Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Nécrologe

NÉCROLOGE Le Père Léon Guibé, Missionnaire du Cambodge.
Add this
    NÉCROLOGE

    Le Père Léon Guibé,
    Missionnaire du Cambodge.

    Léon-Auguste Guibé naquit à Bellou-en-Houlme (Orne) le 16 juin 1878 ; il fit ses études au Petit-Séminaire de Séez, entra laïque au Séminaire de la rue du Bac, fut ordonné prêtre le 21 juin 1903 et partit pour le Cambodge le 5 août suivant. Envoyé dabord à Soctrang, il alla peu après passer un an à Swatow pour y apprendre le dialecte de cette région. Nommé au poste chinois de Chi-Hè au nord de Phnom-penh, il fut, quelques années après, chargé de la paroisse du Sacré-Cur, au centre de Phnom-penh, paroisse qui, outre les Européens, comprend une population cosmopolite difficile à atteindre. Il y resta jusquà la fin de sa carrière. Atteint dune maladie de foie qui pardonne rarement, il fut hospitalisé à Phnom-penh, puis à la clinique Angier à Saigon. Cest là quil reçut avec grande résignation les derniers sacrements le 21 janvier et mourut le 1er février 1924. Il repose au tombeau dAdran, cimetière des missionnaires de Saigon.

    Le Père Joseph Girard,
    Missionnaire de Cochinchine Septentrionale.

    Le Père Girard était originaire du diocèse de Luçon. Il naquit, en effet, le 16 août 1851, à la Garnache, département de la Vendée.

    Ce fut dans les derniers jours de mars 1877 quil arriva dans la mission de Cochinchine Septentrionale. Après quelques mois passés dans la chrétienté de Bô-Liêu, il était, dès juillet 1877, nommé au Petit-Séminaire dAn-Ninh. Cest dans cette période quil fût lâme de la résistance quopposa aux Lettrés rebelles le Petit-Séminaire, où sétaient réfugiés les Pères Dangelzer et Closset avec 4000 chrétiens des environs. Pendant un mois environ ( 8 septembre 4 octobre 1885, jour où un petit détachement français mit eu fuite les assiégeants ), ils surent résister à tous les assauts de 10.000 rebelles, bien armés et bien nourris, qui avaient déjà mis à feu et à sang presque toutes les chrétientés de la province de Quang-tri.

    En août 1891, il était nommé au Grand-Séminaire de Hue, où il exerça deux ans les fonctions de Supérieur. Mais, dès août 1893, il revenait prendre le Supériorat du Petit-Séminaire dAn-Ninh, quil ne devait plus quitter jusquà sa mort. Cest donc 47 ans de sa vie apostolique, autant dire tonte sa vie de missionnaire, quil consacra à linstruction et à la formation de nos jeunes séminaristes. Quelle belle récompense pour notre bon Père Girard que cette couronne de prêtres dont il dirigea les premiers pas vers le sanctuaire !

    Une première attaque, en novembre 1923, lavait amené à Huê. A peu près remis, il retournait à An-Ninh et petit à petit reprenait sa classe jusquau dimanche 27 janvier, où une nouvelle attaque le terrassa. Ramené à lhôpital de Huê dès le 30, tous les soins des docteurs ne purent enrayer la crise durémie, et il séteignait pieusement 1e 2 février au soir. Ses obsèques furent célébrées, le 11, au Grand-Séminaire de Huê ; puis le corps fut transporté au Petit-Séminaire dAn-Ninh, où eurent lieu les obsèques solennelles et linhumation, au milieu du concours de nombreux confrères et prêtres indigènes et dune affluence considérable de chrétiens des environs.

    *
    * *

    6. Fernand-Albert-Emile CHARTIER, né le 4 octobre 1862 à Clion, diocèse de Bourges ; missionnaire du Tonkin Occidental en 1897 ; mort à Paris le 3 février 1924.

    7. François-Xavier VIEILLARD, né le 5 octobre 1866 à Roussillon, diocèse dAutun ; missionnaire de Coïmbatour en 1891 ; supérieur du Sanatorium Saint-Théodore ; mort à Bangalore le 15 mars 1924.

    

    ~~~~~~~

    IMPRIMERIE DE NAZARETH
    POKFULUM HONGKONG



    VIENT DE PARAITRE

    LE BOUDDHISME DANS LINDE, par le P. Bailleau, missionnaire apostolique de Kumbakonam,

    Un vol in 8, de 220 pp $1,00.

    Dans la pensée de lauteur, ces pages étaient destinées primitivement au Bulletin de la Société des M. E. Mais, vu limportance de ce travail, qui aurait perdu de son intérêt à être distribué en coupures successives, on a jugé plus opportun de le publier intégralement en un volume séparé.

    Cest une étude tout objective sur les origines, le développement et la disparition du Bouddhisme dans Inde. Point de controverse doctrinale, pas de surcharges ni détalage de vaine érudition ; mais les références nécessaire pour guider le lecteur qui voudrait recourir aux sources. Après avoir, en quelques pages, noté le caractère du Bouddhisme, sorte dhérésie née au sein du Brahmanisme, lauteur raconte la vie du Bouddha Gautama, en faisant la part de la légende et celle de lhistoire. Il étudie ensuite la morale de Bouddha, puis sa doctrine, particulièrement le problème de la souffrance et le problème du mal, et note les effets de ces divers enseignements sur lâme hindoue, doù la mentalité de ces peuples.

    Les chapitres suivants nous dépeignent, après la mort du Bouddha, lapogée du Bouddhisme dans lInde ; puis les schismes qui ne tardèrent pas à se produire au sein de la communauté bouddhique, et, comme conséquence inévitable, la décadence et la disparition complète du B Bouddhisme dans lInde proprement dite, où chose curieuse, cette religion, qui, y a pris naissance, nest guère restée quà létat de souvenir, tandis que dautre part elle a submergé la plus grande partie de lAsie.

    Il serait fort à souhaiter que, dans les autres groupes de nos Missions, Indochine, Chine, Japon, quelque confrère, que ses études antérieures auraient préparé à semblable travail, nous donnât quelque jour un aperçu du même genre sur les origines, le développement et létat actuel de ce même Bouddhisme dans ces diverses régions.

    ~~~~~~~

    1924/265-269
    265-269
    Anonyme
    France
    1924
    Aucune image