Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mission de Tchongking : Noces de diamant du Père François Gourdon

Mission de Tchongking Noces de diamant du Père François Gourdon Le dimanche 25 avril, la Mission de Tchongking célébrait les Noces de Diamant du doyen dâge de la Société des M.-E., le Père Gourdon, le bon Père François, comme nous aimons à lappeler.
Add this
    Mission de Tchongking
    ____

    Noces de diamant
    du Père François Gourdon

    Le dimanche 25 avril, la Mission de Tchongking célébrait les Noces de Diamant du doyen dâge de la Société des M.-E., le Père Gourdon, le bon Père François, comme nous aimons à lappeler.

    Les prêtres chinois, qui venaient de terminer leur retraite et qui tous, sauf les plus jeunes, ont été les élèves du Père, avaient tenu à célébrer cette fête avant de regagner leurs districts : ils voulaient, à cette occasion, donner à leur ancien professeur et supérieur une preuve de leur fidèle attachement, le remercier de ce quil avait fait pour leur formation sacerdotale, lui offrir leurs vux et leurs félicitations. Dès le samedi soir, dans une réunion tout intime, ils lui exprimèrent ces sentiments, heureux de revivre leurs années de séminaire et de réveiller les vieux souvenirs du passé.

    Le dimanche matin, les cloches de toutes les églises sonnaient joyeuses. La cathédrale, décorée avec goût par les soins du curé, le P. Cacauld était pleine de fidèles bien avant lheure. A 8 h. ½ , le P. Gourdon, assisté de deux prêtres chinois, célébra la messe solennelle, la messe du 60e anniversaire de son ordination sacerdotale, entouré de 40 prêtres presque tous formés par lui et en présence dune foule de chrétiens quil a tous vus naître. A lévangile, le P. Paul Yang monta en chaire et, rappelant que la longévité est à la fois une grâce et une récompense, il fit ressortir les vertus caractéristiques du P. Gourdon : la bonté, la douceur, lamour du travail.

    Après la messe, le jubilaire reçut les félicitations de la colonie française et des chrétiens de la ville. Les élèves du Collège Saint-Paul lui offrirent une adresse ornée de son portrait au crayon parfaitement réussi.

    Les élèves du Grand-Séminaire lui présentèrent leurs souhaits en latin : In hoc celebri sexagenarii Sacerdotii anniversario, cum aliis honorificentissimis laudibus humillimas quoque gratulationes nostras et vota excipere dignetur Vestra Reverentia. Abhinc sexaginta annos inte gros in Sinis modeste ac perseveranter opus sacri ministerii perficitis : circumdat Vos corona sacerdotum quos instituistis in scientia et pietate ; laudant Vos opera prli, libri et codices editi, dificia exstructa ; obornat Vos omnis virtutum et meritorum copia. Demum Dominus omnipotens et misericors Vestr Reverenti hanc etiam contulit bennedictionem ut vel in provecta tate miro omnium facultatum usu et egregia valetudine perfruamini. Faxit idem Dominus ut diu Vos sospitem servet pro bono animarum et ad exemplum sacerdotalis Ordinis. Ideo Vobis ex corde acclamamus omnes : Ad multos annos !

    Au repas de midi, le P. Claval, Supérieur de la Mission, au nom de tous, présents et absents, exprima au jubilaire sa joie de le posséder encore si plein de santé et de vaillance ; il rappela que le P. Gourdon a non seulement formé beaucoup de prêtres, mais sur tout quil a été leur constant éducateur par les vertus dont il donnait lexemple. On ne saurait donc mieux faire que de travailler à limiter : cest la plus douce récompense quon puisse lui offrir en ce jour de fête.

    Le P. Claval annonça ensuite quil avait reçu de Rome, à ladresse du P. Gourdon, un souvenir spécial signé du Saint-Père, accompagné de la lettre suivante de S. E. le Cardinal Van Rossum.

    Reverendissime Domine,

    Explenti tibi feliciter sexagesimum ab inito sacerdotio annum gratulantur merito omnes qui norunt et laudant qu apud exteras gentes et longinquas in salute animarum provehenda, maximo cum labore et non sine fructuum ubertate, per plurimos et continuos annos es operatus Christi charitate impulsus.

    Ipse Christi Vicarius de tanta eventus faustitate edoctus dignatus est non modo tibi promeritam tribuere laudem, sed etiam Benevolenti Su testem ac munerum divinorum auspicem Apostolicam Benedictionem peramanter in Domino impertire.

    Quinimo Te Suo etiam chirographo voluit donare, quod una cum hac epistola recipies.

    Hac arrepta opportunitate, ceterorum ominibus ut cuncta Tibi fausta cedant mea etiam vota adiicere libet ex animo tuosque ut Deus labores fortunet novas que Tibi vires largius in dies sufficiat enixe adprecor. Invicto igitur animo contende per multos in posterum annos mereri de Ecclesia quotidie melius : Tibi autem ad Dei gloriam elaboranti ipsius miserentis Dei opes nunquam erunt abfutur.

    Tout le monde sassocia de grand cur à ce vu de lEminentissime Cardinal.
    Un salut solennel termina la fête, chacun emportant lespoir de prendre part un jour aux noces de platine, voire de... radium !

    *
    * *

    Né au diocèse dAngers le 24 novembre 1842, entré au Séminaire des M.-E. en 1863, le P. Gourdon arrivait à Tchongking le 13 décembre 1866. Après avoir administré pendant deux ans le district de Tatsiou, il fut nommé professeur au Grand-Séminaire, puis, en 1870, supérieur du Petit-Séminaire.

    En 1876 il devint supérieur des deux séminaires réunis alors à Pekochou, dans de nouveaux bâtiments quil avait fait construire lui-même. Pendant la tourmente de 1886, les séminaires, qui avaient dû être évacués, furent pillés et incendiés ; mais, dès lannée suivante, les séminaristes furent installés provisoirement à Chapinpa ; puis, en 1893, le Petit-Séminaire émigra à Tientche et le Grand-Séminaire à Tsemouchan en 1913.

    A cette dernière date il y avait 15 ans déjà que le P. Gourdon avait transmis au P. Chaudier la direction du Grand-Séminaire pour consacrer tout son temps et ses soins à limprimerie de la Mission, laquelle, grâce aux améliorations quil y apporta successivement, nous rend dinappréciables services.

    Disons enfin que le P. Gourdon a publié, en latin et en chinois, plusieurs ouvrages très appréciés.

    Dieu nous garde longtemps encore le bon Père François, modèle des vertus sacerdotales ! Lincendie de 1886 a détruit les archives de la Mission : il nous reste cette archive vivante, notre P. Gourdon, dont la merveilleuse mémoire est seule maintenant à garder les souvenirs du passé, parfois terribles, souvent dramatiques, toujours édifiants.

    1926/365-368
    365-368
    Gourdon
    Chine
    1926
    Aucune image