Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le grand obstacle

Le grand obstacle Le premier et le plus grand obstacle à la conversion du Japon, le Shintoïsme, est parfois signalé d'un simple mot, voire même passé sous silence par certains conférenciers d'Europe. Voici un document authentique et très public qui pourra servir à les documenter. II s'agit d'un article paru au début de février 1931 dans l'Osaka Mainichi, un des plus grands, sinon le plus grand journal du Japon. Sans le traduire tout entier, nous en ferons des citations caractéristiques et nous donnerons ensuite brièvement notre appréciation.
Add this
    Le grand obstacle

    Le premier et le plus grand obstacle à la conversion du Japon, le Shintoïsme, est parfois signalé d'un simple mot, voire même passé sous silence par certains conférenciers d'Europe. Voici un document authentique et très public qui pourra servir à les documenter. II s'agit d'un article paru au début de février 1931 dans l'Osaka Mainichi, un des plus grands, sinon le plus grand journal du Japon. Sans le traduire tout entier, nous en ferons des citations caractéristiques et nous donnerons ensuite brièvement notre appréciation.
    I. \ Les évangélisateurs du Christianisme viennent de l'étranger dans le très ancien et puissant Empire du Japon, (Empire fier à juste titre de sa très ancienne civilisation.....). Or ces missionnaires proclament dans un langage souvent blessant (?)

    1) " Que les vieilles croyances et institutions religieuses du Japon " sont des inventions chimériques.
    2) " Que les offrandes de chaque jour aux temples des Ancêtres " doivent cesser parce que dénuées de toute efficacité.
    3) " Que la récitation des sutra ne peut pas procurer aux âmes le " salut éternel.
    4) " Enfin, (chose encore plus blessante), ces missionnaires poussent l'audace jusqu'à exhorter les citoyens japonais à abjurer (?) la prosternation (= l'inclination profonde) qu'ils font habituellement devant la photographie de leur Auguste Empereur ...... La masse du peuple japonais n'acceptera jamais le christianisme aussi longtemps que des prédicateurs étrangers (c'est nous qui soulignons) s'obstineront à vouloir supplanter les vieilles croyances et institutions de l'Empire pour y substituer celles du christianisme .... Le seul moyen pour le christianisme d'attirer à lui la masse du peuple japonais consiste, non pas à s'efforcer de faire disparaître les vieilles croyances du Japon pour y substituer celles du christianisme ; mais à perfectionner, à purifier graduellement ces vieilles croyances de manière à obtenir par des accommodements, un modus vivendi, duquel résulterait la possibilité d'une fusion, d'une alliance à l'amiable.
    " Or ce travail de perfectionnement (de nos vieilles croyances) " est-il faisable par des missionnaires étrangers ?......
    ".... Parler ainsi c'est friser (?) l'hérésie. Nous le savons. Cela entraîne en effet une subordination de l'Evangile à des croyances, à des adorations dont quelques-unes sont bizarres ; mais saint Paul (!) n'avait-il pas envisagé à Rome pareille subordination. temporaire de l'enseignement du Christ ? ...... "

    II. Notre commentaire.

    Ceci n'est qu'un article de journal et on sait que le journal, s'il exprime assez souvent l'opinion, tâche aussi de la fabriquer et il y réussit assez. Dans le cas présent l'article nous paraît être de grande actualité, mais il nous paraît refléter surtout l'opinion des scribes et des pharisiens du Shintoïsme, lesquels ne croient pas nécessairement au Shintoïsme ; mais aiment que le peuple y croie.
    Que pense le bon peuple, l'homme de la rue ? Il pense peu ; mais il aime son Empereur ; il est prêt à sacrifier sa vie pour lui et pour la vie de l'Empire, quoi de plus légitime ? Sur ce point du dévouement à l'Empereur, nos chrétiens catholiques ne se laissent pas devancer par les païens, au contraire et notre doctrine " Rendez à César ce qui est à César " les étaie si bien que de grands Japonais, quand ils sont éclairés, se contentent expressément de cette fidélité catholique.
    Il est vrai que les catholiques (même japonais) n'admettent pas que le Mikado soit kami (dieu) ; mais quel Japonais instruit l'admet aujourd'hui sans feinte et publiquement devant les civilisés ?
    Les chrétiens, (du moins les catholiques), ne refusent pas les honneurs demandés pour la photographie du Mikado (bien que ces honneurs paraissent excessifs au premier venu d'Amérique ou d'Europe) ; ce qui les gêne c'est le culte d'adoration rendu aux Mikados morts ou à leur prétendue aïeule, la grande déesse Amaterasu, déesse du Soleil, ainsi qu'à son prétendu petit-fils le Mikado Jimmu Tennô. La question est là.
    La solution bâtarde, très bâtarde proposée par le journal fut déjà notée au début du siècle par le savant anglais Chamberlain dans son tract intitulé : The Invention of a new Religion, page 16.
    Ce M. Chamberlain note, avec quelque ironie, que le docteur Ebina, un Japonais chrétien (une lumière de l'église protestante !) propose ce compromis entre le christianisme et le vieux polythéisme nippon dit Shintoïsme : " Quand fut fondé l'Empire japonais, ses premiers Mikados furent en rapport avec le Grand Esprit (sic) qui gouverne l'Univers et c'est ce qui explique combien sainte et sacrée est la terre où nous vivons, terre du Kami ou des Kami ". En effet, le mot Kami (divinité) n'ayant ni singulier ni pluriel spécifiés, son emploi mettrait, semble-t-il, tout le monde d'accord ; mais jamais saint Paul n'a consenti ni ne consentirait à pareille collusion et le million de chrétiens japonais convertis dès le XVIIe siècle prouve assez clairement que le Japon est très capable d'accepter l'Evangile dans toute sa pureté, peut-être même de le mettre en pratique, comme les tout premiers chrétiens, s'il lui était prêché assez haut et par assez de voix.
    En attendant que sa conversion arrive, les idées bizarres que nous venons de signaler reparaîtront souvent sous la plume ou plutôt sous le pinceau des scribes et des pharisiens du Shintoïsme (officiel ou non) ; ainsi, que la terre tourne et qu'elle tourne autour du soleil, comme elle doit le faire, pour en recevoir chaleur et vie ; les peuples qui veulent vivre (et le Japon est de ceux-là) se tournent peu à peu vers le Soleil de justice qu'est Notre-Seigneur Jésus-Christ, Soleil plus indéfectible que le soleil matériel adoré encore hélas ! Par beaucoup de Shintoïstes.
    G. R. miss. apost. de Fukuoka.

    "
    1931/484-487
    484-487
    Anonyme
    Japon
    1931
    Aucune image