Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Le congrès eucharistique de Sydney 2 (Suite et Fin)

Le congrès eucharistique de Sydney Rapport du Rev. Père Robert à Mgr le Supérieur de la Société des Missions-Étrangères. (Suite et Fin)
Add this
    Le congrès eucharistique de Sydney
    ____

    Rapport du Rev. Père Robert
    à Mgr le Supérieur
    de la Société des Missions-Étrangères.
    (Suite et Fin)

    Cest là aussi que jeus le plaisir de rencontrer lEvêque dApia, Mgr Darnand, de la Congrégation des Pères Maristes, Mgr Chanrion, évêque de la Nouvelle-Calédonie et Mgr Douceré, évêque des Nouvelles-Hébrides. Les évêques français des Iles du Pacifique sétaient tous rendus au Congrès, mais notre pays nétait représenté par aucun évêque, titulaire des sièges de France. Cest un regret que nous éprouvions tous, car, depuis la grande guerre, lAustralie, qui a laissé tant de tombes en France, est alliée à notre pays par des liens spirituels, qui méritent plus que de la sympathie. Notons aussi en passant, que le roi dEspagne sétait fait représenter au Congrès par Mgr Irastorza, évêque dOrihuela, et la République Allemande par le Dr Kreuts, maire de Breslau.

    La cérémonie douverture avait vu de 150.000 à 200.000 personnes, selon le Sydney Daily Mail, se grouper autour de la cathédrale Sainte-Marie. Le 6 septembre, la journée commença avec le même éclat que la veille. A toutes les messes basses, les communions furent très nombreuses et lon peut dire que jusquà 9 heures du matin, à la cathédrale, les prêtres ne cessèrent pas de distribuer la sainte communion aux fidèles.

    A 10 h., quand la voix puissante des cloches de la cathédrale annoncèrent la grandmesse, la cathédrale était remplie de fidèles selon les mêmes dispositions de places que la veille.

    Comme la veille, le Cardinal Légat, précédé du clergé et des Evêques, procession vraiment majestueuse, alla prendre place sur son trône paré des couleurs papales. La sainte messe fut célébrée par Mgr Heylen, les chants liturgiques furent exécutés par les élèves du Grand Séminaire de Manly, et la messe de Milleret par le chur de la cathédrale Sainte-Marie. Quel spectacle émouvant que ce coin du ciel descendu sur la terre ! Aux harmonies des chants et des cérémonies venaient se joindre et sassocier les émotions pieuses et les pensées élevées dun peuple à genoux devant la gloire et la majesté de son Créateur. Dans ce temple, consacré dhier au culte catholique, toute lâme de lAustralie se trouvait en contemplation devant la Sainte Hostie.

    Après lEvangile, Mgr Mannix, lidole des Catholiques Australiens, dans un discours dune éloquence inspirée, commenta ces paroles du Cantique des Cantiques : Lhiver a passé, la pluie a pris fin, les fleurs ont apparu sur notre terre.

    Lhiver et la pluie, ce sont les mauvais jours de lEglise Australienne, les jours dO Flynn et de Therry, les jours de persécutions et de bannissements. Aujourdhui, après 100 années (deux vies dhommes en mesureraient la durée), lEglise Australienne brille dun sublime éclat et les fleurs de la vie catholique, de la vie spirituelle et surnaturelle éclosent sous la bénédiction du Christ-Roi, du Roi Eucharistique.

    Larchevêque, de Melbourne fait une allusion très marquée à la situation actuelle de lEglise Etablie. Ce qui importe, dit-il, cest la messe, lien dunité ou cause de divisions. Dès le principe, si nous lisons lEvangile de St Jean, nous voyons que, quand la messe et lEucharistie furent promises, quelques-uns des disciples se retirèrent pour ne plus reparaître avec le Christ. De notre temps, nest-il pas douloureux de voir les résultats de la soi-disant Réforme et les efforts faits pour recouvrer le Trésor perdu du sanctuaire. Hier même, nous étions les spectateurs attentifs de la controverse relative au Prayer Book de la Communion Anglicane, et là encore cétait là messe qui importait. Cette question divisait ceux qui veulent avoir la messe et ceux qui disent que sa célébration est un blasphème.

