Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 5

SOMMAIRE du Nº 29 ― Mai 1924 Pensées pour la Retraite du Mois (SACERDOS)269 Les origines de lEcriture chinoise (P. ROCHETTE)272 Journal dun futur Missionnaire (fin)289 Kumbakonam. ― Un jubilé de Mission (H. BAILLEAU)300 Convocatio I Concilii plenarii Sinensis I ― Autographum Pontificium310 II ― Litteræ Convocationis312 Le premier Préfet Apostolique Chinois313 La nouvelle Préfecture Apostolique de Lihsien314 Deux uvres en faveur des Missions françaises
Add this
    SOMMAIRE
    du Nº 29 ― Mai 1924

    Pensées pour la Retraite du Mois (SACERDOS) 269
    Les origines de lEcriture chinoise (P. ROCHETTE) 272
    Journal dun futur Missionnaire (fin) 289
    Kumbakonam. ― Un jubilé de Mission (H. BAILLEAU) 300
    Convocatio I Concilii plenarii Sinensis
    I ― Autographum Pontificium 310
    II ― Litteræ Convocationis 312
    Le premier Préfet Apostolique Chinois 313
    La nouvelle Préfecture Apostolique de Lihsien 314
    Deux uvres en faveur des Missions françaises
    I. ― Les Amis des Missions 315
    II. ― Luvre Charles de Foucauld 318
    Chronique des Missions et des Etablissements communs.
    ― Nécrologe 319

    BULLETIN
    de la Société des
    MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS
    
    3e ANNÉE Nº 29 MAI 1924
    ___________________________________________________________________________

    Pensées pour la retraite du mois
    
    SAINT MICHEL, ARCHANGE.

    Si le nombre des milices angéliques nous est inconnu, les Livres Saints nous ont appris du moins les noms de quelques membres éminents dont Dieu sest servi dans le temps pour ses divines communications avec les hommes. Profitons de notre retraite de ce mois pour présenter particulièrement nos hommages à saint Michel, et réclamons lappui de sa merveilleuse puissance pour quil attire sur nous et nos Missions les abondantes bénédictions du Très-Haut.

    Jadis protecteur attitré de la Synagogue, saint Michel conserve le même titre sous la loi de grâce ; il est le protecteur de toute lEglise fondée par Jésus-Christ. Trop nombreuses sont les apparitions de lArchange en Orient et en Occident pour être toutes célébrées par lÉglise Universelle. Elle a, du moins, voulu, le 8 du mois de mai, déployer sa pompe liturgique en lhonneur de la très insigne apparition de saint Michel sur le Mont Gargan, ou Mont Saint-Ange, situé dans lancien royaume de Naples.

    En sa qualité de chef des armées célestes, le grand Archange dirige toujours le combat contre Lucifer et ses partisans et réprime encore les révoltes actuelles contre Dieu. Cest lantique et le moderne guerrier, le champion de la cause divine, armé de pied en Cap, écrasant linfernal démon.

    Protecteur de lEglise, chef de tous ces Anges qui gardent chacun de nous depuis notre premier souffle jusquà notre dernier soupir, saint Michel a donc droit de la part des missionnaires à un culte particulier, car il leur enseigne deux grandes vertus indispensables à tout homme vraiment apostolique : lhumilité et le zèle ardent pour la gloire de Dieu.

    Il suffit de parcourir les Annales de la sainte Eglise pour se convaincre que luvre divine sest accomplie par des humbles et que le renouvellement de la face de la terre ne sest opéré visiblement que par eux. Jésus-Christ ne se confie quaux humbles, quà ceux qui chaque matin se confessent pécheurs devant Lui, la Vierge et saint Michel. A ces humbles la conduite du troupeau, le maniement fécond des consciences, les secrets divins, car Je vous bénis, mon Père davoir révélé aux petits ces secrets que vous cachez aux superbes. Sachons-le bien, les talents de notre esprit, nos biens de naissance, les honneurs humains, ne nous sont départis par le bon Dieu quà linstar de fonds demprunt à faire valoir pour sa seule gloire. Le grand travail de toute notre vie ne doit-il pas être celui que saint Augustin condense ainsi : Noverim te, ut amem te ; noverim me, ut contemnam me. La voie de lhumilité, si méconnue, si méprisée du monde, est celle, et celle-là seule, dans laquelle nous pourrons opérer des merveilles dignes du ciel. Dailleurs quest notre parole devant léloquence dun saint Jean Chrysostome ? Notre pauvre philosophie, comparée à celle dun saint Augustin ? Notre petit bagage théologique, scientifique, littéraire, devant la science dun saint Thomas dAquin, dun Pasteur, dun Bossuet ?

