Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 5

Pensées pour la retraite du mois. La Tentation de Jésus.
Add this
    Pensées pour la retraite du mois.

    La Tentation de Jésus.

    Vers lâge de trente ans, et donc après avoir donné durant un laps considérable de temps lexemple du labeur manuel, Jésus se dirige vers Jean, fils dElisabeth et de Zacharie. Un scène touchante sest produite auparavant entre Jésus et Marie, quand lheure de la séparation du Fils et de la Mère est arrivée. Le cur brisé, sans doute, mais lâme ferme, Marie laisse partir le Verbe de Dieu pour laccomplissement de luvre divine, pour le salut du genre humain, pour la souffrance et pour la mort. Jean, le prophète du feu, est alors au désert, sur les bords du Jourdain, fleuve au cours impétueux, mais dont les eaux pourtant sétaient jadis refoulées par trois fois vers leur source, dabord pour laisser passer Israël sous la conduite de Josué, puis plus tard Elie et Elisée, enfin Elisée seul. Cest à Béthanie dau delà du Jourdain queut lieu limmersion du Christ, symbole de mort naturelle et de résurrection spirituelle ; cest là encore que se produisit la vision par Jésus et Jean seuls de la Colombe, forme matérielle et corporelle du Saint-Esprit ; cest de là enfin queut lieu le départ de Jésus vers le désert, sur le sommet et dans les replis dune colline appelée plus tard Mont de la Quarantaine.

    Jésus se retire de la nature et de la multitude humaine. Il a quitté sa Galilée féconde, où le blé blondit et où les pampres violets se courbent sous le poids du grain sucré. Il se refuse pour un temps le commerce si nécessaire et si doux entre les hommes et ne veut même plus lintimité familiale. Jésus sera seul devant Dieu, son Père. Que lui dira-t-il durant 40 jours ? Nous aurions aimé à saisir quelques bribes de ces entretiens pour notre édification, mais les Evangélistes sont absolument discrets. Mystique, le chiffre 40 apparaît dès le déluge inondant la terre. Puis cest Elie et Moïse qui subissent eux aussi, 40 jours durant, la diète des hommes ; enfin cest le peuple hébreu lui-même errant 40 ans avant dentrer dans la Terre Promise. Ainsi, avant de commencer son apostolat, avant de soffrir à son Père en hostie pour remplacer les holocaustes surannés, Jésus sécarte du commerce des humains, poussé quil est par lEsprit de Dieu, et se livre à lentourage des bêtes féroces, marchant sur laspic et le basilic, foulant le lion et le dragon, tout en permettant aux Anges de lassister.

    Nous ne raconterons pas par le détail la triple tentation du Christ : elle nous est trop familière. Méditons-la du moins profondément, et disons dabord que cette scène du jeûne et de la tentation nous transporte en plein surnaturel et que ce récit des Evangélistes déconcerte violemment les rationalistes et les impies de tous les siècles. Jésus ne donne alors aucune substance matérielle à son enveloppe physique, Satan prend une forme humaine et sattribue des pouvoirs quasi divins : quelle vision transcendante ! Pourtant il ny a point place ici pour une parabole : les faits sont trop précis, les actes et les paroles du Christ sont trop patents, le récit évangélique reste trop historique pour saint Matthieu, saint Marc et saint Luc, qui le rapportent comme faisant partie de la vie mortelle de Jésus.

    Ce nest pas non plus un mythe, comme le voudrait Strauss. Jésus subit une triple tentation, comme Adam et Eve tentés au début de lAncien Testament ; comme Abraham soumis à lépreuve, comme Moïse quand il reçut lordre de frapper le roc, comme Job, David et dautres. Inutile dinsister, car alors tout serait mythe. Enfin la tentation nest pas un rêve de Jésus, car il a faim. Durant 40 jours et autant de nuits, il a vaincu la matière, mais la matière ne cesse de réclamer et Jésus finalement acceptera les services des Anges. Jésus a réellement vaincu la volupté, la convoitise et lorgueil. Mais il se reconnaît homme et donne de la nourriture à son corps, après avoir préalablement nourri son âme des vérités divines. Sa triple tentation na rien dun rêve. Et alors, sil ne sagit ni dune parabole, ni dun mythe, ni dun rêve, concluons que la tentation de Jésus a été plutôt un signe de sa grandeur et de son infinie pureté. Satan ne tente, que ceux qui lui résistent, qui le détestent et ne veulent pas lui appartenir. Tous les Saints ont été tentés, quils aient vécu dans la solitude absolue, ou relative dans un cloître, ou nulle dans le monde. Et, en pensant que plus tard le Christ permettra quon le bafoue et quon le crucifie, pourquoi sétonner de le voir se soumettre à des suggestions de Satan, qui, dailleurs, ne pouvaient atteindre que son intelligence humaine, et que sa volonté humaine a de suite rejetées. Saint Grégoire la dit : La tentation du Christ a été toute au dehors ; rien nen a pénétré dans son âme, elle ny a point mordu.

    Avouons cependant que notre pauvre raison comprend difficilement cette rencontre du Maître du Bien avec le Prince du Mal. Mais, ainsi que nous le signalions à linstant, cette scène de la tentation nest en réalité que le prologue du grand drame de la vie du Christ ici-bas, dont le dernier acte sera Gethsémani, puis le Golgotha. Alors Satan se croira vainqueur, tandis que le véritable triomphateur sera Jésus.

    Retenons seulement aujourdhui de la tentation du Christ, ceci : quelle prélude à sa vie dapostolat, à la mission quil va désormais commencer. Le grand uvre de la Rédemption sannonce, car rien de grand ne se fait ici-bas quil nait été dabord conçu dans la solitude et la souffrance. Il ne nous est pas possible, à nous, missionnaires, de songer à vivre dans le désert ; du moins, imitons Jésus. De temps en temps, lors de notre retraite du mois, à lépoque surtout de notre retraite annuelle, aimons le silence, la prière et le jeûne. Les âmes médiocres ont peur du silence : créons-nous des âmes riches et fortes en contemplation. Que si nos fonctions nous obligent à tourbillonner chaque jour dans la foule, formons-nous du moins une cellule intérieure ou les bruits mondains ne pénétreront pas et où Jésus perpétuellement vivra. Lunion à Dieu, but de notre vie, ne sobtient que par la méditation qui sassimile les pensées divines, par la prière, canal de toute grâce, par le jeûne, qui comme chez un curé dArs, gagne les âmes, les fortifie dans leur devoir et les élève au paradis. Méditons, prions, jeûnons. Alors nous serons invincibles dans la lutte quotidienne que nous avons à subir contre Satan et contre nous-mêmes. Alors nous servirons Dieu seul et nous ladorerons du plus intime de notre être ici-bas, en attendant de le servir et de ladorer éternellement avec les Anges, plus tara, après notre mort sur un Calvaire peut-être, qui sait ?
    SACERDOS.

    1926/267-270
    267-270
    Anonyme
    France
    1926
    Aucune image