Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Origine des caractères chinois 5 (Suite et Fin)

Origine des caractères chinois (Suite et Fin) Troisième Etude
Add this
    Origine des caractères chinois
    (Suite et Fin)
    ____

    Troisième Etude

    (caractères chinois), numérale des mariages. Reste-t-il dans la langue ou lécriture chinoises actuelles des traces des croyances primitives et, spécialement, peut-on encore y saisir des vestiges des anciennes coutumes ? Au temps présent le rôle matrimonial de la lune a été définitivement oublié et la lune nassiste plus aux enlèvements nocturnes, pas plus dailleurs quelle nest censée régir nos destinées matrimoniales. Cependant le caractère (caractères chinois) mên, lune, en souvenir des temps passés, continue toujours à servir de numérale pour les mariages. Expliquons-nous. En chinois on ne dit pas un mariage, mais bien un mên de mariage, en français une lune de mariage, ex.: (caractères chinois), palabrer une lune de mariage. De même, pour désigner les premières noces de quelquun, on dira son (caractères chinois), sa première lune. Pour les noces suivantes on dira (caractères chinois), lune postérieure. Il faut noter que dans ces passages le mot mên, lune na rien à voir avec la lune de miel des Européens. Celle-ci, que les Chinois ont traduit par (caractères chinois), dont ils ont fait (caractères chinois), voyage de noces, nétait, sil faut en croire les dictionnaires chinois, quun mois de bombe à lhydromel, que les Saxons se payaient à loccasion de leur mariage.

    Minerve et Mentor. Il est temps de mettre ces deux personnages au tiroir et den finir avec eux. De Minerve il ne reste pas grandchose à dire. Lattribut, qui convient à cette déesse, cest loiseau des nuits, loiseau fantôme, loiseau aux ailes de velours : la chouette, ou encore loiseau des tireuses de cartes et des vieilles sorcières : le hibou.

    Quant à Mentor, ne croyez pas quil soit, dans lOdyssée ou le Télémaque, un personnage historique. Il nest quune incarnation de Minerve, qui disparaît aussitôt que le rôle de la sage déesse est terminée, cest-à-dire, dès que Télémaque tombe dans les bras de son papa. Mentor est personnage fictif dont le nom vient de la fonction quil remplit. Cest le mên-jên. Mentor cest le (caractères chinois) mên chinois augmenté du suffixe tor; cest le conseiller, presque le sorcier.

    La nuit porte conseil et la lune seule peut inspirer les sages résolutions. Avant la Révolution, les conseils impériaux se tenaient la nuit et, dès que la lumière annonçait son retour, la séance était levée.

    La lune et les crânes. Personne nignore ce quest le coup de soleil. (Quon me pardonne lamphibologie) : Ils nen mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. Dans lantiquité, seule la lune avait le privilège dinfluencer les verres de montre. Le mot français lunatique a une signification en somme très bénigne. Chez nos voisins de la Grande-Bretagne lunatic est beaucoup plus grave ; cest déjà quelque chose qui ne se porte plus et se fait bel et bien enfermer. Quant au lunaticus des Evangiles, les chaînes seules conviennent. La lune chinoise néchappe pas à la règle commune et, comme sa collègue dEurope, elle influence les crânes. Les Chinois cependant lui opposent une résistance suffisante, car, du moins semble-t-il à lexamen du caractère (caractères chinois) mên, la lune ne les mène pas jusquà la folie ; elle les conduit seulement jusquà labrutissement. Quoiquil en soit, cest toujours, comme dans lunatique, lunatic et lunaticus, la néfaste influence de la lune (caractères chinois) sur les esprits (caractères chinois), doù le caractère (caractères chinois).