    Dans ces jours de croyances dissolvantes qui menacent la civilisation, il y a deux choses qui importent : le Tabernacle et le Vatican. Ces deux choses expliquent la magnifique fête qui nous rassemble. Rien dautre ne pourrait le faire. Nous venons ici de tous les pays. Toutes les routes conduisent à Sydney et toutes les voies, à travers les Océans sans limites, ont leur aboutissement en Australie.

    Nous sommes divisés par notre obéissance à différents Gouvernements, par les races et les couleurs, par les systèmes politiques. Il y a quelques années, nous étions divisés par une guerre terrible ; il y en a même qui parlent dune guerre future, car il y a la méfiance dans lair. Et cependant, ainsi divisés, nous restons unis, agenouillés devant le Trône du Christ, notre Roi. Rien ne pouvait nous unir, si ce nest la Chaire de Pierre. La Sainte Eucharistie est notre lien dunion, presque égal à linfaillible doctrine du Christ. Nous sommes greffés sur son corps mystique. Cest la main qui nous unit lun à lautre. Aussi nest-il pas étonnant que, lorsque le monde moderne relâche les liens de la foi, de la foi des anciens jours, lEglise réchauffe et cultive davantage la dévotion au Tabernacle, la dévotion à la Sainte Communion

    Midi avait sonné quand la grandmesse du premier jour du Congrès fut terminée. Chacun se retire emportant dans son cur les impressions profondes de cette sublime cérémonie et les paroles réconfortantes du grand lutteur dAustralie, lAigle de Melbourne.

    Dans laprès-midi, deux réunions importantes auxquelles les Congressistes assistèrent : discours du prince de Ghika et de Mgr Heylen au Town Hall de Sydney, et, à huit heures du soir, grande réunion des hommes au Show Ground.

    Le Town Hall de Sydney est le plus bel édifice public de cette ville. Il est si souvent reproduit dans les revues diverses quil est aussi connu que le Louvre et les Invalides.

    La salle du grand orgue peut contenir de 4.000 à 5.000 personnes. Elle était comble au moment où nous sommes arrivés. Mais, grâce aux nombreuses connaissances de Mgr de Boismenu que nous avions accompagné, nous avons pu prendre place dans les premiers rangs, près de la tribune.

    Le rapport du prince de Ghika nintéressait peut-être pas beaucoup dauditeurs, parce que le prince parlait en français devant une assemblée composée dAnglais. Mais Mgr Heylen, pour lequel la langue anglaise na pas de secrets, récompensa la patience respectueuse des auditeurs. Mgr Heylen nest jamais pris au dépourvu et sa parole est remplie de pensées élevées et pieuses.

    Le Show Ground, dont jai déjà parlé plusieurs fois, est un immense terrain libre entouré de tribunes. Cest un spectacle grandiose quand cette superficie de 5 ou 6 hectares est remplie de spectateurs, foule avide de voir et dentendre. Combien cet immense auditorium peut-il contenir de personnes ? Je crois que 150.000 hommes peuvent, y trouver place. Cest une des institutions les plus originales de la ville de Sydney et, pour le Congrès, elle est mise à la disposition de larchevêque de Sydney. Cest là que se dérouleront les cérémonies des 6, 7 et 8 septembre, la réunion des hommes le 6 à 8 h. du soir, la messe des enfants le 7 à 10 h. du matin, la messe des femmes le 8 à la même heure.

    Dans la soirée du 6, le Show Ground, quand le Cardinal Légat arriva, présentait un spectacle dune grande beauté. Environ 130.000 hommes avaient pris place dans lenceinte de ce vaste auditorium et dans la nuit, que des flots de lumière électrique avaient fait disparaître, le Show Ground ressemblait à une immense arche dalliance entourée de ténèbres. Et sur cette arche sainte planait la Croix du Sud, dans la nuit sereine et étoilée. Sur le fonds même de ce théâtre sélevait lautel surmonté dun dôme couronné par une croix. Le dôme est soutenu par une série de colonnes qui, sur un arrière-plan, se continuent en hémicycle de chaque côté du dôme : cest là que sont les tribunes réservées aux évêques et aux prêtres. Lillumination, les décors, les draperies, font de cette partie de lauditorium un véritable sanctuaire.

