. Nous sommes à un tournant de lhistoire de lExtrême-Orient, où les troubles intellectuels et les négations religieuses veulent déchirer la robe sans couture de lEglise catholique et romaine. Si donc nous, missionnaires, nous voulons lutter, non par la finance ou par lépée, ce qui nous est divinement interdit, mais par lesprit et la vérité, nous, dis-je, devons être des valeurs, cest-à-dire des prêtres capables de produire la vie en eux et dans les autres. Dans le mot valere se trouvent exprimées, en effet, force et santé. Un homme qui a de la valeur est quelquun qui de toute sa force conduit à la vie. Un homme diminue de valeur dans la mesure où il produit moins de vie et dans la mesure où sa propre force est affaiblie. Il est sans valeur ou nuisible dans la mesure où il séloigne de la vie.

    Or nous sommes tous venus ici, en Extrême-Orient, pour que ceux qui nous sont confiés par nos Supérieurs aient la vie : nous ne la leur communiquerons que dans la mesure où nous la posséderons nous-mêmes, que dans les limites de notre valeur. Ayons donc à cur de posséder tous cette virilité intellectuelle qui conditionne notre supériorité et qui féconde essentiellement notre apostolat.

    Faut-il le dire ? Nous appartenons à une génération fatiguée. Lacivité psychique, de par le monde, semble diminuer. Nous sommes des asthéniques, naspirant quau repos. Chez beaucoup dentre nous se manifestent parfois ces prodromes étonnants de dégoût de laction, ces crises de pessimisme psychologique, ces oscillations dénergie, qui, sans réaction de notre part, nous conduiraient infailliblement à la passivité des machines.

    Linfluence climatérique, les hasards dune vie parfois errante, les soucis de la vie quotidienne, contrôlés et mis à part, faisons appel pour combattre nos velléités dinertie psychique aux lumières de la foi. Nous savons tous que le travail est le meilleur exercice de notre liberté, quil nous amène à prendre pleine conscience de nous-mêmes et quil tend à un but : notre salut. Nous enseignons même quil est, depuis la sortie de lEden, une expiation, un rachat, une rédemption.

    Cest aux lèvres du prêtre quest confiée la science : Labia sacerdotis custodient scientiam. Méditons, écrivons, parlons. Dépositaires et dispensateurs de la science divine, approfondissons les grandes vérités et les éternels principes. Létude est une gymnastique morale ; elle a, par conséquent, son régime et son traitement.

    Sel de la terre et lumière du monde, notre mission est dilluminer les esprits et de remplir damour les curs. Soyons de laborieux athlètes de la vérité, et la vérité nous libérera.
    On lisait écrite sur lhumble demeure de sainte Jeanne dArc cette devise : Vive Labeur ! Puissions-nous la graver dans nos curs de prêtres-missionnaires et la présenter chaque jour à Jésus-Christ pour quIl la bénisse et la féconde !

    SACERDOS.

    1922/453-455
    453-455
    Anonyme
    France
    1922
    Aucune image