    La lune pourvoyeuse de noms. Dans lancien temps, la lune, après être intervenue activement à loccasion dun mariage, se désintéressait ensuite de laffaire et des époux, quelle laissait se débattre avec les difficultés de la vie. Elle ne réapparaissait quà la naissance dun poupon. En effet, le septième jour après la naissance dun enfant, on faisait venir le mên-jên pour tirer lhoroscope (mên) de lenfant et lui choisir un nom en conséquence. Cest la destinée de lenfant qui lui détermine son nom ; cest son omen qui doit fixer son nomen. Ainsi, au mois doctobre 1927 une petite princesse impériale est née au Japon. Le septième jour après sa naissance a eu lieu la cérémonie du (caractères chinois), litt., la cérémonie de lhoroscope et du nom. A lorigine le nom, comme la destinée et la lune elles-mêmes, sappelait (caractères chinois) mên, Aujourdhui il existe trois caractères différents : (caractères chinois) mên lune ; (caractères chinois) min destinée ; (caractères chinois) min nom. Ces trois caractères ont une origine commune ; de lun à lautre il ny a pas plus de distance quentre les mots de la série latine nomen, omen, numen, hymen, etc..

    Actuellement encore le caractère (caractères chinois) a le sens de nom dans un bon nombre de locutions. En voici quelques-unes : (caractères chinois) mên paî : cest une planchette sur laquelle on inscrit le nom des habitants de la maison et quon accroche au dehors, sur la rue, pour faciliter les recherches de la police ; (caractères chinois) ou (caractères chinois) : cest la carte de visite, quon appelle actuellement (caractères chinois). Enfin, dans lexpression (caractères chinois) chang mên, il faut encore traduire le caractère (caractères chinois) mên par le mot nom. Faire le cháng mên, cest accepter dentrer dans une famille, où il ny a que des filles, comme gendre, en changeant son nom contre celui de cette famille : en un mot, cest ce que nous appellerions reprendre le nom. Par contre, le caractère (caractères chinois), dans certaines expressions anciennes, est à traduire par le mot nom, au lieu de son sens ordinaire de destinée. Ainsi la locution aujourdhui si répandue et si mal comprise de (caractères chinois) ke min, révolution, veut dire littéralement changement de nom, changement de dynastie, et, comme cela ne va point ordinairement sans une révolution, lexpression a acquis peu à peu son sens actuel.

    Le nom personnel (caractères chinois mên, puis (caractères chinois) min) a précédé de beaucoup le nom de famille (caractères chinois). Le premier a toujours existé. Le second serait, au contraire ; dinstitution récente ; daprès les Chinois, il aurait été institué par lempereur Houang tí (2367 A. C.). Il faut de plus remarquer que, à lépoque où le nom de famille a été créé, la coutume de lexogamie existait encore : 1º Lenfant prenait. le nom de la mère et non celui du père. Cest pour cela que le caractère (caractères chinois) nom de famille porte le classifique de la femme et non celui de lhomme. 2º A lencontre des coutumes actuelles, cétait le mari qui quittait sa famille pour entrer dans celle de sa femme, selon quil est dit dans la Genèse : Quamobrem relinquet homo patrem suum et matrem et adhrebit uxori suæ. (Gen. II. 24).