    Sous la direction du Père Herlihy, des cantiques populaires, chantés par ces voix mâles et robustes, donnent à cette cérémonie un caractère de force gigantesque, de puissance surhumaine. Cest tout un peuple qui donne le spectacle de sa foi et de sa dévotion. Qui donc dira que lAustralie nest pas religieuse ?

    Quand le Saint Sacrement est exposé, la lumière électrique disparaît et cest alors une mer détoiles qui scintillent dans larène. Chaque homme porte son cierge qui perce les ténèbres dun clou dor.

    Le sermon de circonstance est donné par larchevêque de Manille, Mgr ODoherty. Léminent archevêque parle des devoirs de la famille et de la dignité du foyer chrétien.

    Après linstruction, la bénédiction du Très Saint Sacrement est donnée par larchevêque de Sydney.

    Il est très tard quand la pieuse assemblée se disperse, mais chacun se retire gardant dans son cur le souvenir dune inoubliable cérémonie. Cette première journée du Congrès, si remplie par la prière, donnait la note de ce que devait être le Congrès tout entier : manifestation grandiose, que seule lEglise Catholique peut concevoir et mettre à exécution.

    Nous nous retrouvons au Show Ground le vendredi 7 septembre, à 9 h. 30 du matin ; hier soir cétait la réunion des hommes, aujourdhui cest la messe des enfants. Déjà larène de lauditorium est très occupée et toutes les tribunes sont envahies par les Congressistes. Quand 10 h. sonnera plus de 80.000 personnes, dont 8.000 enfants, applaudiront les prélats et le Légat au défilé de la procession.

    Les garçons, au costume noir avec une écharpe jaune, occupent le côté gauche de larène ; les jeunes filles, vêtues de blanc et portant sur la poitrine un ruban jaune, occupent le côté droit. La sainte messe est célébrée par son Eminence le Cardinal Cerretti. La pompe des cérémonies liturgiques se déroule en plein air avec une majesté qui nest plus limitée par les murailles dun édifice, et la prière sélève dun seul bond jusquà la voûte des cieux.

    Les chants sont exécutés avec un ensemble parfait par cette légion denfants, et ces voix virginales et claires produisent sur les assistants une impression que seule la jeunesse innocente peut donner. Cest la prière du cur simple et pur, de ce cur que le Sauveur aimait quand il disait : Laissez venir à moi les petits enfants, car le royaume des cieux est à eux.

    Lorateur du jour fut Mgr Gilmartin archevêque de Tuan. Sa Grandeur développa ce texte de lEvangile, très approprié à cette fête : And he went with them and came back to Nazareth and was subject to them.

    Le 8 septembre à 10 h. du matin, une cérémonie semblable à celle de la veille réunissait de nouveau les fidèles au Show Ground.

    La messe, célébrée pour les femmes par larchevêque de Brisbane, Mgr Duhig, dépasse en éclat celle de la veille et la Presse de Sydney déclara que ce jour-là 150.000 personnes assistaient à loffice divin. Le P. Ouillon et moi, afin davoir une idée plus exacte, du moins différente de celle que nous avait donnée la messe des enfants, à laquelle nous avions assisté au chur avec le clergé, décidions de rester cette fois à la tribune centrale qui fait face à lautel, mais en est séparée par toute la superficie de larène. Comme nous étions parmi les premiers arrivés, nous pouvions choisir lendroit qui nous paraissait le plus propice pour suivre les cérémonies. Bientôt cette tribune centrale, qui peut cependant contenir de 6.000 à 7.000 personnes, fut tellement envahie que bon nombre de personnes furent obligées de chercher ailleurs des places moins disputées.

    De même que la veille tous les chants avaient été exécutés par les enfants, de même aujourdhui, les chants, toujours sous la direction du P. Pittorelli, seront exécutés par, les dames seules et dune manière impeccable.

    Les enfants de Marie, très nombreuses et toutes vêtues de blanc, avaient pris place à lavant de larène. Cet immense groupement ressemblait à un champ de neige et donnait à lensemble une note de fraîcheur et de candeur qui cadrait bien avec le ciel idéal dune journée de printemps.

