Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mission de Phatdiem : Noces de diamant du Père Claude Deux

Mission de Phatdiem Noces de diamant du Père Claude Deux. Le 26 mai dernier nous célébrions les Noces de Diamant de notre vénéré doyen, le P. Claude Deux.
Add this
    Mission de Phatdiem
    ____

    Noces de diamant du Père Claude Deux.
    ____

    Le 26 mai dernier nous célébrions les Noces de Diamant de notre vénéré doyen, le P. Claude Deux.

    Le matin de ce jour, le jubilaire célébra la sainte Messe à son autel habituel et à lheure ordinaire : comme il lavait demandé, aucun chant, aucune solennité. Mais à peine avait-il quitté les ornements sacerdotaux quil voyait à ses pieds le vénérable évêque de Hanoi, Mgr Gendreau, qui lui demandait sa bénédiction : spectacle vraiment touchant, qui émut profondément ceux qui en furent témoins.

    On présenta alors au cher jubilaire une superbe image envoyée de Rome et sur laquelle le Saint-Père avait daigné écrire de sa propre main : Narrabo nomen tuum fratribus meis ; in medio ecclesiæ laudabo te. PIUS P. P. XI.

    Puis lecture fut donnée de la lettre suivante de S. E. le Cardinal Préfet de la Propagande.

    Rom, die 6 Martii 1926.

    Reverendissime Domine,

    Merito quidem Te maximam percipere ltitiam scivi ob sexagesimum proxime implendum annum ex quo Sacerdotio auctus ad exteras profectus es gentes, ut eas et humanioribus instrueres moribus et Christi doctrina imbueres.

    Etenim tum ipsum factum tum singularis constantia qua toto superiore tempore in voluntate data fideliter permansisti, benignissime Tecum egisse Deum ostendit pertenditque in posterum quo que ejus beneficia non esse abfutura.

    Ad tuam autem augendam jucunditatem Summus Pontifex dignatus est Tibi Apostolicam Benedictionem clestium munerum auspicem impertire, cui, ad tam fausti eventus memoriam, donum etiam, quod cum hac epistola recipies, voluit adjicere, propensissimi animi sui gratulantis argumentum.

    His Pontificis Maximi gratulationibus et votis adjungas, quso, mea quoque ltissima felicitatis omina.

    Interim Deum O. M. rogo ut ad Ecclesi commoda christianique cultus incrementa Te servet diutissime et faustissime adjuvet.

    Reverenti Tu
    addictissimus servus
    G. M. Card. VAN ROSSUM, Prf.

    Une splendide miniature fut alors offerte au jubilaire : envoyée par les Surs de N.-D. des Missions, elle encadrait les vers suivants :

    Béni soit votre soir, comme fut votre aurore!
    Le matin, le midi sont passés sans retour ;
    Mais courage ! La nuit n arrive pas encore :
    Non, ce nest que le soir, et le soir dun beau jour.

    Peu après, dans la chapelle du Petit-Séminaire ornée comme aux plus grandes fêtes, Mgr Marcou célébrait pontificalement la Messe à lintention du P. Deux.

    Etaient présents, avec les trois Evêques, un grand nombre de missionnaires dont plusieurs navaient pas reculé devant un long voyage, et une quarantaine de prêtres indigènes, tous anciens élèves du P. Deux.

    Avant le repas de midi, M. Grossin, Résident de Ninh-Binh, en un discours dun éloquence émue, présenta les félicitations de M. le Gouverneur Général Varenne et de M. le Résident Supérieur Robin, auxquelles il joignit les siennes ; après quoi, au nom de S. M. lEmpereur dAnnam, il épingla sur la soutane du vénéré jubilaire les insignes de Chevalier de lOrdre du Dragon dAnnam et lui donna laccolade traditionnelle : hommage bien mérité de sympathie et de reconnaissance pour soixante années de dévouement et de services rendus à la France et à lAnnam.

    A la fin des fraternelles agapes qui suivirent cette cérémonie, les vertus du vénérable jubilaire furent célébrées en poésie et en prose, cum cantu et sine cantu, le tout dans les termes les plus délicats, avec de fines allusions qui réjouirent agréablement celui qui en était lobjet.

    En somme, touchante fête de famille dans cet esprit de cordiale confraternité, qui est celui des M.-E., tant apprécié et recommandé jadis par notre bon Père Delpech, de vénérée mémoire.

    Et maintenant, cher Père Deux, en route tout doucement chi va piano va sano, chi va sano va lontano ! vers les noces de platine ou de quelque autre métal plus précieux encore, en attendant, mais très patiemment, les noces éternelles.


    1926/430-433
    430-433
    Deux
    Vietnam
    1926
    Aucune image