    Si on na pas notion de cette coutume de lexogamie, on ne peut comprendre certains textes anciens : ex. (caractères chinois), quand des freres se marient, ils se casent lun près de lautre. Le caractère (caractères chinois), traduit ici par le mot caser, est manifestement pour (caractères chinois), et signifie littéralement entrer dans une famille comme domestique-gendre. Il semble, par ailleurs, quune étude approfondie des coutumes chaldéennes serait de la plus grande utilité pour déchiffrer les hiéroglyphes primitifs chinois, de même pour expliquer les textes de la littérature ancienne. Bien plus, une telle étude permettrait de dater dune façon suffisamment précise linvention des premières formes dont sont issus nos caractères chinois en même temps que leur introduction en Chine. Cest ainsi quon peut dire que, dans ce quils ont de plus ancien et de plus parfait, ces hiéroglyphes sont contemporains des tout premiers chapitres de la Genèse, quils expliquent admirablement. Quant à leur introduction en Chine, on doit pouvoir également trouver dans lécriture elle- même des éléments suffisants pour la situer dans le temps. Les. caractères ont-ils été importés en Chine à lépoque chaldéenne ou à. lépoque assyrienne ?... Voici à cet égard un caractère intéressant : (caractères chinois) ia signer; il est composé dune main, qui marque laction, et de lélément (caractères chinois), qui signifie ongle : Se servir de son ongle pour signer. Cette signature ad unguem ne pouvait être en usage que si les contrats étaient rédigés sur tablette enduite de cire ou sur cylindre dargile. Cela na jamais été, semble-t-il, le cas pour les Chinois. Chez les Assyriens ? Voir le Manuel Biblique de Vigouroux. Volume 11, gravure 192. Chez les Chaldéens ?...

    Le caractère (caractères chinois) chef de section. Le caractère (caractères chinois) mên est élément phonétique dans plusieurs composés, mais cest certainement comme radical ou classifique quil réunit sous lui le plus grand nombre de lettres ; plus dune centaine.

    Dans cette centaine de composés où il entre comme élément idéographique, le caractère (caractères chinois) est à interpréter de manières très diverses. 1º Dans certains cas, (caractères chinois) a vraiment le sens de porte, qui est son sens courant. 2º Dans dautres cas il est manifeste quà lorigine, au lieu de (caractères chinois), il y avait deux oreilles avec le sens dentendre, découter : par ex. : (caractères chinois) oûen entendre ; (caractères chinois) ouén interroger, 3º Dans tous les composés qui signifient aujourdhui épier, voir, regarder, il y avait primitivement deux yeux au lieu et place de (caractères chinois), 4º Enfin, dans certains caractères, il faut donner à (caractères chinois) son sens primitif de lune, lunaison. Le caractère (caractères chinois) où (caractères chinois) est à la fois phonétique et idéographique, a été expliqué plus haut. Nous avons ensuite (caractères chinois) joúen, lune intercalaire, et (caractères chinois) hiên oisif. Ce dernier caractère désignait à lorigine les jours naturels de la lunaison, cest-à-dire, les jours de la nouvelle lune, de la pleine lune, du premier et du dernier quartier. Ces quatre jours étaient tout naturellement désignés pour les réunions, palabres, marchés ; par le fait même ils étaient fériés, si bien quaujourdhui le caractère (caractères chinois) signifie oisif, oisiveté, loisir. On le retrouve déformé dans (caractères chinois) premier quartier, (caractères chinois) dernier quartier. Dans ces quatre jours naturels, enfin, il faut voir lorigine de la semaine, ou même encore de la semaine de semaines (en chinois (caractères chinois) sept-sept).

    Le soleil sun. Après avoir retrouvé dans lécriture chinoise le radical men-lune des langues indo-européennes, il serait équitable de rechercher également la racine soleil. Le radical indo-européen du soleil est sun quon distingue facilement dans les mots sol, soleil, Sunday, etc..

    En chinois on le retrouve dans le caractère (caractères chinois) sûn. Il est vrai que cette lettre signifie aujourdhui décade, mais il nest pas difficile de montrer que son sens primitif était soleil. 1º La lettre (caractères chinois) a tout ce quil faut graphiquement pour figurer le soleil ; par contre, elle na absolument rien qui puisse évoquer lidée de décade. 2º Il existe pas mal de textes anciens où (caractères chinois) signifie simplement jour et non pas décade. 3º Le sens de décade est dérivé et il est facile den découvrir la filiation. A lorigine, les trente jours dune lunaison portaient trois noms différents : 1º les jours du haut, (caractères chinois), du 1er au dix ; 2º, les jours du milieu, (caractères chinois), du onze au vingt ; 3º, les jours du bas, (caractères chinois), du vingt et un à la fin du mois. Comme ces trois tranches comportaient chacune dix jours, le caractère (caractères chinois) finit par être mal compris et peu à peu on lui attribua le sens de décade au lieu de son sens primitif de soleil, jour.