    Lévêque de Dunedin (Nouvelle-Zélande), Mgr Whyte, paraphrase avec une éloquence soutenue le verset du 31ème chap. du Livre des Proverbes : Who shall find a valiant woman ? Tor and from uttermost coast is the price of her. Sa Grandeur énuméra toutes les qualités de la femme chrétienne, les droits que lEglise a toujours reconnus à la femme et la protection dont elle a été entourée par la religion ; les enseignements de lEglise sur la famille chrétienne et les devoirs des mères de famille ; les dangers de lheure présente, les consolations et le réconfort que la femme, prenant la Sainte Vierge comme modèle, trouvera dans la communion fréquente.

    Combien elles devaient être fières ces mères chrétiennes, que lEglise associait en ce jour aux manifestations religieuses du Congrès, en leur consacrant, pour elles seules, une des trois journées de ces splendides fêtes catholiques. Cest que, depuis lorigine du Christianisme, la femme a toujours eu une place importante dans lEglise. La Sainte Vierge, Mère de Jésus, occupe au ciel la première place accordée à une créature. Elle est la Reine du Ciel. Et sur cette terre, combien dâmes doivent à leur mère davoir conservé la foi de leur baptême. Cette cérémonie du 8 septembre laissera à la femme Australienne une impression profonde, augmentée de toute lardeur quelle puisera dans la pratique de ces vertus, que le prédicateur a si bien décrites en rappelant la délicieuse poésie dOBrien intitulée The Little Irish Mother.

    Laprès-midi du samedi devant être réservé à laudition des confessions, il ny a eu aucune réunion de Comités dans la soirée du 8.

    La veille nous avions assisté à 3 h., à lAustralian Hall, à une réunion présidée par Mgr Kelly. Mgr Darnand nous tint sous le charme de sa parole pendant près dune heure. LEucharistie et les Miracles de Lourdes, tel était le texte de son étude, quil développa avec la maîtrise dun homme qui a profondément suivi les prodigieuses grâces de guérisons et de conversions que la Sainte Vierge accorde à ses enfants sur les bords du Gave turbulent.

    Demain cest la clôture, demain cest la grande procession de Manly !

    La journée du 9 septembre sannonce comme les précédentes, glorieuse et radieuse. Pas un nuage au ciel, et une brise fraîche, presque froide, vient du large. Dès le matin, les Congressistes se dirigent vers le Circular Quay, car cest de là que partent tous les bateaux pour Manly. Manly est la première baie que lon a sur sa droite lorsquon entre dans le Port Jackson. Cest sur le flanc de la colline qui domine cette baie que le Grand Séminaire St Patrick, splendide construction gothique, a été construit. Cest là que le Cardinal Légat célébrera la sainte messe à 10 h. du matin, entouré des évêques et prélats, des prêtres, des religieux et des fidèles, assistance nombreuse et recueillie.

    Un autel avait été dressé sur la façade qui regarde le port. Le Grand Séminaire était superbement décoré et, au sommet de la tour, le drapeau papal mariait ses couleurs avec celles des drapeaux australien et irlandais. Les chants liturgiques furent exécutés par les élèves du Grand Séminaire avec un ensemble parfait et, à la fin de la cérémonie, Son Eminence donna la bénédiction papale.

    Vers les 9 h. du matin, le ciel sétait couvert de sombres nuages et la température avait tout à coup baissé ; mais le soleil ne tarda pas à dissiper les inquiétudes des fidèles. Les nuages se dirigèrent vers lOuest, et le ciel, bleu comme les eaux de lOcéan, un vrai ciel dAustralie, régna sur Sydney jusquau coucher du soleil.

    A deux heures et demie, au chant du Pange lingua, son Eminence le Cardinal Légat prenait en ses mains lostensoir et portait triomphalement le Saint Sacrement, quil devait déposer, vers les 4 heures, sur lautel dressé devant la cathédrale de Sydney. Du Grand Séminaire à la mer, la distance est denviron un kilomètre, et sur le parcours de la procession plus de 100.000 personnes faisaient haie dans une attitude de respect. Cest entre ces deux murailles humaines que Notre Seigneur fut porté jusquau Burra-Bra, grand ferry, tout peint en blanc et surmonté dune croix. Le Cardinal, les évêques et les prêtres prirent place à bord du Burra-Bra et deux autres bateaux de même grandeur suivaient le premier, ayant à leur bord autant de fidèles quils pouvaient en porter. Bientôt une quantité de petits bateaux et motor boats se rangèrent autour du Burra-Bra, escorte dhonneur originale et assurément peu commune : une procession sur leau, avec chants et prières, toute lâme de lAustralie Catholique en marche vers lÉglise-mère de Sydney.

