Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pensées pour la retraite du mois 1

PENSÉES POUR LA RETRAITE DU MOIS JESUS PAUVRE ET LE MISSIONNAIRE PAUVRE Cest la fête de Noël qui ma converti ; cest en voyant le Verbe de Dieu nu sur de la paille que jai résolu de vivre le plus pauvrement possible, aimait à redire, voilà plus dun demi-siècle, le fondateur du Prado, le vénérable Père Chevrier.
Add this

    PENSÉES POUR LA RETRAITE DU MOIS

    JESUS PAUVRE ET LE MISSIONNAIRE PAUVRE

    Cest la fête de Noël qui ma converti ; cest en voyant le Verbe de Dieu nu sur de la paille que jai résolu de vivre le plus pauvrement possible, aimait à redire, voilà plus dun demi-siècle, le fondateur du Prado, le vénérable Père Chevrier.

    Si cette vision de lEnfant Jésus fut une cause de conversion pour un éminent serviteur de Dieu, nest-il pas utile à nous aussi, missionnaires, de nous attarder quelque peu, durant notre Retraite du mois de Janvier, dans cette étable de Bethléem où réside le Père des Pauvres?

    Assurément nous vivons pauvres. Notre logis de bois ou de pierre ne frappe personne par son aspect imposant, et nos modestes appartements nont rien dun boudoir mondain. Souvent aussi notre table frugale ne répond même pas aux réclamations de notre appétit ; et, quant à notre habillement, propre et décent toujours, il na rien de recherché, rien de fantaisiste. Donc nous vivons pauvres ; mais pouvons-nous cependant affirmer que nous aimons la pauvreté ?

    Nous ne parlons pas évidemment ici de la pauvreté chrétienne commune à tous les chrétiens et obligatoire, mais de cette pauvreté évangélique, qui consiste à se dépouiller et à se détacher des richesses par amour pour le bien éternel, qui est Dieu lui-même. Aux Missions-Étrangères nous navons point fait vu de pauvreté, et cependant nous nous sommes obligés à laccepter volontairement, puisquelle est le réel fondement de la perfection évangélique, comme le désir de posséder, lattachement aux richesses est la racine de tous les maux : Radix omnium malorum cupiditas, comme dit saint Paul (I Tim. VI, 10).

    Dès sa naissance lEmmanuel nous inculque lamour de la pauvreté. Les Anges, en annonçant Jésus aux bergers, décrivent sa pauvreté : Invenietis infantem pannis involutum et positum in prasepio (Luc. II, 12). Ses parents sont pauvres et feront, à la Présentation au Temple, loffrande des pauvres. Plus tard Nazareth verra travailler lEnfant-Dieu avec Marie, sa Mère, quil secondera dans les menus travaux pour lhumble ménage, avec Joseph, son Père, quil aidera dans la fabrication des jougs, des charrues, des ustensiles domestiques. Plus tard, dans sa vie publique, Jésus se nourrira daliments grossiers et naura pas même une pierre pour reposer sa tête : Filius hominis non habet ubi caput redinet (Matth. VIII, 20).

    Mais, pauvre dans sa nativité, plus pauvre sa vie durant, Jésus sera, lors de son heure dernière, extrêmement pauvre sur la croix, et son corps nu sera déposé dans un sépulcre demprunt.

    Jésus, sans doute, ne nous impose pas de tels sacrifices. Il ne nous commande pas de nous dépouiller de nos biens légitimement acquis et mis au service de notre ministère, de souffrir gravement de notre pauvreté. Toutefois ne nous laissons pas séduire par notre titre dadministrateur temporel et, tout en gérant avec prudence et vigilance nos biens déglise, si nous en avons, ne nous y attachons jamais de cur. La propriété flatte beaucoup la nature corrompue depuis Adam, et lhomme le meilleur se laisse parfois aller à sa tendance dacquérir des biens de ce monde dans un but tout autre que daméliorer matériellement son poste ou sa chrétienté.

    Nous vivons dans une atmosphère de sensualisme énervant, dans une semi-léthargie dangereuse dépicurisme : prenons garde ! Le monde actuel cherche son bien-être et chacun voudrait vivre dans le luxe. Nous, missionnaires, navons jamais été riches ; soyons encore moins les nouveaux riches de demain. Vivre dans une pauvreté relative à lheure actuelle est un difficile héroïsme : soyons généreux. Notre Modèle, notre Chef est Jésus-Christ ; ayons confiance en Lui. Assaisonnons du sel de la prudence notre holocauste quotidien, mais immolons-nous au Seigneur. Les Saints ont été des pauvres prodigieux, imitons-les raisonnablement. Dame Pauvreté fut jadis la compagne du Pauvre dAssise, de Benoît Labre, du Curé dArs ; ne rougissons pas de ce quelle soit aujourdhui la nôtre.

    La guerre certes na pas amélioré notre budget, le change nous nous est défavorable, nous sommes pauvres de tut : Dieu soit loué, car cest Dieu qui permet ces vicissitudes alarmantes. Sa Providence a soin des oiseaux du ciel et du lis de la vallée : pourquoi donc nous troubler ? Nous, les économes du bon Maître, soyons sans inquiétude davenir.

    Pour quun Dieu ait voulu vivre pauvre, pour quIl ait proclamé bienheureux les pauvres, anathématisé les riches, combien noble, combien sublime doit être la Pauvreté ! Le luxe, le faste et lopulence asservissent lâme, tandis que le désintéressement et le détachement la dégagent de la matière et la rendent par vertu ce que lAnge est par nature. Notre contrat mutuel avec Jésus, Dominus pars hreditatis, nous dispense de nous enquérir de richesses. Il est quune richesse que lEglise nous exhorte à rechercher : richesse dorphelins que nous instruirons, de pauvres que nous soignerons, de veuves que nous consolerons, de vieillards que nous soutiendrons, dâmes que nous sauverons, et cela jusquà lheure de notre mort. Cette richesse-là, soyons-en fiers et surs quelle nous ouvrira le Paradis : Si vis perfectus esse, vade, vende universa qua habes et da pauperibus, et sequere me (Matth. XIX, 21).

    SACERDOS

    

    Le plus grand malheur dans les plus grands malheurs, cest de manquer de confiance en Dieu.
    S. François-Xavier

    *
    * *

    Il vaut mieux apprendre et bien savoir une seule chose que connaître un peu de tout.
    Il vaut mieux vouloir fermement que désirer beaucoup.
    Il vaut mieux se laisser bien conduire que courir en liberté.

    R. P. Monsabré

    *
    * *

    Labandon à Dieu nenlève pas la souffrance, mais il la pénètre et lembaume de ce quil y a de plus profond : la paix.

    Mgr de Ségur


    1923/1-4
    1-4
    Anonyme
    France
    1923
    Aucune image