    Mendicare, mendier. Que signifie le mot mendier ?... Mendier, me direz-vous, cest tendre la main et demander la charité. Où voyez-vous dans le français mendier ou dans le latin mendicare quoi que ce soit qui rappelle laction de tendre la main ou celle dimplorer la charité ?... Faisons de létymologie. Le mot mendicare est composé de deux racines. La seconde est dicare, qui signifie dire. Ainsi, dans medicari, cest dire le me le pouls (en chinois (caractères chinois) ; indicare cest dire ce qui est caché (chinois (caractères chinois). De même mendicare cest dire le men , la destinée. Mendier, ce nest nullement tendre la main ou demander laumône ; cest aller de porte en porte dire (dicare) la bonne aventure (men) aux bonnes gens dans lespoir den recevoir menue monnaie.

    Quelques proverbes chinois. Les Chinois ont remarqué depuis longtemps quun malheur ne vient jamais seul, et ils disent : (caractères chinois). Ils ont aussi observé que le malheur et le bonheur se suivent de près et ils ont forgé le proverbe : (caractères chinois). Enfin dune troisième observation est né le dicton suivant : (caractères chinois) : le malheur et le bonheur nont pas de porte. Quest-ce que cela veut bien dire ? La difficulté dinterprétation nest plus insurmontable : nous savons que le caractère (caractères chinois) a aussi le sens de destinée, horoscope. Le proverbe signifie que le bonheur et le malheur sont choses imprévisibles et qui défient toutes les tireuses de cartes.

    Le Lông-mên.tsè. En Chine, quand vous entrez chez un gros richard, aussitôt que vous avez franchi la première porte dentrée, vous vous trouvez dans une sorte de vestibule quon appelle le lông-mên-tsè (caractères chinois). Il est constitué par un bâtiment indépendant. La porte extérieure que vous venez de franchir est pour ainsi dire toujours ouverte ; elle souvre dès le matin pour ne se fermer que très tard dans la soirée. Aussitôt entré dans ce vestibule, vous avez devant vous une seconde porte qui est toujours fermée : elle ne souvre que pour les enterrements, les mariages et devant les visiteurs de marque, pour qui lintroducteur crie le solennel : ouvrez la porte, (caractères chinois). Les côtés, à droite et à gauche, sont fermés par des cloisons, le long desquelles on a disposé des bancs. Cette salle, de trois à quatre mètres de côté, constituée de deux portes et de deux cloisons, est lantique lông-mên-tsè (caractères chinois). Doù lui vient ce nom ? Regardez la porte dhonneur : elle est remplie comme dun immense dragon aux multiples replis (caractères chinois lông dragon). Approchez-vous davantage et voyez ; là, en haut et un peu à droite, on a peint une lune (caractères chinois mên lune). A nen pas douter, test ce dragon-lông et cette lune-mên qui ont donné son nom à la porte dabord et ensuite au vestibule lui-même. Ici le caractère (caractères chinois) mên na nullement le sens de porte, comme on le comprend aujourdhui, et cest par une erreur dinterprétation que lexpression (caractères chinois) est comprise comme porte du dragon, au lieu de dragon-lune. Cette erreur était, dailleurs, dautant plus facile quil existe une foule de dénominations géographiques où (caractères chinois) lông mên a vraiment le sens de porte du dragon. Dans ce cas le dragon est le torrent sinueux qui vient se jeter dans une rivière plus importante, et la porte est lendroit précis où le torrent, par une gorge étroite et encaissée, vient précipiter ses eaux dans cette rivière.