    Bientôt on vit apparaître dans les airs, planant au-dessus de la procession, cinq aéroplanes savançant en forme de croix, la Croix du Sud, allant de Sydney à Manly et de Manly à Sydney, seconde escorte aérienne aussi majestueuse que la première.

    Sur le bateau qui portait le Saint Sacrement flottait le drapeau du Pape. Ce ferry était commandé par le Capitaine OConnor, assisté de Mgr Powlings.

    La distance entre Manly et le point de débarquement dans le port de Sydney est de 16 kilomètres environ et, sur tout le parcours, sur les deux rives, une foule compacte contemplait la procession savançant lentement sur les eaux. Son Eminence le Cardinal Légat bénit les flots, les eaux de la mer et de la rivière qui se courbaient sous la carène du Burra-Bra, comme autrefois sous la barque qui portait le Sauveur. Le Représentant du St-Père portant le Saint Sacrement, entouré de tous les membres de la hiérarchie australienne, nétait-ce point à ce moment la personnification des deux choses qui importent : le Vatican et lEucharistie. Si, à cette heure, nous avions pu lire dans lâme du Légat, nous aurions assurément pu nous convaincre que ses pensées réalisaient lidéal si bien décrit par larchevêque de Melbourne. LAustralie, comme le vieux monde, affirmait que Rome et lEucharistie ne sont pas séparables pour le Catholique.

    Vers les 4 h., le Burra-Bra accostait au quai et, à la procession de Manly, allaient se joindre toutes les Institutions catholiques de Sydney : les Associations danciens Combattants, les membres des confrères, les Religieux, les enfants de Marie. Cest 30.000 personnes qui prennent part au cortège de Circular Quay jusquà la cathédrale, dans un ordre parfait, les fidèles savançant sur un front de six personnes. Toutes les rues, les places, le parc, étaient couverts de spectateurs. Aux fenêtres, balcons et même sur les toits on napercevait que des grappes de curieux.

    Le défilé des évêques et prélats attirait tout spécialement lattention de la foule.

    Les chants, hymnes et cantiques furent toujours exécutés avec ensemble, grâce aux hauts parleurs, disposés sur le parcours de la procession et répétant partout au même moment les paroles prononcées par la chorale de Ste Marie.

    Voici le moment solennel, le Saint Sacrement repose sur lautel et, après le Tantum ergo, le Légat donne à la foule immense, émue et recueillie, la bénédiction du Très Saint Sacrement, bénédiction reçue avec ferveur par la population catholique et avec respect par tous les spectateurs de cet immense rassemblement. Beaucoup dhommes, séparés de nous par la foi, conscients de la sainteté de cette cérémonie, sagenouillèrent et laissèrent la bénédiction de Dieu tomber sur leur âme. Ceux-là aussi recueilleront les fruits de leur adoration et culte public quils rendirent à Dieu.

    Après la bénédiction, le Légat remercie le peuple catholique Australien et la foule immense commence à se retirer, heureuse davoir pris part à ce qui fut la plus grande manifestation catholique du Continent Australien.

    Le Congrès de Sydney aura un grand retentissement dans le pays tout entier, et, si les âmes droites et sincèrement chrétiennes sont fortifiées dans leur foi, tout ce qui a été lensemble du Congrès : cérémonies, sermons, chants, prières, est un merveilleux enseignement pour lélément protestant des différentes églises séparées, qui cherchent le Trésor perdu du sanctuaire.

    Dans les journées qui suivirent la clôture du Congrès nous avons fait quelques visites chez les Surs du Sacré-Cur, chez les Petites Surs des pauvres, au couvent des Bénédictines près, de Parramatta, chez les Pères Maristes à Villa Maria, et chez les Pères Jésuites de River Vew, où nous avions le plaisir de revoir le Père Pigots, autrefois missionnaire à Shanghai.

