Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 10

Pensées pour la retraite du mois. òòòòò Jésus et lEucharistie.
Add this
    Pensées pour la retraite du mois.

    òòòòò

    Jésus et lEucharistie.
    ___

    Ny a-t-il point redondance à dire Jésus et lEucharistie, comme si Jésus nétait pas réellement et substantiellement la divine Eucharistie ? Hélas ! le langage humain se dérobe à traduire certains faits, et son impuissance chancelle davantage encore quand le divin cherche à sy refléter comme dans un miroir. Quoi quil en soit, Jésus, aimant les siens durant sa vie et faisant ses délices dêtre avec les enfants des hommes, voulut, au soir de son existence, se perpétuer invisiblement et corporellement dans le Très Saint Sacrements, puis visiblement et spirituellement dans ses ministres, afin dêtre avec nous jusquà la consommation des siècles.

    Son dessein formé, Pierre et Jean sont choisis par le Christ pour en préparer la réalisation matérielle, car le grand mystère de foi et damour va saccomplir. Le Cénacle, nouveau Bethléem pour Jésus, va devenir la seconde Maison du Pain. Jésus et ses disciples sy rendent au soir du 14 nisan, vers les 6 heures. Lagneau, acheté depuis plusieurs jours, a été rôti, pieds et intestins compris. Les pains azymes voisinent sur la table avec les laitues sauvages et la bouillie damandes et de figues trempées au vinaigre. Le premier, Jésus sallonge à la manière orientale sur le divan central, offrant sa poitrine à Jean et tournant le dos à Judas, au dernier rang de droite, tandis que Pierre a la place dhonneur à gauche. Dès qua retenti la sonnerie des trompettes des hérauts du Temple, le repas commence, repas durant lequel devaient se prendre quatre grandes coupes de vin. Après la dernière, Judas se lève pour aller vendre son Maître. Aucun des assistants, sauf Jean peut-être, neut lintuition du forfait quallait accomplir Judas. Comme aux autres Jésus venait de lui laver les pieds et de lui donner la bouchée de pain de lamitié ; il lui dit ensuite : Ce que tu fais, fais-le vite, cest-à-dire : Achète la fleur de farine pour les offrandes rituelles, ou : Va faire laumône, pensa-t-on.

    Mais, tous les rites hébraïques accomplis, le traître disparu, Jésus va solennellement donner un commandement nouveau et, sachant que son heure dernière arrive, se créer et se perpétuer Lui-pour notre vie. A cet instant suprême dans le Cur et lEsprit du Christ, la pâque juive se transforme en pâque eucharistique, comme celle-ci plus tard se transformera en pâque céleste. A ce moment, nous dit saint Luc, Jésus prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le leur donna en disant : Ceci est mon corps livré pour vous : faites ceci en mémoire de moi. Et la coupe de la même manière, après le repas, disant : Cette coupe est la nouvelle Alliance dans mon sang répandu pour vous (Luc XXII, 19-20).

    Désormais nul prophète ne pourra se lamenter que les petits réclamaient du pain et quil ny avait personne pour le leur rompre (Lament. IV, 4). Jésus se donne en nourriture et en breuvage, dans la nuit même où il est livré, à tous les hommes présents et à naître. Jésus saisit les âmes avant dêtre lui-même étreint par la mort, car lAmour est plus fort que la mort et Jésus, Dieu damour, embrasse sa créature dans une suprême étreinte avant daller au crucifiement.

    Créés prêtres de la Loi nouvelle, les Apôtres ont reçu la mission de transférer leurs pouvoirs à dautres hommes choisis pour que, de siècle en siècle et de peuple en peuple, lEucharistie se répande, se propage et dure indéfiniment. Transmission merveilleuse que celle-là et que nous ne devons jamais oublier, nous, missionnaires ! Nous avons lordre divin de nous perpétuer comme le Christ pour les mêmes fonctions à remplir auprès des fidèles et des païens ! Nous avons lordre divin de laisser des héritiers de notre ministères eucharistique pour reproduire le Christ et le donner en nourriture à ces millions dâmes éprises dun idéal, dune faim divine !

    Avons-nous souvent médité ladmirable Discours après la Cène ? Il semblerait que Jésus est inquiet de lavenir, sinon immédiat, du moins lointain, du nôtre peut-être, car pourquoi ces dations multipliées et pressantes ; Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres.... Cest en ceci que tous vous reconnaîtront pour mes disciples, si vous avez de lamour les uns pour les autres. (Jean XIII, 34-35). Et, dans une envolée splendide, ces ultimes paroles : Père, que tous mes Apôtres, et tous mes prêtres, soient un : Unum sint... sint unum... sint consummati in unum ! (Jean XVII, 21, 22, 23.)

    Unité dans lamour, tel est le suprême vu du Christ pour ses prêtres, pour nous. Nous ne réussirons dans notre apostolat quà cette condition : nous aimer les uns les autres, et donc nous aider, nous soutenir, nous encourager. Puis nous devons songer tous les jours à nous multiplier. Les âmes autour de nous crient leur faim de plus en plus : cherchons des prêtres dévoués à Jésus-Hostie. Le sacerdoce est une source deau vive, alimentons cette source. Le sacerdoce catholique en Extrême-Orient doit être fécond et la légion sacerdotale actuelle doit se décupler pour être capable de faire face aux cataclysmes dont se dessinent déjà les signes avant-coureurs. Nombre dobjections dordre secondaire nous harcèlent : ne nous y attardons pas. Ladmirable Encyclique de S. S. Pie XI sur les Missions et la Lettre circulaire du Supérieur de notre Société ne nous permettent plus dhésiter. Rome a parlé : la cause est réglée. Il y va de la présence divine dans les tabernacles, de la lumière dans les âmes, de lemprise plénière du Christ sur ces terres quun ostracisme national nous obligera peut-être à quitter ; ayons foi que Dieu soutient et soutiendra ses prêtres. La rage de lenfer sest acharnée dune effroyable manière au soir même de la Cène, puisque Judas, lun des douze, trahit son Maître. Jésus laisse faire le fils de perdition, jusquau bout il le nommera son Ami.

    Prions pour quil ny ait jamais de Judas parmi nous ni autour de nous !

    Anima Christi, sanctifica me.
    Corpus Christi, salva me.
    Sanguis Christi, inebria me.

    In hora mortis me voca me,
    Et jube me venire ad te,
    Ut cum sanctis tuis laudem te
    In scula sculorum. Amen.

    SACERDOS.
    1926/581-584
    581-584
    Anonyme
    France
    1926
    Aucune image