    Le motif du dragon et de la lune est familier aux Chinois : on le rencontre partout. Nous possédons une monnaie dargent frappée sous le règne de (caractères chinois) Où tí (caractères chinois), de la dynastie des Hán (caractères chinois), cest-à-dire de lannée 140 à lannée 86 avant lère chrétienne. Elle porte déjà le dragon et la lune. Elle est percée en son centre dun trou, dont le bord interne est renforcé par un bourrelet et cest ce trou qui simule la lune. Quant au dragon, il se case, comme il peut, tout alentour et il semble, en une course folle, poursuivre ce trou-lune quil sapprête à engloutir. Depuis longtemps, les pièces de monnaie ont conservé lantique dragon, mais le trou a disparu : cest presque un contresens ; sans ce trou le dragon lui-même na plus guère de raison dêtre, car cest le trou qui a donné lidée de graver le dragon sur la pièce. De même, sur la porte du lông-mên-tsè, la lune nétait pas peinte autrefois à lendroit où nous la voyons actuellement : elle se trouvait au centre et était constituée, non par une peinture, mais par deux demi-cercles de cuivre qui supportaient lappareil de fermeture. La porte étant fermée, les deux demi-cercles se rejoignaient et formaient comme une lune, et cest autour de cette lune que le dragon exécutait autrefois sa course fantastique. Cette plaque-lune était percée dun trou (probablement serrure) quon appelait (caractères chinois), et cest probablement cette expression mal comprise qui a fait croire au populaire quil y avait un lièvre (caractères chinois toù lièvre = (caractères chinois) tou trou) dans la lune ((caractères chinois porte ou lune).

    Depuis la première année de la République les pièces de monnaie ne portent plus le dragon et le contresens signalé ci-dessus a par le fait même disparu. On a confondu le dragon du ciel avec le dragon impérial, la ressemblance lui a été fatale. Lancien drapeau chinois avait également conservé lantique motif : lune rouge et dragon vert sur fond jaune.

    Pai lông mên tchén. (caractères chinois), pai lông mên tchén. Cest là une expression bien setchouanaise, mais elle est comprise dans. dautres provinces. Pour bien en saisir toute la saveur, il faut se mettre en plein dans la vie chinoise. Supposons que quelques paysans viennent voir Monsieur leur propriétaire ou Monsieur le Maire. Ils entrent de suite dans le lông-mên-tsè et là ils attendent le passage dun homme de service pour senquérir : Le patron est-il à la maison Non, il vient de sortir, mais il ne tardera pas à rentrer. Asseyez-vous donc. Déjà lhomme de service leur a passé la pipe à eau et nos braves gens, en attendant le retour du maître, prennent place sur les bancs. De quoi vont-ils causer ? En Europe il est un sujet de conversation très diplomatique et peu compromettant ; cest le beau temps et la pluie. En Chine, cest plutôt le froid et le chaud (caractères chinois) hân oûen, ou (caractères chinois) hân suên. Ce sujet, si commode en tout temps pour préparer lentrée en matière, est-il épuisé, il leur reste la ressource de parler politique, culture, commerce. Si enfin le patron tarde à rentrer, racontons des histoires, cela nous fera trouver le temps moins long. Quelle histoire voulez-vous que je vous raconte ? Tenez, voilà sur la porte dhonneur un sujet tout trouvé. Racontez-nous donc (caractères chinois pai) léternel combat (caractères chinois tchén) du dragon (caractères chinois lông) et de la lune (caractères chinois mên).

