Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 7

Pensées pour la retraite du mois Marie en Egypte. Combien de temps Marie et Joseph séjournèrent-ils à Bethléem après la Nativité de Jésus ? Nul ne le sait. Les Bergers, les Mages disparus, la Purification passée ainsi que la Présentation au Temple, la Sainte Famille a regagné Nazareth et elle y demeure depuis quelque temps déjà, lorsque lAnge avertit Joseph de fuir en Egypte. Levez-vous, prenez lEnfant et sa Mère, fuyez en Egypte. Vous y demeurerez jusquà ce que je vous avertisse, car Hérode va chercher lEnfant pour le perdre.
Add this

    Pensées pour la retraite du mois

    Marie en Egypte.

    Combien de temps Marie et Joseph séjournèrent-ils à Bethléem après la Nativité de Jésus ? Nul ne le sait. Les Bergers, les Mages disparus, la Purification passée ainsi que la Présentation au Temple, la Sainte Famille a regagné Nazareth et elle y demeure depuis quelque temps déjà, lorsque lAnge avertit Joseph de fuir en Egypte. Levez-vous, prenez lEnfant et sa Mère, fuyez en Egypte. Vous y demeurerez jusquà ce que je vous avertisse, car Hérode va chercher lEnfant pour le perdre.

    Cest une longue et périlleuse aventure que de gagner lEgypte et poursuivre un voyage plein de fatigues, de privations et danxiété. Mais lordre de Dieu est urgent et formel. Joseph résigné prend ses outils, tandis que Marie ramasse un léger trousseau dhabits. On détache lâne et le départ se fait par la fertile vallée dEsdrelon. La Samarie, les hauteurs dEphraïm. les tours de Jérusalem, les vignes de Bethléem, les térébinthes dHébron, les coteaux stériles dIdumée voient tour à tour la petite caravane apparaître et disparaître. Cest maintenant que va saccomplir la célèbre prophétie dIsaïe : Voici que Jéhovah, porté sur une nuée légère, entre en Egypte, les idoles tremblent en sa présence et le cur de lEgypte se fond au dedans delle. LEnfant-Dieu, en effet, porté sur les bras de sa Mère sapproche de la sablonneuse terre de Misraïm, atteint le rivage de la Mer Rouge, quil franchit sur un radeau, et se dirige vers Héliopolis, où réside une petite colonie israëlite. Lantique ville de On, patrie dAseneth, femme du patriarche Joseph, a pris jadis le nom de Pi-Râ, demeure du dieu soleil, devenu Héliopolis dans lEgypte hellénisée, et de nos jours, Matarieh. Cest alors une grande cité, temple de lidole Osiris au corps ceint de bandelettes et au front nimbé du scarabée sacré. Ce fut à Héliopolis que sinstalla définitivement la Sainte Famille. Bientôt Joseph sest mis en quête douvrage. Marie, de son côté, file la laine, tresse des tapis ou brode pour les Juifs des vêtements de prière. Des Egyptiennes sont venues réclamer ses services, car son goût et son habileté lui ont procuré une rapide et riche clientèle. Marie accepte les plus modestes ouvrages de couture, mais elle refuse de confectionner les turbans brodés du symbolique lotus, les luxueuses tuniques et les écharpes soyeuses lamées dargent. La Vierge, pure et pauvre, donne déjà dutiles et de salutaires leçons de modestie et de probité dans le travail.

    La fuite en Egypte reste à nos yeux lun des plus étonnants mystères évangéliques. LEnfant est Dieu et, tout Dieu quil est, il fuit devant Hérode sa créature. Ce nest pas lui sans doute, âgé quil est de quelques mois seulement, qui se décide, mais Joseph et surtout Marie. Or Marie, loin de sopposer à cette fuite humaine dun Dieu, y collabore étroitement. Elle prononce un second Fiat devant la volonté du Père et suit le plan divin. LEglise toute entière réside en cet Enfant, quelle porte, heureuse Mère, en ses bras. DElle, de Marie, dépend encore lavenir de cette Eglise en germe ; elle la sauvera. La puissance de Dieu nest pas en péril et il pourrait lutiliser ; sa sagesse le lui interdit. Marie adore les secrets desseins de la Providence et sy soumet. Elle sauve un Dieu par prudence, quelle leçon !

