Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 4

PENSÉES POUR LA RETRAITE DU MOIS LE MISSIONNAIRE ET MARIE Avant dexpirer sur la Croix, Jésus proclame Jean, son disciple, fils de Marie et nous voyons plus tard que non seulement Jean, mais tous les apôtres, furent en prières avec Marie, lors de la descente du Saint-Esprit. A nous donc, missionnaires-apôtres, de nous joindre à ceux loccasion de notre retraite du mois de Mai et découter avec amour des paroles tombées des lèvres de la Mère de Jésus.
Add this

    PENSÉES POUR LA RETRAITE DU MOIS

    LE MISSIONNAIRE ET MARIE

    Avant dexpirer sur la Croix, Jésus proclame Jean, son disciple, fils de Marie et nous voyons plus tard que non seulement Jean, mais tous les apôtres, furent en prières avec Marie, lors de la descente du Saint-Esprit. A nous donc, missionnaires-apôtres, de nous joindre à ceux loccasion de notre retraite du mois de Mai et découter avec amour des paroles tombées des lèvres de la Mère de Jésus.

    Cest de son titre de Deipara que provient toute gloire à Marie, comme sur la terre dans les cieux ; et cest à cause de ce titre que les relations de Jésus et de Marie sont dune ineffable intimité. Jésus, le Verbe, a Marie pour Mère : une Mère qui la enfanté dans le temps, et un Père qui la engendré de toute éternité. Etant mère, Marie en a exercé toutes les fonctions, fournissant la substance de la chair du Sauveur et plus tard lalimentant de son lait. Elle en a rempli certainement aussi tous les devoirs : aimant Jésus dun amour maternel le plus parfait, depuis la crèche jusquau tombeau, se dépensant jour et nuit à son service, heureuse de se fatiguer par le travail manuel pour adoucir lhonnête pauvreté de son Fils. Marie enfin posséda tous les droits dune mère : Jésus lui obéit, la respecta profondément, laima de tout son cur.

    Or, si Marie est vraiment Mère de Dieu, le prêtre missionnaire est vrai père du Christ : sacerdotes parentes Christi, dit saint Augustin. Une parole dhumilité fait descendre le Verbe dans le sein dune Vierge : un commandement crée le corps du Christ sur lautel. Marie est chargée de vêtir et dabriter Jésus durant sa vie mortelle : cest au prêtre missionnaire également de lui bâtir sa maison et dorner son trône. Marie berça Jésus et le porta dans ses bras jusquau désert dEgypte et jusquà la descente de la croix : au prêtre missionnaire de porter Jésus soit jusquà la Sainte-Table, soit au chevet des malades, soit dans la paillote du pauvre palais ou dans le palais du puissant. Marie enfin car il faut limiter le détail, donnait à Jésus lemploi de son temps denfance et fixait lhoraire de ses travaux de charpentier : de même toujours le prêtre missionnaire fixe, pour ainsi dire, à Jésus ses heures de réception, de sortie de son temple, dexposition publique et même, hélas ! aussi trop souvent de solitude. Jésus est le divin Prisonnier, le céleste captif confié à la garde du prêtre missionnaire : que na-t-il, celui-ci, pour Jésus ladoration continue de Marie.

    Le vrai missionnaire du Christ est donc loyal serviteur de Marie. A ce serviteur de confier alors à sa Reine, son corps, son esprit et son cur. Il est des moments dans la vie du missionnaire où la tristesse envahit son âme, où il heurte lécueil du découragement, où lextrême lassitude engourdit son entendement. Dans ces heures troublées quil cherche un tête-à-tête avec Marie. Linjustice humaine et lopinion nont-elles pas parfois flétri notre dur labeur ou lintégrité de notre réputation ? Confiance quand même, et entière en Marie ! Puis il y a notre troupeau : cest de lui peut-être que nous vient linquiétude, le tourment, la vexation quil ignore ou feint dignorer ; il nous échappe sans avoir le motif de Jésus se soustrayant à sa Mère : partout et toujours poursuivons-le de notre amour et supplions Marie de nous aider. La Vierge a connaissance mieux que nous des différents besoins de notre troupeau. Quil soit, en effet, dispersé sur une plage, Notre-Dame de la Garde peut veiller sur lui ; groupé dans une vallée près dune montagne, Notre-Dame de Lourdes, lillustre Bienfaitrice de la douleur morale et physique, peut le diriger vers son Fils. Dussions-nous, traqués par Satan, cacher notre pauvre existence et tout notre troupeau jusque dans une grotte, que nous pourrions toujours trouver pour lilluminer de son sourire et nous réconforter par sa présence, la Dame des Gaulois, la Vierge chartraine qui devait enfanter.

    En tout temps et en tout lieu les gestes de Marie ont leur chronique et nous devons être presque autant, nous missionnaire, les Apôtres de Marie que de Jésus. La Reine du Clergé peut tout aussi bien faire des miracles dans cet Extrême-Orient que nous évangélisons, quelle en distribue sur certaines contrées privilégiées. Mais cest à nous de fonder ses royaumes, de lui créer une nouvelle patrie. Nous voulons que la grâce de Jésus-Christ baigne nos âmes et celles de nos ouailles, mais toute grâce vient par Marie, et Marie reste la source où nous devons aller puiser la vie de Jésus-Christ.

    Missionnaires de Marie Médiatrice de toutes les grâces, Reine de la paix, demandons-lui quelle répande sur la terre que nous ensemençons cette Lumière éternelle quelle a jadis diffusée sur le monde ; quelle fasse disparaître toutes ces hérésies dissipatrices de paix, quelle nous emporte surtout dans ses bras maternels, nous et tous les nôtres, à lheure de notre mort, pour que nous puissions la louer et glorifier son Fils in ternum.

    SACERDOS


    1923/267-269
    267-269
    Anonyme
    France
    1923
    Aucune image