Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lettre de S. Exc. Monseigneur Lemaire, supérieur général, aux missionnaires de Taitjen

MISSIONS ETRANGERES 128, Rue du BacParis, le 30 novembre 1950. PARIS (7e) Lettre de S. Exc. Monseigneur Lemaire, supérieur général, aux Missionnaires de Taitjen. BIEN CHERS CONFRÈRES, Il est grand temps de vous exprimer mon affectueuse sympathie et mon étroite union d'esprit et de coeur avec vous tous qui venez de connaître des jours si sombres et si douloureux. Depuis quatre mois je vous suis avec angoisse sur le chemin de douleur où la Providence vous a placés. Pauvre Mission de Corée ! Combien nous avons prié pour elle !
Add this


    MISSIONS ETRANGERES
    128, Rue du Bac Paris, le 30 novembre 1950.
    PARIS (7e)

    Lettre de S. Exc. Monseigneur Lemaire, supérieur général, aux Missionnaires de Taitjen.

    BIEN CHERS CONFRÈRES,
    Il est grand temps de vous exprimer mon affectueuse sympathie et mon étroite union d'esprit et de coeur avec vous tous qui venez de connaître des jours si sombres et si douloureux. Depuis quatre mois je vous suis avec angoisse sur le chemin de douleur où la Providence vous a placés. Pauvre Mission de Corée ! Combien nous avons prié pour elle !

    J'attendais pour vous écrire que soient levées les lourdes incertitudes qui pèsent sur le sort de trop nombreux confrères. Mais il semble que la tragique réalité ne soit pas près d'être connue. Je ne puis donc tarder davantage à vous dire la part que je prends à vos tribulations: dans mon cur retentissent toutes les douleurs de mes frères, frères d'autant plus chers qu'ils sont plus éprouvés pour le Christ.

    Vous venez de vivre les horreurs d'une guerre impitoyable, et de revivre les tribulations des persécutions qui ont marqué jadis l'histoire religieuse de la Corée chrétienne. Noblesse obligeait : vous êtes les successeurs des Martyrs. Pour sauver ce pauvre monde désaxé il fallait des victimes. Jésus savait qu'il ne frapperait pas en vain à votre porte et qu'il trouverait en Corée, parmi nos confrères et ceux qu'ils ont formés à l'héroïsme sacerdotal, des volontaires pour le sacrifice.

    Chaque jour, les nouvelles qui parvenaient de Corée tournaient mes pensées vers vous et mes prières vers le Ciel, pour qu'il ait pitié de vous et de vos chrétiens. La méchanceté des hommes a décimé vos rangs: treize Confrères ont disparu, dont plusieurs, semble-t-il, tous peut-être, ont payé de leur vie leur fidélité au devoir. Nous sommes heureux et fiers, sans doute, de compter des confesseurs de la foi, des Martyrs authentiques. Notre tristesse, cependant, n'est pas moins grande de voir tant de prêtres, de confrères aimés, enlevés si brutalement, tant de chrétientés désorganisées, dévastées, dispersées, tant d'églises et d'écoles anéanties. Chère Mission de Taitjen, presque noyée dans le sang dès sa naissance, comme nous la recommandons à Notre Seigneur!

    De cette situation, vous soufrez, et votre souffrance est partagée par tous les confrères de la Société. Mais que la douleur ne vous accable pas au delà des limites permises par la foi. Le sang des Martyrs a toujours été une semence de chrétiens. Vos aillés de Corée ont connu des tourmentes et des dévastations analogues. Loin de désespérer ils se sont remis au travail et vous ont tracé par là une ligne de conduite. L'épreuve passée, ils ont recommencé à bâtir l'Église : et des moissons de chrétiens ont levé, de florissants Vicariats ont été érigés. Il s'agit maintenant pour vous d'imiter ces glorieux aînés, en reprenant le travail dévasté par l'ennemi du Règne de Dieu.

    Vos effectifs ont diminué de moitié : c'est la blessure la plus douloureuse qui pouvait atteindre votre Église. Dans la mesure du possible nous essaierons, dès que le calme sera revenu, de vous envoyer la généreuse relève que vous attendez.

    Votre situation matérielle est déplorable. De ce côté aussi, un effort sera fait. Mais hélas, la crise que traverse l'Extrême-Orient multiplie aussi les ruines en Chine, en Indochine, en Birmanie. La Société essaiera d'aider cette détresse selon toutes les possibilités dont elle disposera, avouant d'avance sa douloureuse impuissance à subvenir à tout. Mais confiance!

    La pauvreté apostolique attirera sans nul doute les bénédictions du Ciel sur vos travaux. Et, forts de votre foi en Celui qui a vaincu le monde, forts de l'appui de tous vos Martyrs, ceux d'hier et ceux d'aujourd'hui, vous reprendrez votre tâche.

    Les difficultés ne manquent pas. A celles de la pauvreté s'ajoutent sans doute celles des divisions et des rancoeurs qu'entraîne toujours une guerre politique. Votre charité saura s'employer à les vaincre. Dans le Coeur du Maître, plein d'amour et de bonté, vous puiserez l'amour et la bonté qui pardonnent, qui regroupent les hommes el les attirent.

    Bon courage à tous ! Que la Sainte Vierge, Reine des Apôtres et des Martyrs, intercède pour vous et vous obtienne à tous la grâce d'être dignes de ceux qui sont morts pour le Christ et son Église.

    En me recommandant à votre aide spirituelle, et dans l'attente de nouvelles certaines sur le sort de nos chers confrères disparus, je vous prie de croire à ma fraternelle et profonde affection en Jésus et Marie.

    CH. LEMAIRE,
    Supérieur Général,

    1951/5-8
    5-8
    Lemaire
    France
    1951
    Aucune image