    Le Provincial des Pères du Sacré-Cur de Kensigton nous fit lhonneur de nous inviter à déjeuner le 10 septembre, et là nous devions rencontrer larchevêque de Brisbane, le coadjuteur de New-York, Mgr Dunn, Mgr Back, évêque des Iles Gilbert, le coadjuteur du diocèse dAuckland et plusieurs autres prélats.

    A la Villa Maria, où nous déjeunions le 13 septembre, les Pères, Maristes nous font le meilleur accueil. Nous nous trouvons avec NN. SS. Darnand, Chanrion et Douceré. Les Pères Maristes et les Pères du Sacré-Cur ont, depuis de longues années, puissamment travaillé au développement de lEglise Australienne, et combien leur action aurait été puissante et plus forte si les lois néfastes et injustes dexpulsion, qui désolèrent lEglise de France au commencement de ce siècle nétaient pas venues mettre en péril le recrutement de ces Congrégations françaises si méritantes !

    La France, cest douloureux de le constater, a mauvaise réputation dans certains milieux Australiens. Plusieurs fois, jai dû répondre à des questions comme celle-ci posée par des Australiens :

    La France, nous le regrettons, est devenue incrédule et impie. La France nest plus catholique comme autrefois, elle a perdu la foi.

    Cest quen Australie, la France a été largement calomniée par une certaine presse étrangère, et que, dans le monde littéraire, elle nest guère connue que par ses romans impurs.

    Il faut donc dire à ce peuple quil y a une grande différence à faire entre le peuple français et le Gouvernement Français, entre la littérature légère de quelques écrivains impies et la grande armée des écrivains et penseurs chrétiens.

    A la première de mes réponses lAustralien ajoute : Mais les Catholiques ont bien quelque chose à dire dans lélection des membres du Parlement, de ces hommes qui font les lois. Pourquoi les Catholiques votent-ils pour de mauvais députés ?

    Ici je suis bien obligé dadmettre quil ny a pas chez nous la discipline qui unit les Catholiques Australiens. Nous votons mal en France, parce que, pour le Français, la première chose qui importe, cest son petit avantage personnel, le profit quil peut retirer si tel député, son candidat, lemporte, tandis que, si lélecteur était mieux instruit, plus discipliné et bien commandé, il saurait quil faut voter pour la grande chose qui importe : lautorité, lordre moral et social.

    LAustralie a 1.500.000 catholiques et cest le catholique avant tout autre considération qui est lélecteur. Aussi, en présence de partis moins groupés, arrive-t-il à obtenir que sa religion soit respectée et librement pratiquée.

    Cest bien certainement à la hiérarchie catholique que lAustralie doit la force de sa cohésion politique. LAustralien catholique est instruit dans sa religion et, dans lensemble, je le crois mieux préparé à la vie publique que les non-catholiques.

    Les évêques dAustralie ont grandement développé les écoles libres et les écoles supérieures.

    Si les six Universités dAustralie groupent 7440 élèves catholiques et protestants, les écoles catholiques, construites et entretenues aux frais des catholiques, groupent 219.579 élèves.

    Les Ecoles Supérieures de garçons sont au nombre de 206 et les Collèges au nombre de 64. On compte 271 écoles pour les filles. Linstruction élémentaire est donnée par 1726 écoles catholiques.

    Il est hors de doute que les sacrifices, que font les familles pour léducation catholique de leurs enfants, sont très supérieurs à ce que font les familles dans certains pays catholiques pour la même fin. Ici comme en France, les Catholiques redoutent léducation laïque parce que neutre. La morale naturelle, qui seule devrait être enseignée dans les Ecoles de lEtat, ne lest généralement pas, parce que linstituteur, ne la pratiquant pas, ne sait pas lenseigner. Aussi lenfant catholique Australien, quittant lécole, est-il mieux préparé à la vie sociale que le jeune homme qui sort des écoles du Gouvernement.

    Jai visité bon nombre décoles catholiques, généralement construites à côté de lEglise et du presbytère. Ce sont des bâtiments bien compris et très bien aérés. Il est facile de se rendre compte que les catholiques ont largement délié leurs bourses pour leurs écoles. Elles sont généralement dirigées par des Religieux et des Religieuses.

