Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Liturgie

Liturgie I. Cérémonies du Baptême. Jusquici les liturgistes enseignaient généralement que, dans ladministration du Baptême, le prêtre, après avoir imposé la main sur la tête du baptisé (ou de chacun des baptisés), doit tenir la main levée pendant la récitation de lOraison qui suit. Daprès la nouvelle édition (1913) du Rituale Rmanum, le prêtre ne doit plus tenir la main levée pendant la récitation de ces Oraisons.
Add this
    Liturgie

    I. Cérémonies du Baptême. Jusquici les liturgistes enseignaient généralement que, dans ladministration du Baptême, le prêtre, après avoir imposé la main sur la tête du baptisé (ou de chacun des baptisés), doit tenir la main levée pendant la récitation de lOraison qui suit. Daprès la nouvelle édition (1913) du Rituale Rmanum, le prêtre ne doit plus tenir la main levée pendant la récitation de ces Oraisons.

    II. Signes de croix à lAbsoute. Comme suite à un article paru lan dernier dans le Bulletin (Nº 7, Juillet 1922), il faut conclure que le célébrant doit faire deux signes de croix sur le corps ou sur le catafalque : un en récitant le verset Requiem ternam dona ei (eis), Domine, et lautre en disant : Anima ejus (ou anim eorum)... Le nouveau Missel pour les Messes des Défunts, imprimé au Vatican, lenseigne formellement.

    III. Messe du 1er Vendredi de Janvier. Un décret du 27 Juin 1923 règle que, lorsque le 1er Vendredi du mois tombe le 2, le 3 ou le 4 janvier, il nest pas permis de dire la Messe votive du Sacré-Cur : on doit lui substituer la Messe Puer natus est du 30 Décembre, avec Gloria et Credo, sans mémoire du Sacré-Cur.
    Cette décision trouvera son application le Vendredi 4 Janvier 1924.

    *
    * *

    Q. Le prêtre qui, à la fête de Noël ou le 2 Novembre, célèbre trois messes de suite doit-il réciter après chacune les prières prescrites par Léon XIII ?

    R.Deux décrets (Nos 3705 et 3855) de la S. C. ont réglé que Preces in fine Miss prscript, die Nativitatis Domini dicuntur tantum quando sacerdos ab altari discedit, sive post primam, sive post secundam, sive post tertiam Missam.
    Le premier de ces décrets, qui date de 1895, applique la même règle aux trois messes du 2 Novembre déjà concédées alors au Portugal.

    Q. Quelle raison est requise et suffisante pour distribuer la Communion immédiatement avant la Messe ? Suffit-il que cela paraisse plus pratique au prêtre ou convienne mieux aux chrétiens ? Faudrait-il blâmer celui qui, par exemple, donnerait la Communion le dimanche avant la Messe de paroisse pour que les fidèles puissent plus facilement remplir le devoir de laction de grâces, quautrement ils seraient exposé à négliger ?

    N.-B. La messe de paroisse se célèbre à une heure assez tardive ; elle est précédée de la récitation des prières du matin, du chapelet et du sermon, de telle sorte quelle se termine au plus tôt une heure et demie après le commencement des prières.

    R. LAmi du Clergé (8 Janvier 1914) donne à une consultation toute semblable la réponse suivante,

    Les fidèles peuvent avoir, pour demander la Communion avant la Messe, des raisons dont nous ne sommes pas juges. En particulier, il ne nous appartient pas de fixer un mode déterminé de préparation à la Communion et dy subordonner ladministration du sacrement. Même observation pour laction de grâces. Ce sont là pratiques excellentes, mais enfin accessoires, et qui ne relèvent que de la seule conscience du communiant, éclairée et dirigée au besoin in foro interno par son confesseur.

    Nous sommes bien davis que les fidèles soient instruits sérieusement de la haute convenance quil y a à unir la Communion avec le Saint-Sacrifice, ainsi que le demande lEglise. Cette règle cest la règle, en définitive, est bonne à rappeler et à observer le plus possible ; mais, encore une fois, nous ne pensons pas quil y ait lieu de se montrer trop exigeant dans son observation.

    1923/633-634
    633-634
    Anonyme
    France
    1923
    Aucune image