    Quest-ce donc que cette guerre entre le dragon et la lune ? Le dragon, dont il est ici question, est le dragon du ciel. Certains disent que cest un chien (caractères chinois). Il a voué à la lune une haine implacable et ne cesse de la poursuivre. Une ou même quelquefois deux fois par an, il finit par la rejoindre et il la saisit dans sa vaste gueule. Heureusement les Chinois y ont lil. Quand cette pauvre lune a eu le malheur de se laisser surprendre par son éternel ennemi, là, tout en bas, les fourmis humaines sarment de toutes sortes dinstruments à boucan : grosses caisses, tambours, gongs, pétards, marmites même entrent en danse et font un vacarme infernal. Le dragon du ciel, depuis le temps, doit bien savoir ce que cela signifie et ne doit pas être très impressionné, me direz-vous ? Eh bien ! non, le dragon du ciel ne laisse pas que dêtre très ému. Sans doute il ne lâche point sa proie, mais tout ce bruit qui vient den bas le saisit à ce point quinstinctivement il presse le mouvement, il ne prend pas le temps, ni la peine de digérer. En fin de compte, la pauvre lune finit ainsi par reparaître dans presque toute son intégrité. Cest ce que les Chinois appellent sauver la lune (caractères chinois), ou encore protéger la lune(caractères chinois).

    Histoire pour terminer. Cétait au temps heureux où, fraîchement débarqué en Mission, je fourbissais mes armes pour les combats futurs. Mon vénéré maître de chinois me possédait deux heures par jour. A raison de dix pages de Chatagnon (dictionnaire des Missionnaires du Setchouan) comme dose quotidienne, nous en étions arrivés à la page 337, première colonne, devant lexpression (caractères chinois) pai lông mên tchén. Jai encore dans loreille le son de voix de Monseigneur, car cétait Monseigneur : Expression éminemment setchouanaise qui répond très bien aux locutions françaises raconter des histoires tailler une bavette. Javoue aujourdhui que lexplication était exacte et même excellente. Mais jétais alors très curieux. Jaurais voulu que le professeur reprît lexpression, la disséquât, puis, bribe à bribe, montrât bien le rôle et le sens de chaque mot dans la phrase. Je vois encore Monseigneur ouvrir de grands yeux. Puis, au bout dun instant : Bien cher Père, voilà plus de trois mille ans que les Chinois mangent, boivent font des pai lông mên tchén sans bien se demander ce que cette expression peut signifier exactement. Allez, croyez-moi, faites de même ; buvez, mangez, faites du chinois, mais, de grâce ! ne mimportunez pas avec votre étymologie.

    Jespère navoir alors rien laissé paraître de mes sentiments intérieurs, mais, je lavoue, jétais très vexé. Je me suis dit en moi-même : Ah ! cest comme cela ! Eh bien ! je trouverai tout seul.

    Il ma fallu chercher longtemps.

    Pour prendre congé. Depuis plusieurs années déjà, Monseigneur na plus, comme autrefois, la joie daller lui-même au débarcadère recevoir ses jeunes recrues. Monseigneur na plus, comme autrefois, le plaisir dinitier lui-même ses jeunes missionnaires aux mystères de la langue chinoise et aux beautés de la vie apostolique. La confiance de ses pairs la arraché à sa Mission et à son idéal pour lui confier lavenir de notre Société. Oserai-je aujourdhui, pauvre broussard, me rappeler au souvenir de celui qui fut mon premier et mon seul maître de chinois ? Il a certainement oublié, de son côté, lincident du Pai lông mên tchén et je me garderai bien de lui présenter la pauvre réponse que jai trouvée. Peut-être, cependant, prendra-t-il plaisir à ces modestes essais. Cest pour cela que, très respectueusement et en gage de filial souvenir, je les adresse à celui qui fut mon maître ; cui sit longa vita et lxix et robur !

    HERCEY


    Note. Le caractère (caractères chinois) ci-dessus est (caractères chinois) kouang brillant, lumière, cest le nom chinois de Monseigneur le Supérieur. La première forme est le caractère actuel. Les autres formes sont anciennes. La dernière enfin, sans être la primitive, nen est pas très éloignée. Elle est, concurremment avec certaines formes de (caractères chinois) ho et de (caractères chinois) kai, le vrai symbole du feu : des flammes au-dessus dune sorte de lampadaire.

    1928/529-538
    529-538
    Hercey
    Chine
    1928
    Aucune image