    A Sydney et à Melbourne, quand on aperçoit un grand et bel établissement dominant une colline, on peut dire sans se tromper : Cest un établissement catholique : Dames du Sacré-Cur, Surs de Saint Joseph, Surs de Lorette, Collège des Jésuites, des Maristes, des Pères. Cest avec un légitime orgueil que les évêques australiens peuvent mesurer luvre accomplie.

    La fédération Australienne est fière de son Gouvernement. Les lois libérales permettent à la population très diverse de coutumes et de religions de se développer sans heurt.

    LAustralien ne connaît pas une multitude de conventions sociales que nous observons scrupuleusement dans notre vieille Europe. Il est très indépendant, vit sa vie sans se gêner beaucoup et, ici, légalité est si grande et si vraie, que le pauvre se croit tout autant que le riche, et que lhomme qui occupe une haute situation parlera facilement avec louvrier ou lartisan.

    Beaucoup plus simple que nous ne sommes dans le vieux monde, le citoyen va son chemin tout bonnement et tout naturellement comme sil était seul au monde. LAustralien est facilement familier et na aucune objection à vous parler de ses propres affaires sans que pour cela on ait besoin de linterroger. Les jeux (sports) occupent une bonne partie de sa vie et les sports à la mode sont le foot-ball, le cricket, le canotage, les bains, la danse.

    La nature a été généreuse pour lui, les plages sont très nombreuses et très belles, disons aussi quelles sont très fréquentées à toute heure de la journée.

    La conversation la plus habituelle est celle relative aux sports. The game of the day est la grande préoccupation de son esprit, le matin, à midi et le soir. Cette vie en plein air, ces exercices physiques nombreux, auxquels prennent part les hommes et les femmes, les jeunes garçons et les jeunes filles, ont fait de cette race australienne une race souple et robuste.

    Peut-être pourrait-on faire remarquer que leurs maisons ne se prêtent guère pour eux à une existence en chambre, il serait mieux de dire quils ont construit pour leur manière de vivre.

    Cest le cottage qui, en Australie, est le type de la maison familiale. Le cottage est une petite maison, sans étage, généralement divisée en quatre pièces : une pièce qui fait tout à la fois salon et salle à manger, deux chambres à coucher, et une cuisine ; petit jardinet, soit à lavant, soit à larrière du cottage.

    A Sydney, 80 % des maisons sont construites sur ce modèle. Très souvent le cottage est entouré de haies soigneusement taillées. La façade a une longueur de 25 à 30 pieds et la maison une profondeur de 35 à 40 pieds.

    Ces minuscules demeures, comparées aux maisons de France, ne sont pas sans élégance et elles sont scrupuleusement propres.

    LAustralien, qui est presque toujours dans leau, ne supporterait pas un intérieur négligé. Les dimensions mêmes de sa maison ne linvitent pas à y trouver un champ suffisant pour son énergie. Il sera donc sur la plage ou au play ground et il rentrera chez lui pour ses repas et son sommeil.

    Au reste, le climat favorise singulièrement sa manière de vivre.

    LAustralie est un pays plat. Il y a peu de montagnes, et les plus élevées ne dépassent pas 1.500 mètres, donc aucun grand massif. Il sensuit que les précipitations sont peu fréquentes et conséquemment les jours de pluie peu nombreux.

    A Sydney la moyenne de la pluie est de 45 pouces ½ par an, et, pendant 342 jours de lannée, le soleil réjouit cet heureux pays.

    La température est très tempérée : la moyenne de lété est 71 degrés Fahr. et la moyenne de lhiver 54 Fahr. .

    La superficie du continent australien est de 3.000.000 Square-Miles, à peu près les 4/5 de lEurope, Ce qui est à remarquer, cest que sa population totale, 6.139.882 âmes, recensement du 31 mars 1927, est surtout groupée dans les villes.

    Sydney, Melbourne, Brisbane, Adelaïde, Perth et Hobart ont une population de 2.845.388 habitants, soit 46.631 % du total de la population du pays.