    Il en est une autre. Marie vivait tranquille à Nazareth avec Joseph. Jésus naît et avec Lui la Croix. Partout où se trouve Jésus, la Croix laccompagne en inséparable. Jésus vit de la Croix, cest-à-dire, de la souffrance et de lhumiliation. Il sy incorpore, car il larrose de son sang. Dès sa naissance, Jésus se familiarise avec les sacrifices et veut que sa Mère y participe. Exinanivit semetipsum, formam servi accipiens. Jésus sest anéanti jusquà prendre, Lui Dieu, lextérieur dun esclave. Et de fait, ainsi le considère-t-on à Bethléem, et de même en Egypte. Cest que la réparation de la faute originelle lexige et que la justice suprême le réclame. La pauvreté de Nazareth ne semble pas suffire au Christ, il veut pour Lui et pour sa Mère le dénûment de lexil, linconcevable mort du vieil homme, le détachement absolu et parfait. Depuis Marie et Jésus en Egypte, lEglise a toujours été persécutée et lhistoire nous en rapporte de douloureux récits. Parfois violente comme au temps de Néron, la persécution très souvent se morcelle en attaques insidieuses, et cest le dogme quon déchire. Hérésies et schismes sacharnent contre la Sainte Epouse du Christ et la torturent moralement. Nos jours sont encore flétris de ces zizanies doctrinales et de ces horreurs sacrilèges, même en pays très catholiques.

    Epreuve sans doute pour Marie que cette fuite en Egypte, mais épreuve couronnée de gloire. Elle a Jésus, certes ! Mais, ainsi que parle Bossuet, On na pas Jésus pour rien, il faut prendre part à ses croix Honneur à ceux qui, comme Marie, en ont le courage.

    Il semblerait bien que nous, missionnaires apostoliques, nous avons eu et nous avons encore le courage de quitter notre France et de gagner avec Jésus lExtrême-Orient. La grande loi du renoncement et de la souffrance sest inscrite profondément dans notre cur et nous avons volontiers revêtu lhomme nouveau. Nous avons accepté, aimé le détachement des biens de ce monde et des jouissances permises. Notre sacerdoce na été nullement une oblation factice, nous avons voulu vivre victime perpétuelle, hostie saintement vouée au renoncement total. Depuis combien de temps demeurons-nous stables, comme Jésus, en ce désert de nouvelle Egypte, où les idoles souillent les esprits ? Hélas ! nous navons pas, à linstar de notre Maître, la puissance, la vertu de les réduire en poussière, et notre passage ne cause pas infailliblement la ruine de ces simulacres de pierre et de bois ; quimporte ! Ayons confiance. La rosée divine sest répandue bienfaisante sur lEgypte après le passage de Jésus, puisque, plus tard, des milliers de solitaires et danachorètes sanctifièrent cette contrée, puisquune efflorescence catholique sy produisit. Espérons pour notre immense région, qui ségare en ce moment loin de Dieu. Marie, notre Reine, a conduit Jésus en Egypte et y est restée jusquà la mort dHérode. On peut dire quelle nous a de même dirigés vers notre champ de mission et quelle y demeure avec nous, veillant sur nous et sur nos chrétiens. Faisons tout notre possible pour conserver avec nous et Jésus et Marie. Viendra bien un jour, où, pleins de mérites, saccomplira de même pour nous cette parole du Seigneur prononcée par le prophète : Jai appelé mon Fils de lEgypte. Encore une fois, gardons ferme lespérance que ce titre de Fils nous sera donné et que nous irons jouir, dans la demeure du Père, des récompenses méritées par notre exil, jusquà la fin des siècles.

    SACERDOS.
    1927/393-396
    393-396
    Anonyme
    France
    1927
    Aucune image