Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Liturgie

Liturgie Q. Quelle messe peut-on dire quand on reçoit lavis de la mort dun confrère ? Est-ce la première, avec une seule oraison pro sacerdote ? Ou la messe quotidienne avec trois oraisons ? On suppose le cas des Missions qui nont pas dinduit. (La raison du doute est le fait que, grâce aux facultés nouvelles, on peut presque toujours dire une messe de Requiem le lendemain du reçu de la nouvelle, étant donné quon peut en dire trois par semaine, même si, pour arriver à ce nombre, il se rencontre un double mineur ou même majeur).
Add this

    Liturgie


    Q. Quelle messe peut-on dire quand on reçoit lavis de la mort dun confrère ? Est-ce la première, avec une seule oraison pro sacerdote ? Ou la messe quotidienne avec trois oraisons ? On suppose le cas des Missions qui nont pas dinduit. (La raison du doute est le fait que, grâce aux facultés nouvelles, on peut presque toujours dire une messe de Requiem le lendemain du reçu de la nouvelle, étant donné quon peut en dire trois par semaine, même si, pour arriver à ce nombre, il se rencontre un double mineur ou même majeur).

    R. En vertu des nouvelles rubriques (Rubr. Miss., Tit. III, n. 6. De Missis privileg) les missionnaires en district peuvent célébrer sous le rite double la messe de Requiem, soit basse, soit chantée, sauf les dimanches (même anticipés), les doubles de 1e et de 2e classe, les fêtes de précepte (même supprimées), les vigiles de Noël et de la Pentecôte, le mercredi des Cendres, les 3 premiers jours de la Semaine-Sainte et pendant les Octaves privilégiées même de 3e ordre. Cette messe sera celle du 2 Novembre pro omnibus Fidelibus defunctis, avec une seule oraison pro episcopo ou pro sacerdote et le Dies ir.

    Mais ce privilège nest accordé que pour une seule messe dans la même église. Par conséquent les confrères qui vivent en communauté ou les vicaires devront attendre un jour libre, marqué comme tel dans lOrdo. Ce jour-là sera pour eux le dies opportunior post acceptum mortis nuntium, et ils pourront célébrer la messe indiquée ci-dessus.

    Q. Pourquoi lOrdo de 1923 indique-t-il aux Matines de la fête de saint Venant (18 mai) : hymn. Martyr Dei (e I Vesp.) jungitur cum hymno Athleta (e Matut.) ? La règle nest-elle pas que, lorsquune hymne historique na pu être récitée aux 1es Vêpres, on la récite à Matines, transférant celle de Matines à Laudes et celle de Laudes aux 2es Vêpres ?

    R. Pour saint Venant la règle ne paraît pas applicable. A cause de lallusion à lheure canonique qui la commence

    Dum nocte pulsa lucifer
    Diem Propinquam nuntiot,

    lhymne de Laudes ne peut être transférée aux 2es Vêpres : on devrait y répéter lhymne des 1es Vêpres, qui aurait déjà été jointe à celle de Matines.


    1922/675-676
    675-676
    Anonyme
    France
    1922
    Aucune image