    La richesse des particuliers australiens est estimée à £. 2.165.861.000 soit £. 397 par habitant. Les produits australiens, de tous ordres, sélèvent annuellement à la somme de £. 430.387.000.

    Le commerce maritime est représenté par £. 164.744.927 à limportation et £. 144.775.541 à lexportation.

    La dette publique du Commonwealth et des Etats est de £. 1.002. 691.932 soit £. 165. 18 sh. o. d. par tête.

    Si la dette publique est très élevée, il faut dire, pour lexpliquer, que les tramways, les chemins de fer, les lignes de navigation sont généralement la propriété du Commonwealth et exploitées par le Gouvernement.

    Dans cet immense pays, encore si peu peuplé, les communications par chemin de fer ne peuvent être développées que par lEtat, parce que le trafic nest pas assez intense pour être rémunérateur.

    Dautre part, sil faut ajouter foi aux critiques que jai entendues, en Australie comme en France, lEtat administre mal et son administration est très chère. Quod communiter geritur, communiter negligitur.

    Le 18 septembre, je quittais la procure de Coogee, non sans quelques regrets, car nous y avions reçu du Supérieur Général des Pères du Sacré-Cur, du Père Winnmers, de Mgr de Boisneuve, de Mgr Vespers, évêque de la Nouvelle-Guinée et des trois excellents frères de cette communauté de si fraternelles attentions, que je me croyais franchement at home dans ce joli petit coin. Je me séparais du cher Père Ouillon, mon fidèle compagnon depuis le 17 août et je partais pour Melbourne, la Tasmanie et, de retour à Melbourne, pour Adelaïde, où je devais prendre le Narkunda, bateau de la P. & O, le 27 septembre, pour me rendre à Colombo.

    Melbourne a beaucoup de points de ressemblance avec Sydney, ville cependant mieux construite et plus imposante que la première.

    La Tasmanie est un peu comme la Suisse, ou plutôt elle est à lAustralie ce que lAuvergne est à la France. Cest un pays très accidenté, mais les plus hautes montagnes ne dépassent pas 5.200 pieds de hauteur. La Tasmanie na que 325.000 habitants et 35.000 catholiques.

    Je dois au Docteur Hogg et à Madame Hogg, de Launceston, à Monsieur et Madame Kinepton, de Melbourne, de très vifs remerciements pour laimable accueil quils mont fait et lhospitalité très large quils mont accordée.

    Adelaïde est une ville particulièrement intéressante par le cadre dans lequel elle se présente. La ville proprement dite occupe un square mile ; rues et boulevards tracés à angle droit. Sur tous les côtés il y a un parc dun mile de longueur. Cest une réserve que le fondateur de la ville a consacrée à la défense éventuelle de la cité. Comme personne ne la menace et vraisemblablement ne la menacera, cette réserve est une délicieuse promenade, également utile à la cité et aux faubourgs. Jai été lhôte des Pères du Sacré-Cur à Adelaïde et ils ont rendu mon court séjour dans cette ville aussi agréable que possible. La grève des ouvriers du port sévissait encore quand est arrivée lheure de mon embarquement. Au lieu de pouvoir prendre place sur le Narkunda au Wharf de lOuter Port, les passagers ont dû se rendre, à 9 h. du soir, au Sémaphore Wharf, là un steam launch les attendait pour les conduire à la Malle anglaise, qui se trouvait à lAnchorage Bay.

    Le 28, à 7 h. du matin, le Narkunda levait lancre. Nous serons à Colombo le 10 octobre. LAustralie et le Congrès Eucharistique sont et resteront longtemps le sujet de mes pensées et lobjet de mon admiration.

    Nous sommes venus à ce Congrès de Sydney, le Père Ouillon et moi, vous remplaçant bien imparfaitement, pour y représenter la Société des Missions-Étrangères.

    A la cathédrale Sainte-Marie, devant le Très Saint Sacrement, nous avons déposé nos vux et nos prières pour notre Société et nos Missions, pour luvre des Partants et pour tous ceux qui nous sont chers. Que la Sainte Eucharistie daigne les bénir et répandre sur nos travaux cette abondante rosée de grâces qui prépare les riches moissons.



    1929/87-100
    87-100
    Anonyme
    Australie
    1929
    Aucune image