Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 11

Pensées pour la retraite du mois Marie Médiatrice.
Add this

    Pensées pour la retraite du mois

    Marie Médiatrice.
    ____

    Depuis lorigine des temps, de nombreux fondateurs de religions se sont levés, mais aucun na, comme Jésus-Christ, montré pleinement et mis en évidence sa Mère. Jésus-Christ seul a donné clairement, comme preuve de sa divinité, sa naissance dune vierge. Il lui a même, dans les Evangiles, fait tenir un rôle fort élevé et fort incompréhensible pour ceux qui connaissent celui de la femme dans lantiquité. Et il semble que ce rôle, à travers les siècles, na fait quaugmenter en puissance et se développer, à tel point que de nos jours nous nous habituons facilement à saluer Marie Médiatrice universelle de toute grâce.

    A Son Eminence le Cardinal Mercier revient linitiative de cette fête, passée, grâce à lui, de la théologie spéculative, à la théologie pratique et populaire, comme à Benoît XV revient lhonneur de lavoir canoniquement instituée. Fête toute récente et qui doit ensoleiller vivement notre époque troublée. Quelle joie pour les serviteurs de la Reine du ciel, dêtre assurés désormais que pas une seule grâce narrive aux hommes sans venir immédiatement de Marie, sans son intervention, toujours subordonnée dailleurs à la médiation principale et nécessaire de son Fils, Fils de Dieu ! Lordre présent des décrets divins veut que tout bienfait surnaturel, accordé au monde, soit accordé avec le concours de trois volontés et quaucun ne le soit autrement. Cest tout dabord la volonté de Dieu qui confère toutes les grâces ; puis la volonté de Notre-Seigneur, médiateur qui les mérite, les obtient en toute justice, par lui-même ; enfin la volonté de Marie, médiatrice secondaire, qui les mérite et les obtient en toute convenance par Notre-Seigneur.

    Seul, le Christ est le médiateur nécessaire et parfait, car il est le Rédempteur, et seul il nous a mérité de condigno les grâces de notre salut. Marie néanmoins reste la médiatrice indispensable de par la libre volonté divine et nous a mérité de congruo des grâces également de salut. A sa rédemption des hommes, Jésus sest adjoint Marie comme coopératrice dès son Incarnation. Marie a collaboré à la naissance du Verbe dans le temps ; bien plus, elle y a donné son consentement formel, requis par Dieu, et lon peut dire très justement quelle nous a donné Jésus et, par Lui, notre rédemption. En Lui donnant la vie, elle nous la donnait à nous-mêmes et elle prenait place dans les plans divins pour notre salut. De même, et plus intimement peut-être encore, Marie a collaboré avec Jésus sur la Croix. Alors, elle sest associée au rachat de lHumanité, à laccomplissement de luvre messianique et à létablissement concret du royaume du Christ ici-bas. Aussi bien à lAnnonciation quau Calvaire, Marie a prononcé son Fiat , quelle redit à chaque demande de grâces octroyées par son Fils aux membres du genre humain.

    La tradition des docteurs et des écrivains sacrés est constante sur la médiation de Marie. Saint Justin, Saint Irénée, dautorité considérable comme représentant lAsie, Rome et les Gaules, Tertullien, ont tour à tour chanté la délivrance de lUnivers par une vierge après avoir été enchaîné par une vierge : Eve et Marie. Saint Ephrem surtout a magnifiquement parlé de la médiatrice du monde, par laquelle nous obtenons tous les biens spirituels. Citons encore Saint Augustin et Saint Bernard dont les uvres proclament que, si Jésus est la source de la grâce, Marie est le canal et laqueduc par où nous vient toute grâce, et que Dieu a voulu que nous obtenions tout de Lui par Marie : Sic est voluntas ejus qui totum nos habere voluit per Mariam.

    Enfin, il en est dautres plus récents qui se sont enflammés damour au foyer de cette doctrine de Marie Médiatrice. Avec éloquence et force, Bossuet, puis les auteurs modernes ont mis en lumière cette doctrine mariale, confirmée par lEglise. Possédant la plénitude des grâces de par sa maternité divine et de par sa maternité spirituelle sur tous les hommes, la Vierge Marie nexerce cette dernière que par la distribution des grâces en collaboration avec Jésus. Cest une maternité de grâce, féconde, constante, universelle. La vision béatifique, dont Marie jouit au ciel, la rend apte à connaître merveilleusement nos besoins, nos nécessités et à y faire face, ainsi quà nos prières. Les saints nous voient en la lumière de Dieu, mais Marie nous distingue plus que nimporte quel ange ou saint, en la plus grande lumière de Dieu. Mère de miséricorde qui découle de son amour pour nous, la Vierge exerce son règne miséricordieux sur terre comme elle est suprême intendante à la cour céleste.

    De cette courte méditation sur la Médiatrice de grâce, nous devons principalement conclure, nous missionnaires apostoliques, à une suprême confiance en Elle. Il y a longtemps sans doute que nous lui avons confié nos personnes, nos fidèles et nos uvres et nous avons eu raison. A nous de lui continuer notre confiance inébranlablement. Malgré nos imperfections ou nos fautes, malgré nos tentations ou nos dégoûts, malgré nos souffrances physiques ou nos douleurs morales, ayons recours à Marie, Elle sait nos insuffisances et nos misères, mais elle est le refuge des pécheurs et la consolatrice des affligés. Espérons en sa puissance pour tout ce dont nous avons ou aurons besoin. Dispensatrice universelle des grâces, elle nous en comblera si nous lui en demandons avec simplicité. La concupiscence, le monde et Satan nous étreignent et nous enserrent dans lesprit et la chair : marchons face à lEtoile de la mer et nous ne sombrerons pas. Que sa pensée ne nous quitte jamais et nous avancerons à pas de géants dans la perfection. Notre ministère, sans doute, est plein décueils, et des vagues de colère, de jalousie, dorgueil, davarice et de luxure montent parfois à lassaut de notre âme : ayons foi dans Notre-Dame du Perpétuel-Secours. Elle est le phare qui dirige notre vie et nous indique le port. Par elle, doivent passer nos désirs, nos pensées et nos actes pour aller à Dieu et pour recevoir leur récompense. De tout notre cur denfant et de fils de Marie, recourons à notre Mère, reine du ciel et de la terre : elle nous sauvera sûrement et nous admettra, revêtus dinnocence, près du trône de son Fils pour léternité.

    SACERDOS.
    1927/649-652
    649-652
    Anonyme
    France
    1927
    Aucune image