Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 12

Pensées pour la retraite du mois òòòòò La Résurrection de Jésus Jésus sest ressuscité lui-même : voilà le fait le plus historique de tous ceux que racontent les Evangiles, et le plus grand de conséquence théologique pour lépanouissement de lEglise jusquà la consommation des siècles.
Add this
    Pensées pour la retraite du mois

    òòòòò

    La Résurrection de Jésus
    ___

    Jésus sest ressuscité lui-même : voilà le fait le plus historique de tous ceux que racontent les Evangiles, et le plus grand de conséquence théologique pour lépanouissement de lEglise jusquà la consommation des siècles.

    Cest vers la fin de la troisième veille romaine, dans la nuit du premier jour de la semaine, tous les rites de la pâque juive terminés, que se produisit cet éclatant miracle. Un nouveau tremblement de terre, au Golgotha, la descente dun Ange resplendissant qui fit rouler la pierre fermant louverture du tombeau, les quatre gardiens hébétés et stupides, furent les annonciateurs actifs ou passifs de la glorieuse victoire du Christ sur la Mort. Les éléments physique, surnaturel et humain, sy donnèrent un rendez-vous simultané. Dautres témoins suivirent. Cest Marie, Mère du Ressuscité, qui, selon toute vraisemblance, le voit premièrement; puis Marie-Madeleine, qui le reconnaît ; tels aussi les Apôtres réunis au Cénacle, Thomas absent ; les disciples dEmmaüs, dont les yeux souvrent à la fraction du pain.

    Plus tard, sur les bords du lac de Tibériade, Jésus se manifeste encore et renouvelle la pêche miraculeuse, attendant lheure prochaine où, par les Onze, il étendra spirituellement cette pêche à lunivers entier : Toute puissance ma été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc et enseignez toutes les nations, baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit et leur apprenant à garder tout ce que je vous ai commandé. Et voici que je suis avec vous tous les jours jusquà la consommation des siècles. (Matth. XXVIII, 19-20).

    Cet ordre divin a été obéi. Durant vingt siècles et à travers tous les continents, dinfatigables apôtres ont répandu la Bonne Nouvelle et planté lEglise, arbre immense et fécond dont la sève est le sang du Christ. Certes, cest une tâche surhumaine que Jésus a assignée à quelques pêcheurs, mais cette tâche se réalise et se parfait de plus en plus, malgré limperfection des ouvriers. Nous sommes de ces derniers et de cette dernière heure, nous, missionnaires de cette fin de 1926.

    Peut-être sen trouve-t-il parmi nous de tristes et de découragés, comme les disciples dEmmaüs, incapables presque de reconnaître et daimer profondément le mystérieux Voyageur qui chemine avec eux sur les routes dExtrême-Orient. A ceux-là les prières et laffectueuse sollicitude de chacun de leurs frères dans la lutte.

    Mais quil nous soit permis, au crépuscule de cette année, de reconnaître notre bon travail à tous pour le Christ dans cet Extrême-Asie ! Plus que jamais les combats se sont engagés vifs entre Dieu et Satan. Nous avons souffert dans notre corps, notre esprit et notre cur. De nos cadres ont disparu quelques géants de travail, remplacés par une phalange frémissante de nouveaux apôtres. Le clergé indigène sest accru en nombre et en ferveur. Nos ressources ont fondu, tandis que nos besoins matériels se décuplaient. Nous avons été prisonniers de notre pauvreté, alors quaurait voulu se dilater notre charité. Les temps pour tous ont été durs, pleins dincrédulité montante, de protestantisme triomphant, de nationalisme païen débordant.

    A de rares intervalles cependant des jours heureux ont lui, trop fugitifs, comme des éclairs en saison dorage. Lun deux, éblouissant, sest levé quand la voix du Pape est venue nous crier : Confiance ! Nos intelligences comprennent lhéroïque nécessité, pour la vie future de lEglise, de faire appel au seul clergé autochtone.

    Aussi ladmirable Encyclique de Pie XI sur les Missions est-elle pour nous un chant despoir et dallégresse. Car enfin quelle gloire et quelle espérance pour nous de voir notre uvre continuée et amplifiée, de savoir que nous naurons pas été des ouvriers inutiles, puisque dautres nous prolongeront, irradiant la Lumière divine sur ces terres abreuvées de notre sang et de nos sueurs !

    Du Christ ressuscité, lEglise, cest-à-dire le Pape et les Evêques, a reçu lordre denseigner. Or à chaque époque conviennent des adaptations nouvelles, des applications variables. LEglise a constamment su parler la langue de tous les peuples et se familiariser avec leur génie. Elle se voit présentement à un tournant de lhistoire des missions ; elle ne méprise pas, sans doute, les formes éphémères que nous sommes, mais elle ne saurait sidentifier et sallier indéfiniment à notre personne, qui demain sera poussière.

    En ce mois de décembre, avant de clore une année lourde de peines et légère de joies, que chacun dentre nous fasse à Jésus ressuscité le don de soi-même, corps et âme, pour 1927. Fidèles à notre devoir, pratiquons le saint abandon. Consumons-nous au service des âmes rachetées à si haut prix. Il est des hommes qui ne songeront quà amasser de la gloire ou des richesses, quà se ruer vers le plaisir : nous, du moins, dévouons-nous. Lapparente stérilité de nos efforts aura sa récompense. Ne nous préoccupons pas non plus du lendemain : à chaque jour suffit sa peine. Lavenir est à Dieu. Tandis que les hommes jouent à la politique, semons le bon grain et luttons pour lavènement terrestre de notre Maître.

    Tendons vers la perfection par loubli de nous-mêmes et par un rendement intensif duvres évangéliques. Pratiquons chaque jour lapostolat de la prière en épanchant le trop plein de nos curs dans celui de Jésus. Ayons une vie de dévouement obscur et silencieux, comme celle de Marie, notre Mère, dont les Evangélistes ne rapportent ni miracle, ni fait extraordinaire accompli par elle. Innocente, mais éprouvée, la vie cachée de Marie doit être notre modèle. Comme Elle, redisons souvent, au milieu de nos tribulations, notre Fiat. Nous la glorifions sous le titre de Notre-Dame dAnnam, de Siam, de Chine, de lInde, etc. : quElle intercède auprès de son Fils pour nous ! Corédemptrice toute puissante, quElle nous aide à convertir nos peuples, rachetés eux aussi par le divin Ressuscité ! Au Christ et à la Vierge, offrons des âmes tous les jours de notre vie militante et souffrante, en attendant de nous voir couronnés par Eux à laurore de notre vie triomphante, au ciel, pour léternité !

    SACERDOS.

    1926/717-720
    717-720
    Anonyme
    France
    1926
    Aucune image