Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le projet dAmbassade auprès du Vatican 2 (Suite)

Le projet dAmbassade auprès du Vatican. (Suite) A en croire les bonzes, le gouvernement japonais entretient de noirs desseins : il doit demander aux Chambres, dans le prochain budget, des crédits pour établir un ambassadeur auprès du Vatican. Cette nouvelle, lancée dans le public par leur journal, na ému personne, mais ces braves bonzes ont continué de senflammer sur cette question. Les lecteurs du Bulletin aimeront peut-être à connaître la suite.
Add this
    Le projet dAmbassade auprès du Vatican.
    (Suite)
    ____

    A en croire les bonzes, le gouvernement japonais entretient de noirs desseins : il doit demander aux Chambres, dans le prochain budget, des crédits pour établir un ambassadeur auprès du Vatican. Cette nouvelle, lancée dans le public par leur journal, na ému personne, mais ces braves bonzes ont continué de senflammer sur cette question. Les lecteurs du Bulletin aimeront peut-être à connaître la suite.

    Quelles sont au juste les intentions du Gouvernement ? Personne nen sait rien, il nen fait confidence à personne. Après la crise financière de ces temps derniers, le gouvernement a du mal à mettre sur pied son prochain projet de budget. Il ne semble pas probable quil fasse des innovations.

    Ce quil y a de certain, cest que les bonzes se méfient. Ils soupçonnent une entente quelconque entre le Japon et le Vatican. De là à craindre le pire, il ny a quun pas. Ils ont donc résolu, à tout événement, de partir en guerre contre létablissement de relations officielles entre Rome et le Japon.

    Depuis des siècles, le bouddhisme japonais sest divisé en un grand nombre de sectes qui se font mutuellement la guerre. Pour défendre leurs intérêts communs, elles ont pourtant formé, ces derniers temps, une Association Bouddhique qui cherche des occasions de se donner de limportance.

    Cest elle qui a fait diligence pour inaugurer la campagne contre le soi-disant projet du gouvernement.

    En 1923, ce fut la secte Hongwanji qui mena la bataille contre léchange dambassadeurs entre le Japon. et le Vatican. Cette secte, puissante entre toutes les autres, avait ses raisons pour vouloir mettre le gouvernement dans lembarras.

    Depuis quelque 20 ans, la secte Hongwanji ne sait que faire dun ancien grand-bonze, quon fut obligé à lépoque de mettre à la retraite doffice. Depuis lors, ce personnage, indésirable au Japon, traîne ses loisirs un peu partout à létranger. Les chefs de la secte rêvèrent un moment den faire le premier ambassadeur du Japon auprès du Vatican. Malheureusement pour eux, laffaire ne marcha pas. Inde ir ! Il leur en coûta 50 mille yen pour se venger, mais ils réussirent à faire abandonner le projet.

    On sest donc tout naturellement précipité à la maison centrale de cette secte pour connaître ses intentions au cas où le gouvernement mettrait à exécution le projet quon lui prête. Tant que le monde gouvernemental reste tranquille, nous gardons lexpectative, fut-il répondu. Mais le jour où il voudra passer aux actes, Hongwanji se lancera encore une fois dans lopposition.

    LAssociation Bouddhique annonça donc quelle marcherait seule. Elle dit organiser pour le 16 août, dans un parc public des environs de la ville de Kyoto, une première réunion où des hommes politiques de la région prendraient la parole. Elle publia même le thème des futurs discours contre le Romanisme.
    a) Le Romanisme est intolérant ; il ne saurait vivre en paix avec le Bouddhisme.
    b) Pendant la grande guerre le Romanisme sest montré sans valeur. En le reconnaissant officiellement, le Japon prouverait au monde quil se laisse intimider par un simple mannequin. Et, une fois entré dans cette voie, il lui faudrait traiter tous les autres corps religieux sur le même pied, ce qui aboutirait à rabaisser la majesté-de lEtat.
    c) Chercher au Brésil un déversoir pour le surplus de la population est peut-être de la bonne politique. Mais partir de là pour nouer des relations officielles avec le Romanisme, cest une façon extraordinaire de traiter le problème de la surpopulation ; cest ne rien faire du tout.

    Le 16 août a passé. De réunion au sus-dit parc, personne nen a entendu parler, pas plus dailleurs que de la campagne quelle devait inaugurer contre le projet attribué au gouvernement.

    Notre Association Bouddhique avait eu, entre temps, dautres déboires, toujours par trop de zèle pour les émigrants au Brésil. Car si ce pays neuf tente les Japonais en général, nos bonzes ont encore davantage la fièvre des aventures. Eux aussi grillent denvie daller exhiber leurs oripeaux au radieux soleil du Brésil. Ne pouvant sy transporter tout droit, lAssociation Bouddhique a organisé une société pour létablissement dun village bouddhiste sur les rives de lAmazone. Les cotisations ont été réunies, les adhérents sont venus, en un mot le village a été prêt à faire ses bagages. Mais, quand on sest adressé au Ministère des Affaires Etrangères pour solliciter son appui, il a été répondu : LAmérique du sud est catholique et naccepte pas de groupements religieux démigrants. Du coup nos bonzes ont du laïciser la société fondée à grandpeine. Larticle premier, qui imposait à ses membres la foi au Bouddha, a été remplacé par une déclaration de liberté de conscience, et du futur village on ne souffle plus mot. Ainsi, en cette affaire encore, larmée bouddhique, qui devait mettre le gouvernement à mal, sévanouit comme des bulles de savon. Le jour où le gouvernement japonais se décidera à faire représenter le Japon auprès du Vatican, il aura facilement raison des obstacles élevés par les bonzes. Sil lui faut toujours compter avec une explosion possible de fanatisme religieux, il a cent moyens dapaiser le zèle des sectateurs du Bouddha.

    J.-B. DUTHU,
    Missionnaire dOsaka.
    1927/743-745
    743-745
    Duthu
    Japon
    1927
    Aucune image