    A lexemple de saint Michel, qui fut dautant plus humble quil lemportait sur les autres Anges en excellence et en puissance, soyons donc, nous aussi, dautant plus humbles que nous aurons reçu plus de dons, dons utiles à raviver notre zèle, comme celui de lArchange, pour la gloire de Dieu.

    Ce nest pas, en effet, sans raison que Notre-Seigneur appelle ses Apôtres lumière du monde, car il est certain que le véritable zèle apostolique est à la Religion et à lEglise ce que le soleil est au monde matériel. Quand le soleil se lève, les ténèbres disparaissent, et lunivers reprend une vie nouvelle. De même, quand le zèle dun missionnaire se révèle, bientôt tout autour de lui sépanouit et des fruits de résurrection mûrissent. De nos jours, comme à lorigine du monde, il y a lutte entre le Christ et Bélial, entre Michel et Lucifer ; représentants du Christ, lançons hautement le Quis ut Deus ? Et bientôt peut-être verrons-nous aussi tomber nos ennemis du ciel, comme des éclairs. Pour cela, soyons vigilants, zélés, persévérants. Nous travaillons patiemment à la conversion difficile de peuples asiatiques, figés dans leur linceul bouddhique, shintoïste, mahométan ; continuons avec ardeur notre travail, envers et contre tout. Ne restons pas impassibles, inertes, devant les envahissements perfides de Satan ; volons au secours des âmes. Les ministres de lEvangile sont des bâtisseurs, des laboureurs, des vignerons, etc.; bâtissons la cité des âmes avec courage, labourons notre champ sans relâche, émondons notre vigne des rejets inutiles.

    Toutefois que notre zèle soit mesuré, discret, réglé. Quon ne puisse dire de nous : Æmulationem Dei habent, sed non secundum scientiam. Dans les différentes fonctions de notre ministère, nagissons jamais que par esprit de foi. Les jugements humains ne doivent point nous influencer ; accomplissons notre tâche dans le dessein de plaire à Dieu. Que tous ceux qui viennent vers nous ou vers lesquels nous allons ne puissent intérieurement nous accuser de partialité dans nos jugements et nos décisions. Nous ne devons ni avoir dyeux pour discerner la différence des visages, des sexes, des conditions ; ni faire attention au corps, sépulcre blanchi au dehors, infect au dedans ; nous ne devons apprécier et voir que ce qui est intérieur et confié à nos soins, lâme, image de Dieu, temple du Saint-Esprit, toute baignée dans le sang de Jésus-Christ et rachetée par sa mort; lâme à la beauté de laquelle les circonstances extérieures de la nature ou de la fortune ne peuvent ni rien ôter, ni rien ajouter, et qui, en conséquence, ne doit nous apparaître que selon ce quelle est devant Dieu, cest-à-dire selon la mesure de grâces et de vertus qui lenrichissent. Par conséquent, pas de zèle dhabitude ou de routine ; pas de zèle dhumeur et de goût naturel ; pas de zèle dhonneur humain ni damour-propre, ni de jalousie, ni davarice, etc.

    Aucune de ces sortes de zèle ninspirait saint Michel dans sa lutte contre Lucifer, pourtant le plus beau et le plus puissant des Anges créés par Dieu. LArchange ne se plaça à la tête des phalanges angéliques et ne lutta que pour lhonneur et la gloire de son Maître, que pour Dieu.

    Si nous sommes humbles, si nous sommes zélés, comme saint Michel, nous remporterons la victoire, victoire que nous ne distinguerons peut être guère, parce que trop plongés dans la mêlée, mais victoire que Dieu saura reconnaître à son heure, dans son infinie sagesse et son infinie bonté.

    SACERDOS.

    1924/269-272
    269-272
    Anonyme
    France
    1924
    Aucune image