Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nécrologe

NÉCROLOGE Le Père Léon-Augustin PRUDENT, Vicaire général de Pondichéry.
Add this
    NÉCROLOGE

    Le Père Léon-Augustin PRUDENT,
    Vicaire général de Pondichéry.

    Le 11 février, le P. Prudent, se sentant malade, vint à Pondichéry pour consulter un docteur : celui-ci diagnostiqua une congestion du poumon gauche. Dès le lendemain le cur commençait à fléchir, mais une médication énergique semblait avoir triomphé du mal et nous nous reprenions à lespoir, lorsque, le jeudi 14, à 4 heures de laprès-midi, le vénéré malade demanda lui-même les derniers sacrements. A peine les onctions saintes étaient-elles terminées que le cher Père avait déjà remis son âme aux mains de son Créateur. Sa mort fut douce, comme lavait été sa vie, car cest une belle et toujours souriante figure de missionnaire qui disparaît. Par son accueil facile et cordial, il mettait de suite à laise et volontiers lon souvrait à lui. Son souvenir demeurera longtemps dans le cur de-ceux qui lont connu et apprécié.

    *
    * *

    Le Père François-Xavier VIEILLARD,
    Missionnaire de Coïmbatour.

    Le cher Père F.-X. Vieillard est mort le 14 mars, à lhôpital Sainte-Marthe à Bangalore. Il navait que 58 ans dâge et 33 ans de mission. Atteint dalbuminurie il fut obligé, il y a deux ans, de donner sa démission de Supérieur du Sanatorium Saint-Théodore.

    Il se savait incurable et était résigné à la volonté de Dieu. Mais lui, toujours si actif, souffrait beaucoup de se voir condamné au repos et, malgré sa faiblesse, il essaya de se rendre utile jusquà ce que la maladie le terrassa complètement.

    Sa vie relativement courte a été bien remplie ; son zèle a été infatigable partout où il a passé : à Naglur, à la procure de la Mission, à Coonoor, au Sanatorium. Il avait surtout à cur la conversion des païens ; à Naglur et surtout pendant les 9 années quil passa à Coonoor il en baptisa un grand nombre. Pour les âmes il dépensait sans compter et se dépensait lui-même tout entier. A Saint-Théodore, tout en prodiguant ses soins charitables aux confrères, il trouvait moyen de parcourir les montagnes voisines pour évangéliser les Badagas. Il occupait ses loisirs à prêcher des retraites.

    Nous perdons en lui un bon confrère et un pieux et zélé Missionnaire. Le bon Maître aura déjà, je lespère, ouvert les portes de la Patrie céleste à ce bon et fidèle serviteur, qui doit avoir là-haut comme ici-bas, de nombreux amis et connaissances.

    *
    * *

    8. Henri-Benjamin-Marie SORIN, né le 16 décembre 1848 à Nantes ; missionnaire du Kouangtong en 1874 ; mort à Canton le 7 avril 1924.



    IMPRIMERIE DE NAZARETH
    POKFULUM HONGKONG


    VIENT DE PARAITRE

    LE BOUDDHISME DANS LINDE, par le P. Bailleau, missionnaire apostolique de Kumbakonam,

    Un vol in-8, de 229 pp.. $ 1,00.

    Dans la pensée de lauteur ces pages étaient destinées primitivement au Bulletin de la Société des M.-E. Mais, vu limportance de ce travail, qui aurait perdu de son intérêt à être distribué en coupures successives, on a jugé plus opportun de le publier intégralement en un volume séparé.

    Cest une étude tout objective sur les origines, le développement et la disparition du Bouddhisme dans lInde. Point de controverse doctrinale, pas de surcharges ni détalage de vaine érudition ; mais les références nécessaires pour guider le lecteur qui voudrait recourir aux sources. Après avoir, en quelques pages, noté le caractère du Bouddhisme, sorte dhérésie née au sein du Brahmanisme, lauteur raconte la vie du Bouddha Gautama, en faisant la part de la légende et celle de lhistoire. Il étudie ensuite la morale de Bouddha, puis sa doctrine, particulièrement le problème de la souffrance et le problème du mal, et note les effets de ces divers enseignements sur lâme hindoue, doù la mentalité de ces peuples.

    Les chapitres suivants nous dépeignent, après la mort du Bouddha, lapogée du Bouddhisme dans lInde ; puis les schismes qui ne tardèrent pas à se produire au sein de la communauté bouddhique, et, comme conséquence inévitable, la décadence et la disparition complète du Bouddhisme dans lInde proprement dite, où chose curieuse, cette religion, qui y a pris naissance, nest guère restée quà létat de souvenir, tandis que dautre part elle a submergé la plus grande partie de lAsie.

    Il serait fort à souhaiter que, dans les autres groupes de nos Missions, Indochine, Chine, Japon, quelque confrère, que ses études antérieures auraient préparé à semblable travail, nous donnât quelque jour un aperçu du même genre sut les origines, le développement et létat actuel de ce même Bouddhisme dans ces diverses régions.

    ~~~~~~~

    1924/343-345
    343-345
    Anonyme
    France
    1924
    Aucune image