Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 5

Pensées pour la retraite du mois LE SACRÉ-COUR ET LE MISSIONNAIRE En nous appelant ses amis, Jésus nous admettait à pénétrer les secrets de son Cur : durant notre retraite de ce mois cherchons à découvrir lamour de Jésus pour nous, afin den faire profiter les âmes qui nous sont confiées.
Add this
    Pensées pour la retraite du mois

    LE SACRÉ-COUR ET LE MISSIONNAIRE

    En nous appelant ses amis, Jésus nous admettait à pénétrer les secrets de son Cur : durant notre retraite de ce mois cherchons à découvrir lamour de Jésus pour nous, afin den faire profiter les âmes qui nous sont confiées.

    Avouons dabord que nous raisonnons trop avec Dieu, soit dans nos méditations, soit dans nos visites au Tabernacle. Nous avons la plupart du temps lesprit débordant de sollicitudes pastorales et, jusquen nos affections doraison, nous étayons, nos demandes de secours par de multiples raisons auxquelles, croyons-nous, Dieu ne saurait se soustraire. Nous navisons pas simplement le Maître de nos besoins ou des besoins de notre troupeau, pour quil nous avise à son tour : nous bâtissons mentalement des retranchements où nous croyons enserrer Dieu, sans quil puisse se dérober à nos instances réitérées et raisonnées. Nous voulons des âmes et nous oublions que les âmes ne se prennent que par lamour et que Dieu, à notre différence, est tout amour pour les âmes.

    Tous les miracles du Christ., en effet, ont un mobile damour et sa vie tout entière ne se comprend quensoleillée par lamour.

    A Cana, cest par amour pour sa Mère ; à Béthanie, cest par amour Lazare ; au Cénacle, cest par amour pour ses disciples, quil ne veut pas, à la veille de sa mort, laisser orphelins.

    Et nous donc, missionnaires apostoliques, ne loublions pas, nous sommes ses disciples, et donc encore participants de son amour. Lamour appelle lamour. Devenus les aller ego du Christ, nous ne pouvons nous soustraire à lamour ; nous devons même harmoniser notre amour envers notre prochain sur celui du Maître. Quil y ait chez nous pour conduire les âmes aux célestes pâturages, le concours libre de lexpérience et de la raison, il le faut ; mais de combien décuplerions-nous davantage notre puissance dynamique si nous donnions notre cur aux âmes. Nous pouvons certainement tout en Celui qui nous fortifie, mais à la condition nécessaire que nous agissions selon sa méthode. Jésus fut lAmi des âmes ; nous donc, indignes amis de lAmi, soyons aussi amis des âmes. Si nous ne réussissons pas toujours dans notre emprise sur les âmes, cest que nous manquons peut-être de vibrant amour. Jouets de notre raison, nous raisonnons sur les âmes sans les aimer. Nallons pas surtout voir uniquement dans les pauvres créatures auxquelles nous désirons insuffler lesprit divin, leur richesse ou leur pauvreté, leurs manières rudes ou polies, leur extérieur délicat ou grossier, leur condition brillante ou médiocre. Que lenveloppe, tout en attirant nos regards, ne les arrête jamais, car cette enveloppe est mortelle. Elle nexiste que pour céler le diamant de vie, lâme, sur les facettes duquel nous devons essayer de faire réfléchir les rayons de la lumière divine, surtout si le sombre voile du péché en a, pour ainsi dire, terni quelque peu la splendeur. Lâme, toute âme, a les prédilections du Cur de Jésus, parce quil la véritablement engendrée sur la Croix. Cette âme est le prix de son sang, et fût-elle, à vingt ans, à trente ans ou plus, flétrie par le vice, ruinée par lignominie la plus brutale, elle peut toujours se rançonner par le sang divin et renaître vigoureuse jusquà lextrême vieillesse du corps quelle maîtrise.

    Nous, missionnaires, plus que dautres agrégés au service du bon Dieu, aimons les âmes. Nous avons choisi la meilleure part en venant au secours des âmes païennes de nos frères dExtrême-Orient, parce que ces âmes ont leurs infortunes, intellectuelles, physiques et morales, et parce que cest vers linfortune que sest plus amoureusement penché le Cur du Christ. Misereor super turbant : cest le cri du Cur dun Dieu : que se soit aussi le nôtre ! Soyons des venatores animarum, inconsolables tant que nous naurons pas consolé le divin Cur en lui gagnant des âmes. Ayons lâme du grand Apôtre Paul : Ega autem libenlissime impendam et superimpendar ipse pro animabus vestris.

    Puis le cur ne signifie-t-il pas : vie intérieure ? Et nest-ce pas de cette vie-là que nous avons, nous missionnaires, le plus urgent besoin ? Nous sommes débordés de préoccupations matérielles et accablés par la multiplicité de nos uvres. Pour notre utilité personnelle et pour le bien de nos chrétiens, confions chaque jour notre cur au Cur de Jésus. Nous avons à croître dans le Christ, à progresser en Lui, à faire sans cesse sa volonté. Fac nos tibi semper et devotam gerere voluntatem et. rnajestati tuoe sincero corde servire. Que toutes les formes de notre activité externe tirent donc leurs principes de notre activité interne, cest-à-dire de notre commerce intime le Cur de Jésus, et que les actions qui tissent la trame de notre vie quotidienne, soient le produit de notre habitude daimer Dieu. Nous sommes au temps où Jésus a manifesté son immense amour pour les âmes, au temps donc où nous devons officiellement orienter tous les curs vers celui de Jésus. Le Maître veut régner, et il régnera, malgré le monde et malgré Satan.

    Prenons la résolution, nous, ses apôtres privilégiés, de nous confirmer de plus en plus à limage de Jésus, Amour et Cur, et de transformer aussi par lamour, pour plaire à ce Cur qui a tant aimé les hommes, toutes les âmes confiées à notre zèle et dont nous sommes surnaturellement responsables.

    SACERDOS

    

    Il ne faut pas précipiter les âmes vers Dieu, il faut les y conduire.

    Bossuet

    Le surnaturel devenu chose toute naturelle, voilà la vie intérieure.
    Dans une âme unie à Dieu, toutes les actions prient.

    R. P. Plus.

    Trilogie des étapes chrétiennes de la France : Sainte Clotilde lui a apporté a foi ; sainte Jeanne dArc, lespérance ; sainte Marguerite-Marie, la charité.

    R. P. Baron, S. J.

    Aimer par inclination, cest aimer en bête ;
    aimer avec inclination, cest aimer en homme ;
    aimer sans inclination, cest aimer en chrétien ;
    aimer contre son inclination, cest aimer en saint.

    J.-D.

    Chrétien pour soi, prêtre pour les autres.
    Tout pour Dieu et les âmes, rien pour nous.

    P. Chevrier.


    1923/335-338
    335-338
    Anonyme
    France
    1923
    Aucune image